Extrême-gauche : nouvelle agression au Pyms à Rennes, dans la nuit de mercredi à jeudi

extrême_gauche_rennes

03/10/2013 – 18H00 – Rennes (Breizh-info.com) – Dans la nuit de mercredi à jeudi, deux personnes qui se trouvaient au Pyms, une boîte de nuit du centre-ville de Rennes, ont été pris à partie par un autre groupe d’individus se revendiquant « antifascistes ».
À l’intérieur de l’établissement, un des « antifas » aurait identifié un jeune homme comme étant un « nationaliste » et lui aurait pour cette raison donné un coup de tête en plein visage, avant de le rouer de coups. La sécurité du Pyms est finalement intervenue, séparant les deux groupes et raccompagnant les deux hommes « pour leur sécurité », via une sortie de secours.
Une fois dehors, ceux-ci ont à nouveau été pris à partie par les « antifas » particulièrement remontés. Projetés à terre par leurs agresseurs, ils n’ont dû leur salut qu’à l’intervention du service de sécurité du Pyms qui, à coups de gaz lacrymogènes, a fait fuir tout le monde.Blessées, les deux victimes ont porté plainte. L’un des agresseurs – auteur du violent coup de tête, aurait été identifié. Il serait bien connu à Rennes pour son engagement « radical ».

Cette affaire fait suite aux très nombreuses agressions commises à Rennes par des individus se réclamant de la mouvance « antifa » à l’égard de ceux qu’ils soupçonnent d’être des « fascistes », qualification donnée par eux à toute personne soupçonnée de ne pas penser comme eux.
Cette affaire n’est pas sans rappeler celle de Clément Méric, avec une fin heureusement moins tragique. Le jeune militant antifasciste brestois avait en effet trouvé la mort, en juin dernier à Paris, alors qu’il tentait de s’en prendre physiquement avec ses amis à un groupe identifié comme « facho », avant que l’un des agressés ne vienne lui porter un coup de poing fatal – Légitime défense selon les uns, meurtre délibéré selon les autres.

Ces derniers mois, de nombreuses plaintes ont été déposées à Rennes des différents côtés : Gaël Roblin, copropriétaire du bar « alternatif, antifasciste et militant breton », le « 1675 » à Rennes, est ainsi allé au commissariat de Rennes déposer plainte contre des dégradations et des menaces que son établissement aurait subies de la part de militants adverses.
Dans le même temps, plusieurs plaintes ont également été déposées par des militants de droite – ou réputés tels – pour violence en réunion, agressions, menaces de mort etc.Hormis celle déposée par Gaël Roblin, où des personnes ont été convoquées et entendues au commissariat de Rennes, ces plaintes sont pour l’instant toutes restées lettre morte. Selon des sources policières, il semblerait en effet que la justice ne fasse pas montre d’un zèle excessif pour retrouver et poursuivre les auteurs de ces agressions.

Mise à jour du 4/10/2013 : Un autre jeune de 18 ans aurait été agressé et passé à tabac hier par une vingtaine de militants d’extrême gauche, à l’Université de Rennes2.

antifa_rennes

des antifascistes « radicaux »

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.