Municipales : à Nantes Sophie van Goethem veut incarner l’alternative

sophie_van_goethem

10/01/2014 – 08H00 Nantes (Breizh-info.com) – Candidate aux élections municipales à Nantes, Sophie Van Goethem recevait la presse hier. Celle qui ambitionne d’être « La Chance pour Nantes » a précisé ses motivations, ses objectifs et présenté trois points essentiels de son programme : la maîtrise des dépenses et, donc, la stabilisation  de la fiscalité, l’ouverture de la ville, la mise en oeuvre d’une véritable transparence.

Universitaire, juriste, ancienne vice-présidente de l’Université de Nantes, mère de famille, militante associative d’une ONG catholique qui intervient au Sénégal, conseillère municipale d’opposition depuis 2008, sans aucune appartenance partisane ou syndicale, elle a déclaré sa candidature le 27 septembre, jour où les dates des élections municipales ont été publiées par le gouvernement, considérant que « la droite de conviction » ne devait plus attendre pour avoir un candidat officiel.

Sophie Van Goethem veut être «  La Chance pour Nantes », c’est à dire pour les Nantais et créer, après 25 ans de règne de JM Ayrault et des socialistes, « le Printemps Nantais ». Elle rappelle qu’en 2008, la liste Ayrault avait été élue avec 55000 voix mais que 83000 électeurs s’étaient abstenus. Cela illustre, selon elle, la défiance envers les partis et la politique telle qu’elle est pratiquée. Pour les réintroduire dans le jeu démocratique, Sophie Van Goethem affirme qu’il faut revenir au Politique, qui concerne tous les citoyens. Sa motivation centrale est de permettre à Nantes et  aux Nantais de reprendre l’initiative en utilisant ses nombreux atouts. Pour cela,  elle veut rompre avec la logique des apparatchiks comme la candidate socialiste Johanna Rolland pour lesquels « la politique est un ascenseur social ». Elle souhaite que le conseil municipal représente vraiment la société civile et écoute les souhaits des Nantais à la place de la pseudo-concertation des comités de quartier.

Tant pendant son mandat que depuis sa déclaration de candidature, elle entend ce que demandent les Nantais. Pour y répondre, le premier point de son programme est de stabiliser la pression fiscale. Elle s’engage à réduire de 5%  les taux dès le premier conseil municipal de la nouvelle mandature. Cela représente 9.63 millions d’euros pour un budget 2014 de 192.6 millions d’euros, en augmentation de 6 millions sur celui de 2013 et de 12 milllions sur celui de 2012. Cela ne remettrait pas en cause la politique générale de la ville mais serait atteint par des économies sur les subventions injustifiées.

Le second point est de rouvrir la ville par un nouveau plan de circulation dont l’objectif sera la cohabitation harmonieuse de tous les moyens de transport (transport en commun, véhicules privés à moteur,  vélo, piéton) au lieu et place de l’actuel dont le but est de chasser la voiture de la ville. Cette ouverture sera également celle du retour du commerce de proximité et des entreprises. La municipalité redeviendra un facilitateur de la vie économique. A titre d’exemple, elle travaillera avec les associations professionnelles pour la mise en place des accès PMR (personne à mobilité réduite), obligatoires le 1/01/2015. C’est aussi la sécurité des habitants. Pour cela, il faudra réorienter les missions de la police municipale, qui ne doit pas être seulement un organisme de collecte des PV. De 2008 à 2013, les recettes de stationnement ont augmenté de 76%.

Enfin, la municipalité doit instaurer une véritable transparence. Cela commence avec les budgets de campagne. Dans les circonstances actuelles, chaque candidat devrait avoir le souci de réduire ce budget financé par l’argent des contribuables. Mme Van Goethem publiera le détail de toutes ses dépenses. Il faut également clarifier la question du cumul des mandats, non seulement électifs mais aussi dans tous les organismes qui dépendent des collectivités locales. Les élus devront déclarer tous leurs postes et la rémunération correspondante. Cela devrait permettre d’éviter les conflits d’intérêt. De même, elle s’engage à créer un observatoire de la délinquance pour informer les habitants de la situation réelle en ce domaine. Elle veut également clarifier les missions et compétences entre la ville et Nantes Métropole.

En conclusion, la candidate annonce qu’elle développera semaine par semaine tous les points de son programme. Le prochain sera sur la politique envers les familles. Dès à présent, elle annonce qu’il y aura un adjoint spécialisé en ce domaine. Enfin,  malgré les nombreuses difficultés qu’elle rencontre, elle affirme qu’elle est sûre de réussir à constituer sa liste de 65 candidats.

Rendez-vous est pris le 31 janvier pour présenter ses colistiers.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

  • Nantais_actuel

    « nouveau plan de circulation dont l’objectif sera la cohabitation harmonieuse de tous les moyens de transport (transport en commun, véhicules privés à moteur, vélo, piéton) au lieu et place de l’actuel dont le but est de chasser la voiture de la ville. »

    Pas très crédible, car cela veut dire travaux pour casser un certain nombre d’infrastructures piétonnes pour réintroduire de la pollution en ville. Et l’argent pour financer ces travaux ? Ca va être pris où ? Pas sûr que supprimer toutes les subventions (toutes ?) puisse suffire.
    Un nouveau plan de circulation est nécessaire, mais surtout pour augmenter les capacités des transports en commun entre l’agglomération et le centre-ville. Je pense en particulier à tout l’Est de Nantes qui est un peu « oublié ».