Quimper. « J’ai quitté le RSI pour sauver mon entreprise et ses salariés ». Entretien avec Arnaud Potier.

securite_sociale

06/02/2015 – 07H00 Quimper (Breizh-info.com) – Le Mouvement des Libérés a pour objet d’informer sur le droit à la liberté de la protection sociale et sur les moyens de l’exercer. Arnaud Potier, qui en est membre, est un chef d’entreprise quimpérois qui milite pour le libre choix de son assurance maladie et retraite, un choix aujourd’hui entravé par le monopole de la Sécurité Sociale française.
Il organise, le 9 mars prochain, au Triskell de Pont-l’Abbé, une réunion d’information qui sera animée par le Docteur Claude Reichman – que nous présenterons prochainement – président du Mouvement des Libérés.
Rencontre avec l’organisateur de cette réunion qui pourrait, comme à Loperhet (29) il y a quelques semaines, attirer plusieurs centaines de personnes, bien décidés à fronder et à se libérer d’un poids étatique.

Breizh-info.com : Pouvez-vous vous présenter, ainsi que votre parcours professionnel.

Arnaud POTIER 50 ans, marié et père de 2 garçons de 20 et 26 ans. Je suis né à Reims (51) le 9 mars 1965. J’ai travaillé dans l’industrie automobile de 1983 à 2003 exerçant un poste de cadre technique les 9 dernières années. J’ai accepté un poste de cadre technique en Bretagne à Quimper en 1998, j’ai donc déménagé avec ma femme et mes enfants pour rejoindre cette Bretagne tant rêvée.
Je quitte l’industrie automobile en 2003 et je crée ma propre entreprise de construction de Maison Ossature Bois à Pont L’Abbé (29120). D’une création en 2003 nous sommes aujourd’hui une entreprise de 14 salariés qui évolue dans le domaine de construction de maison ossature bois et d’extension ossature bois.  Ouest Wood Habitat www.owh.fr

Breizh-info.com : Vous avez décidé de quitter le RSI. Pourquoi cette démarche ? Quel est l’état de l’assurance santé des Français aujourd’hui ?

Le RSI n’est pas indexé sur le salaire ni même sur le CA, d’ailleurs vous pouvez les appeler (enfin si vous y arriver) pour leur demander de vous expliquer CLAIREMENT le calcul des cotisations de leur système. Ils ne savent même pas vous répondre, bref ,,,,,,,,

En tant que chef d’entreprise je suis (J’ETAIS) l’un des plus taxé des français et un des moins bien assuré.

La sécu Française me rembourse 12€  sur une paire de lunette à 550 €, donc je dois souscrire à une mutuelle très chère et qui en plus et c’est le comble, ne rembourse pas tout. J’ai 30 jours de carence si je suis malade, je suis obligé de prendre une complémentaire très couteuse.

Pour ma retraite je cotise fortement dans un système qui ne me rendra que 50 % de ce que j’ai versé, enfin si il reste quelques chose ..Si je perds mon entreprise je n’ai le droit à rien !

J’ai décidé de quitter le RSI parce que c’est légal, que c’est moins cher que la sécurité sociale française et que je suis mieux assuré.

Les Français dépensent des fortunes (180 milliards d’euros) pour l’assurance maladie de la Sécurité sociale alors qu’ils pourraient dépenser beaucoup moins en s’assurant dans un système concurrentiel  (sociétés d’assurance, mutuelles, institutions de prévoyance), donc mieux conçu et mieux géré. La différence, c’est ce qui leur permettrait de consommer et d’investir, et cela relancerait la croissance dans notre pays.

Breizh-info.com : Que répondez-vous à ceux qui vous taxeraient d’individualistes ? Quels sont les principaux détournements de la solidarité nationale selon vous aujourd’hui ?

Individualiste ? J’ai quitté le RSI pour sauver mon entreprise et ses salariés. Si mon entreprise s’arrête, elle ne paiera plus de salaires, de charges sociales et d’impôts, et de nouveaux chômeurs viendront s’ajouter aux 5 millions de Français qui sont sans emploi.
Personne, en France, n’est plus solidaire qu’un chef d’entreprise. Mais le système social français tue les entreprises à coup de charges démentielles pour assister des millions de gens à qui on ne demande pas de cotiser.

Breizh-info.com : On parle beaucoup de l’AME (Aide médicale d’Etat), attribuée notamment à tous les étrangers en France. Votre opinion là dessus ? 

L’AME ne pèse qu’environ un milliard d’euros. C’est beaucoup d’argent, mais ce n’est qu’un faible pourcentage des dépenses d’assurance maladie. Le problème est qu’il n’y a aucune raison pour que les assurés sociaux prennent en charge « toute la misère du monde », comme le disait Michel Rocard. Car cela ne peut qu’inciter de plus en plus d’étrangers à venir en France pour bénéficier de soins gratuits.

Breizh-info.com : Quel est le but de votre réunion d’information ? Le Mouvement des Libérés est-il développé en Bretagne ? Quels sont les objectifs à terme ? 

Nous voulons faire connaître leurs droits aux Bretons. L’Etat les leur cache depuis plus de 20 ans. Ils sont libres de s’assurer en dehors de la Sécurité sociale et doivent pouvoir le faire sans entraves, si c’est leur choix. A terme, à court terme, la Bretagne va ainsi renaître économiquement. Nos réunions attirent beaucoup de monde. Il y avait 500 personnes à Loperhet le 26 janvier dernier.

Breizh-info.com : Comment réagit la Sécurité sociale à la fuite des entrepreneurs notamment ? Etes-vous vous pourchassés ?

La Sécurité sociale réagit comme tout pouvoir totalitaire bousculé par la contestation, c’est-à-dire stupidement, en brandissant des lois qui ne disent pas ce qu’on veut leur faire dire, en menaçant à tout va, en mentant effrontément. Mais elle n’effraie plus personne. Et surtout pas les Bretons. Nous avons la loi pour nous, personne ne pourra arrêter notre Mouvement.

Breizh-info.com :  Sur le plan politique, y-a t-il des initiatives en faveur d’une libération de la sécurité sociale ? N y a t-il pas un risque d’une sécurité à deux vitesses, à l’américaine, où les pauvres seraient laissés sur le carreau ou pourraient moins bien se soigner que les riches ?

Tous les partis politiques veulent maintenir ce système spoliateur. Etonnez-vous que les Français ne veuillent plus entendre parler d’eux, tous bords confondus.

Nous Français, nous nous libérerons sans les politiciens. Ce qui signifie leur éviction prochaine. Quant à une sécurité sociale à deux vitesses, à l’américaine, c’est une plaisanterie. La CMU, en France, couvre tous ceux qui ne sont pas assurés.
Elle sera maintenue jusqu’à ce que, grâce à la liberté de la protection sociale, il n’y ait plus de pauvres en France. Et vous verrez, avec la liberté, cela viendra très vite. Alors vive la liberté !

Conférence le lundi 9 mars, sur réservation uniquement (possible en ligne ici) . A Pont l’ Abbé – Salle le Triskell – Rue Mstislav Rostropovitch, – 29120 Pont-l’Abbé

 Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

  • bzh72

    Bravo Arnaud joli résumé, et vive la liberté d’assurance

  • François Arondel

    Comme l’a montré Gérard Pince dans son ouvrage intitulé  »Les Français ruinés par
    l’immigration », le coût de l’immigration (110 milliards d’euros par an selon
    selon ses calculs) n’est pas lié à des surcoûts imputés à la Sécurité
    Sociale et aux caisses de retraite (la population immigrée est plus jeune que
    la population autochtone; de ce fait, elle a besoin de moins de soins médicaux
    et compte peu de retraités); il est lié par contre aux frais d’indemnisation du
    chômage important des immigrés, à leur faible activité moyenne (40% pour les
    immigrés et 64% pour les autochtones), à la faiblesse de leurs salaires (quand
    ils travaillent) et surtout aux coûts considérables des infrastructures qu’il
    faut construire chaque année pour les 300000 nouveaux habitants
    (l’agglomération rennaise !) qu’on nous impose. L’économiste Maurice Allais
    avait calculé que pour chaque nouvel arrivant il fallait investir l’équivalent
    de quatre années de salaire moyen soit pour 300000 la bagatelle de 25 milliards
    d’euros chaque année. Ces vingt cinq milliards sont autant d’argent qui n’est
    pas investi dans la recherche-développement ou dans l’appareil de production.
    Ajoutons que cette situation va s’aggraver du fait que les tâches peu qualifiées
    qu’ils effectuent le plus souvent le seront dans un futur proche par des robots
    dont le coût décroît très rapidement. La part des immigrés sans emploi va donc
    augmenter considérablement au cours des années à venir.
    Les comptes de l’assurance maladie et des caisses de retraite ne sont donc pas
     »plombés » par les immigrés.
    Le surcoût de l’assurance maladie est imputable en partie à la mauvaise
    organisation des services et à leur faible productivité mais aussi au
    vieillissement de la population qui se traduit par une augmentation
    considérable des dépenses de santé et du montant des pensions. Ce système devra
    être réformé de façon à peser moins sur les entreprises (le Danemark qui est le
    pays dans lequel la part socialisée des richesses est la plus importante a mis
    en place un système qui pèse beaucoup moins sur les entreprises tout en
    préservant le principe de mutualisation des risques) mais, quoiqu’il en soit,
    la privatisation des assurances sociales telle qu’elle est envisagée par Mr
    Potier relève de l’individualisme libéral lequel nie la notion même de Bien
    Commun tout comme celle de solidarité. Sans solidarité entre classes sociales,
    régions (la solidarité inter-régionale fonctionne puisque l’Ile de France
    produit 30% du PIB pour 18% de la population laquelle reçoit 20% des revenus,
    le reste étant utilisé au titre de la solidarité nationale) et générations, il
    n’y a plus de communauté nationale (ni régionale) mais seulement un agrégat
    d’individus mus par leur seul intérêt.

    • Le Moulin 53

      Dans le cas de M.Potier , il s’agit de sauver une entreprise et 14 emplois pas son seul intérêt .
      Quand à la solidarité sociale c’ est un gouffre sans fond utilisé par 50% de profiteur .
      Le RSI est un système opaque et pénalisant , il est normal de chercher des solutions .

  • Florent

    Et comment on maintient la CMU sans cotisation ? Le principe de solidarité c’est qu’il y en a qui doivent payer plus pour ceux qui paye moins. Certe il est a revoir, il n’est pas parfait, mais OUI il y aura une securité sociale a deux vitesse si l’Assurance Maladie périclite par manque de cotisation…

    • Nun

      La solidarité doit être finance par l’impôt et non par les cotisations

  • erwan

    Une belle ode au libéralisme. Etant à mon compte je comprend aisément le soucis que l’on peut avoir avec la RSI. Mais faire croire que l’on sera assuré pour moins cher avec un système concurrentiel est juste une vaste blague. J’en veux pour preuve la téléphonie. Vous avez le choix entre plein d’offres. Mais au final notre budget communication a augmenté. De plus on croulera sous une tonne d’offre différentes avec plein de petit alinéa écrit tout petit pour nous la faire à l’envers. Pour avoir été aux Etas-unis je puis vous assurer qu’il ne fait pas bon être pauvre ou de classe moyenne en cas de pépin de santé là bas.
    Je voudrais juste une RSI plus transparente et moins agressive dans leurs courriers. Quant à l’exemple des lunettes, il est juste débile. Les salariés aussi sont très mal remboursé pour les lunettes. Et puis on est pas obligé de mettre 550 € dans une paire de binocle. Il existe aussi des monture moins cher.

    • Papy

      Mr je ne vais pas revenir sur le petit résumé d’André, mais sur le coût des lunettes, sachez que ce ne sont pas les montures qui coûte le plus cher. Je suis moi même obligé de porter des lunettes et chaque verre m’a couté l’année dernière 496€ donc, vous êtes réellement hors propos….Vous comme salarié, vous avez 3 petits jours de carence, pour nous commerçants c’est 30 jours, faut il se prostituer pendant un mois?

  • georges barrière

    Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, et pour le tuer il va falloir prendre de plus grosses munitions que s’autopersuader que le MLPS a raison quand les juges lui donnent systématiquement tort….

    Le MLPS, et donc son président, est régulièrement condamné dans les tribunaux autre que les TASS (TGI de Melun en 2015 contre la CNRSI, TGI de Nantes en 2014 contre le CNRSI, TGI de Pau en 2014 contre le CNRSI, TGI de la Roche sur Yon en 2014 contre le CNRSI…)…

    Avec des politiciens opposés à la fin de ce monopole, avec une Union européenne qui ne veut surtout pas s’en mêler, et avec une justice nationale tenue par une interprétation stricte de la législation, il va falloir arrêter de se satisfaire de l’auto-conviction qui pourrait causer de graves ennuis aux personnes trompées par ces discours erronés. Si le MLPS est si certain de son fait, demandez-lui de vous rembourser vos frais de justice et condamnations éventuelles… La libéralisation de la sécurité sociale : oui. L’instrumentalisation de tiers : non.

  • Pingback: « J’ai quitté le RSI pour sauver mon entreprise et ses salariés » | Contrepoints()

  • Cap2006

    Il y a 2 aspects:
    1-le droit européen de s’assurer obligatoirement et aupres des assureurs de son choix, sauf en cas d’existence d’un système legal d’assurances sociales ( est definit comme legal un système ouvert à tous, offrant les mêmes garanties, pour les mêmes cotisations)
    2- la plus totale inefficience de notre système de santé, la non conformité avec les principes fondateurs, et

  • MICHEL

    La solution http://www.setti-ltd.com et c est légal ! inscription en France avec kbis délivré par le tribunal .La gréve des cotisations sociale est illégale (opposition sur les comptes hypothèque sur vos biens blocage des cartes grises saisie sur salaires de votre conjoint et j en passe) j ai pratiqué ce sport pendant 15 ans au C.D.C.A même si je suis persuadé que les caisses sont dans l illégalité . depuis 20 ans je suis tranquille(setti.ltd)
    à bon entendeur…

  • Patrick

    Le RSI n’a rien à voir avec la retraite, arrêtons de faire l’amalgame entre la sécurité sociale (assurance maladie) gérée par le RSI et les cotisations retraite gérées par la CIPAV pour les chefs d’entreprises et les indépendants.

    • Franck

      Renseignez vous avant d’écrire des âneries …Je cotise uniquement au RSI, maladie, AF et RETRAITE ! 47% du bénéfice, soit 20kf/an. Je suis libéré depuis mars 2015 et j’ai sauvé mon entreprise.