Quimper. Le mouvement des libérés du RSI a réuni 650 personnes [vidéo + interview]

reichman2

11/03/2015 – 09H00 Quimper (Breizh-info.com) – Il y avait foule lundi soir, à la salle Triskell de Pont-L’abbé, à côté de Quimper. Plus de 650 personnes se sont en effet rendues à la conférence donnée par Claude Reichman , président-fondateur du « mouvement des libérés ». Après Loperhet, qui avait accueillit 500 personnes, c’est donc un nouveau succès pour un mouvement qui prend de l’ampleur. On parle déjà de réunions à Brest, mais aussi en Centre – Bretagne, bastion historique des Bonnets rouges.

Artisans, professions libérales, auto-entrepreneurs, mais aussi salariés, agriculteurs, experts-comptables, patron de PME-PMI – et même personnalités politiques avec la présence de Michel Canevet, sénateur UDI régional de l’étape – toutes les composantes de la société bretonne étaient réunies ce 9 mars, pour venir écouter celui qui propose aux Français de se libérer de la sécurité sociale , de mettre fin à son monopole, en se basant uniquement sur des décisions européennes votées sous François Mitterand.

Une telle mobilisation, à 18h30, un lundi soir, témoigne du ras le bol général qui touche ceux qui – des années durant – ont travaillé, se sont sacrifiés pour leur entreprise et pour leurs salariés. « Tout ça pour qu’au final, l’Etat nous prenne tout », confie une chef d’entreprise du secteur.

Introduit par l’organisateur du soir, Arnaud Potier, un entrepreneur « libéré » du Finistère que Breizh-info avait interrogé précédemment, Claude Reichman a tout d’abord exposé les grandes étapes de la vie du MLPS, « le Mouvement des Libérés pour le choix de la sécurité sociale et de la retraite ». Menant ce qu’il appelle lui même une « longue marche », seul ou très peu accompagné pendant des années, par envie de défendre « une certaine idée de la France », Claude Reichman a vu son mouvement prendre de l’ampleur, avoir accès aux médias, toucher de plus en plus de monde depuis quelques années. « Nous avons commencé il y a vingt ans dans des réunions à une toute petite poignée. Aujourd’hui, nous sommes plusieurs centaines à chaque réunion, partout en France. » se félicite celui qui a un talent certain pour le one-man-show.

Après cette introduction, place aux nombreuses questions posées par le public – beaucoup de personnes étant venues pour lever certaines craintes avant de franchir le pas et de rejoindre le cercle des libérés. Jusqu’à tard dans la soirée, M. Reichman s’est attelé à y répondre, avant de conclure en félicitant les organisateurs, non sans avoir pris le temps au passage de dénoncer les «technocrates qui prennent en otage le peuple souverain». « Que les politiques s’occupent des questions de défense, de sécurité, et qu’ils laissent les entrepreneurs et les citoyens s’occuper en toute liberté des questions économiques et sociales» dira M. Reichman avant de se retirer non sans avoir lancer « vive la France ».

Marc Le Fur confirme la légalité du combat des libérés.

Depuis les décisions prises par l’Union européenne de libéraliser les systèmes de sécurité sociale, la France fait comme si ces directives n’existaient pas et menaçaient même ceux qui souhaitaient quitter le système social français.  Le député Marc Le Fur, vice-président de l’Assemblée nationale, vient pourtant de rappeler il y a quelques jours que « Le monopole de la Sécu n’existe plus depuis 1993. Je connais très bien le sujet et je l’ai déclaré plusieurs fois devant l’Assemblée nationale. Vous pouvez vous assurer où vous le souhaitez. »

Face à la multiplication des demandes – des dizaines de milliers de patrons ou de professions libérales sortent du RSI actuellement – la Sécurité Sociale et le RSI, qui « sont au bord de la faillite » selon Claude Reichman, ne peuvent plus employer les mêmes méthodes d’intimidation que par le passé, et les désaffiliations se font donc beaucoup plus simplement. « Aujourd’hui, 80% des personnes qui nous contactent pour connaitre leurs droits ne rencontrent plus aucun problème avec les organismes d’Etat. » affirme M. Reichman.

A Paris, ce lundi, ils étaient 10 000 à manifester contre le RSI. La « longue marche » de Claude Reichman est en passe d’aboutir. Elle risque fort, au vu des réactions enregistrées, de donner le jour à un grand soulèvement populaire, apolitique, et non-violent.

Photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

  • jacques

    tous les petits artisans doivent disparaître pour former des gros trusts .c’est cette UE et mondialisation qui le veut . l’UE vous incite à créer votre entreprise et vous tond dès que possible .
    continuez donc à voter pour cette UE et vous arriverez en fin de carrière avec une retraite minable .vos élus se moquent de vous , faites leurs savoir le 22 et 29 de ce mois

  • Antoine

    On parle de minorité loin des centres de décisions, qui travaille et ne récupère rien de l’arrosage monétaire des bureaucrates.