Denis Garnier. « Il faut stabiliser au plus vite la population mondiale »

denis_garnier

02/06/2015 – 07h00 France (Breizh-info.com) – La population mondiale est estimée à 7,3 milliards d’habitants en 2015. Il y a simplement 300 ans, elle était de 679 millions, signe d’une croissance exponentielle qui pourrait constituer une menace écologique pour la planète, mais également pour les différentes civilisations peuplant le monde à l’heure actuelle.
L’Afrique par exemple, possédait 200 millions d’habitants en 1950, en possède plus d’un milliard depuis 2010 et pourrait arriver à 2 milliards en 2050.

Pour faire le point sur la démographie mondiale, sans doute un des enjeux majeur des siècles à venir, nous avons rencontré et interrogé Denis Garnier, président de l’association Démographie Responsable qui milite notamment afin de « faire prendre conscience à nos concitoyens, et par-delà au public francophone, de la nécessaire prise en compte du « facteur population » dans toute réflexion écologique et décroissante.»

Breizh-info.com : Pouvez-vous présenter votre association, Démographie Responsable.

Denis Garnier :  Pour des raisons évidentes d’efficacité maximale, l’association se place au-dessus des clivages politiques traditionnels.

Notre existence tient aussi au fait que les « élites » de notre pays sont parmi les plus natalistes au monde, en attestent les cocoricos récurrents et quasi unanimes que l’on entend à chaque publication de notre taux de fécondité par l’INSEE et qui nous place ex-aequo avec l’Irlande en tête des pays européens. Enfin, avec un certain nombre d’intellectuels et de scientifiques anglo-saxons (Dennis Meadows, Jared Diamond, Paul Ehrlich), nous pensons que si l’humanité continue à proliférer et à saccager son berceau, elle est paradoxalement vouée à l’effondrement, et ce dans la douleur.

Cependant, bien que la situation soit d’ores et déjà fort critique, nous estimons qu’il est encore possible de redresser la barre.

Breizh-info.com :  Sommes-nous trop nombreux aujourd’hui sur terre ? Comment remédier à la surpopulation mondiale ?

Denis Garnier : Les calculs de l’empreinte écologique*, effectués par l’organisation anglo-saxonne Global Footprint Network (Réseau Empreinte Globale), conduisent à une empreinte moyenne par habitant de 2,7 hectares (empreinte globale divisée par le nombre d’humains). Or la planète ne peut fournir de façon renouvelable (biocapacité individuelle) que 1,8 hectares, le reste étant prélevé sur le capital de la Terre. Dès lors, si l’on fait le ratio (1,8 sur 2,7), on se rend compte qu’avec le style de vie et donc le mode de consommation d’un humain moyen, la planète ne peut accueillir aujourd’hui durablement que les deux-tiers d’entre nous. Comme nous sommes 7,2 milliards, cela donne donc seulement 4,8 milliards, chiffre à méditer…

Evidemment, on peut aussi réduire drastiquement la consommation des pays occidentaux qui sont ceux qui pèsent le plus, et il faut évidemment essayer d’aller dans cette direction. Mais combien sont-ils ces « nantis » que d’aucun fustigent ? S’ils sont un milliard, c’est bien le grand maximum…

Et donc les 6 milliards d’autres, qui n’aspirent qu’à consommer autant, auront vite fait d’utiliser les ressources laissées disponibles et le problème n’aura été réglé en rien. Ce d’autant plus que la situation est appelée à empirer puisque les projections de population sont de 9,6 milliards pour 2050 et de 10,9 milliards pour 2100 ! Nous sommes (et le serons encore plus) clairement trop nombreux et il faut donc stabiliser au plus vite la population mondiale (par des moyens non coercitifs évidemment) et la faire ensuite décroître en douceur. En effet, il ne faut pas faire la même erreur en sens inverse. La population a explosé, mais elle ne doit surtout pas imploser, ne serait-ce que pour disposer de suffisamment de personnel compétent pour assurer la maintenance de toutes les infrastructures dangereuses que nous avons mises en place.

*Surface nécessaire pour produire les ressources qu’un individu consomme et pour absorber les déchets qu’il génère.

Breizh-info.com :  Certains scientifiques et économistes avancent qu’il est possible de nourrir toute l’humanité actuellement, y compris avec une démographie exponentielle

Denis Garnier : Signalons tout d’abord que selon le dernier rapport de la FAO, 800 millions de personnes souffrent encore de la faim. Ceci étant, ces augustes personnes se basent sur des études ou des expériences que l’on peut qualifier de « hors-sol »… même si elles sont pratiquées dans des champs.

En effet, à partir d’expériences limitées, et où l’on se donne tous les moyens pour réussir, on ne peut extrapoler à la planète toute entière. Il faut en effet tenir compte des crises (guerres, instabilité politique et sociale) dans les pays où sévit la faim, et qui comme on le voit aujourd’hui ont tendance à s’intensifier avec les problèmes ethniques et religieux. De plus, si le réchauffement climatique s’avère une réalité, de nombreuses terres deviendront stériles, sans parler de celles qui seront recouvertes par les eaux et qui parfois sont les plus productives (cas du Bangladesh). Ne parlons même pas de l’intense phénomène de l’urbanisation qui souvent mange les meilleures terres agricoles. Enfin, la compétence du paysan lambda mettra du temps à arriver au niveau de celle des agronomes…

Pour ce qui concerne l’alimentation, comme dans de nombreux autres domaines, c’est le principe de précaution qui devrait prévaloir. De plus, quel intérêt avons-nous à être toujours plus nombreux et à vivre en permanence à flux tendu ? J’ajoute enfin qu’il serait temps pour l’humanité de réaliser que les autres espèces vivantes, du moins celles que nous n’avons pas encore éliminées, ont elles-aussi le droit de subsister et que pour cela nous devons leur laisser de la place…

Breizh-info.com :  Y a t-il un continent dont la démographie vous inquiète particulièrement ? Les autorités mondiales en mesurent-elles les conséquences ?

Denis Garnier : Il y a en fait deux continents qui posent réellement problème : l’Asie et l’Afrique. Avec 4,3 milliards d’humains, il est unanimement reconnu que le premier est déjà surpeuplé. Or, il va encore « gagner » plusieurs centaines de millions d’habitants… Quant au second, il ne va pas tarder à l’être puisque sa population va carrément passer de 1,2 à 4,2 milliards d’habitants d’ici à 2100. Il contiendra d’ailleurs alors à lui seul autant de personnes que ce comptait la planète dans son ensemble… il y a à peine 40 ans ! Pour l’Asie, si les taux de fécondité ont déjà beaucoup chuté, il faut continuer à agir dans certains pays, en particulier au Pakistan, aux Philippines, en Inde et au Bangladesh. Cependant, c’est aussi l’âge des populations, et donc le nombre élevé de géniteurs potentiels, qui contribue encore à l’augmentation.

Par contre, pour l’Afrique, les taux de fécondité sont toujours excessivement élevés avec une moyenne de 5 à 6 enfants par femme en Afrique subsaharienne (hors Afrique australe) et en particulier des pointes supérieures à 7 au Niger et au Tchad. Nombre de ces pays sont d’ailleurs francophones (le deux cités plus RDC, Mali, Burkina, Bénin, Togo, Madagascar,…) et il peut paraître étrange que notre pays ne se préoccupe que si peu de la question. Outre la propension nataliste citée plus haut, il semblerait que nos dirigeants estiment qu’il vaut mieux ne pas froisser nos partenaires économiques et culturels… Or il se trouve que ceux-ci sont assez souvent prêts à agir comme le montrent certaines de leurs déclarations. On arrive alors au paradoxe suivant : ce sont souvent des ONG américaines qui y promeuvent la contraception.

Quant aux « autorités mondiales », elles sont au courant de la situation, mais sont assez divisées. Le lobby nataliste est en effet très puissant et la volonté consensuelle conduit à ne pas faire de vague. Il faut néanmoins signaler l’existence de l’UNFPA (Fonds des Nations Unies pour la Population) qui est une des nombreuses agences onusiennes et qui accomplit un travail efficace en faveur des droits des femmes et de la Planification Familiale. C’est grâce à cette organisme que nous savons aujourd’hui que 222 millions de femmes des pays en voie de développement sont en demande insatisfaite de contraception, que cela conduit à 80 millions de grossesses non désirées et, compte tenu des avortements, à 40 millions de naissances non désirées, chiffre à rapprocher des 80 millions d’êtres humains supplémentaires que la planète se doit d’accueillir tous les ans. On voit par-là que la « simple » réponse à cette demande des femmes résoudrait la moitié de la question.

Breizh-info.com :  Que pensez-vous du livre d’Alan Weisman, « Compte à rebours ,Jusqu’où pourrons-nous être trop nombreux sur Terre ? »

Denis Garnier : Il s’agit d’un excellent ouvrage et je crois me souvenir que vous en avez fait un compte rendu détaillé et avez ensuite interviewé son auteur. L’approche d’Alan Weisman est très intéressante, puisqu’elle se fonde sur ses propres observations de voyage et ses rencontres avec différents acteurs de terrain. Quelques pays cités et analysés (Inde, Nigeria, Pakistan) comptent parmi ceux qui seront les plus surpeuplés en 2050. Qu’on en juge, si nous avions alors en France la même densité de population que ceux-ci, nous aurions respectivement 278, 266 ou 252 millions d’habitants ! Extrapolation tout-à-fait justifiée puisque ces pays sont plus grands que le nôtre. Comment pourrait-on imaginer vivre en harmonie avec l’équivalent de 200 millions d’habitants supplémentaires ? Serait-ce même possible en terme d’approvisionnement énergétique ou alimentaire ?

Dommage que le cas de l’Egypte ne soit pas suffisamment analysé, car les habitants de ce pays, au nombre de 85 millions en 2013, vivent sur seulement 5,5% de leur territoire, le reste étant constitué de déserts. La « densité de vie » actuelle est ainsi supérieure à 1.500 hab/km²… En 2050 l’Egypte comptera même 126 millions d’habitants et une densité de vie à peine inférieure à 2.300 hab/km². Il faut savoir que ce pays est sous perfusion internationale et que la crise malthusienne qui y sévit le contraint à un régime autoritaire, qu’il soit militaire ou islamiste. Puisse le reste du continent ne pas suivre son exemple.

Breizh-info.com : L’Europe – qui vit un déclin démographie – est-elle voué à disparaitre en tant que civilisation ?

Denis Garnier : Ce « déclin démographique » n’est que relatif. En fait la population européenne est essentiellement stable et ce sont les autres continents qui progressent en nombre. Mais il est cependant clair que cette stabilité est en partie due à l’immigration. Malgré tout, il faut aussi reconnaître que certains pays européens ont des densités de population (en hab/km²) assez fortes : Pays-Bas (400), Belgique (360), Royaume-Uni (260), Allemagne (230), à comparer avec celle de la France (115) …

Si l’Europe ne veut pas « disparaître en tant que civilisation » elle a plus intérêt à participer à un effort mondial massif pour faire décroître les taux de fécondité des pays en voie de développement que de s’investir dans une hypothétique et fort coûteuse relance de sa propre natalité. En effet, subventionner la naissance et l’éducation d’un enfant européen coûte autant que d’éviter la naissance de mille enfants au Sud via la planification familiale et l’éducation des filles.

De toute façon, cet éventuel combat-là serait perdu d’avance : que pèseraient, dans la balance internationale, quelques dizaines de millions d’Européens supplémentaires obtenus au forceps, face aux plusieurs milliards de nouveaux venus sur le reste de la planète ?

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

  • TruthnMedia

    Mother est un film qui expose l’impact dramatique d’une population planétaire en croissance exponentielle sur l’avenir de nos sociétés et de notre planète. Souvent considéré comme tabou, la croissance démographique est un sujet capital qui se doit d’être replacé au centre des réflexions dans la sphère publique. Primé dans plusieurs festivals et prisé par plusieurs ONGs internationales, Mother est un film innovant et révolutionnaire par son contenu et dans la manière dont le sujet est traité. Il brise une stigmatisation injuste du sujet en suggérant des solutions constructives centrées sur l’amélioration de la condition des femmes et les droits de l’enfant. Pour regarder Mother maintenant allez sur. https://youtu.be/UTOxcMfVp8M

  • Didier Barthès

    C’est une urgence en effet nécessaire, comment imaginer un monde harmonieux qui se dirigerait vers 11 milliards d’habitants en 2100 (prévisions moyennes de l’ONU) dont plus de 4 milliards en Afrique ?Comment permettre dans ces conditions aux hommes de vivre en paix ? Comment leur permettre de se nourrir ? Comment leur permettre de respecter leur environnement et notamment de laisser de la place aux animaux (la moitiés des vertébrés ont disparu au cours des 45 dernières années !) Bravo à Denis Garnier pour cette réflexion, hélas si souvent taboue. Rappelons la courbe de l’évolution de nos effectifs elle n’est évidemment pas durable.

  • Joyce Line

    Espérons que cette interview participera à la prise de conscience de la Bretagne, sur un sujet dont dépend en grande partie l’avenir de l’humanité…

  • Fred

    Blah Blah Blah, de biens belles paroles universalistes … (donc méfiance)
    Mais concrètement, les populations européennes (et des autres pays dit riches/occidentalisés) ont un problème de natalité, qui sans être catastrophique pourrait être meilleure, la faute à une politique anti famille, anti natalité, féministe anti féminité et anti masculinité homosexualiste et une culture individualiste et hédoniste/nihiliste. A coté de cela on peut sans problème remettre en question notre société de surconsommation en souhaitant le développement d’une économie de biens durables, de qualité et hautement recyclables, opposée à une économie de biens jetables et à obsolescence programmée. (et en mangeant moins de viande, etc)
    .
    A l’opposé les populations d’Afrique et d’Asie ont une croissance démographique élevée et supérieure à leur croissance économique ce qui les maintient dans la pauvreté de masse. A cela s’ajoute la pompe aspirante de l’immigration-invasion de l’Europe qui appauvrit les pays d’émigration et d’immigration (car l’écart est abyssal) et menace le coeur même de notre brillante civilisation. (je signale que dans le fond, tout le monde nous copie…). On peut dire par ailleurs que l’assistanat humanitaire et/ou l’illusion de l’abondance infinie sont largement responsable de la natalité élevé de ces pays pauvres. De même ces populations pauvres et jeunes constituent un formidable réservoir pour le capitalisme toujours à la recherche de sang frais et de jeunes esprits taillables et corvéables.

    .

    Au final gardons nous de toute tentation/velléité universaliste, chaque Peuple est Responsable de Son Destin, nous avons le devoir de protéger notre civilisation et nos frontières, et de ne pas intervenir dans celle des autres autrement que sous forme de conseils et de discussions; l’universalisme, le colonialisme (aujourd’hui inversé) et l’humanitaire ont fait bien assez de dégâts. (et en feront encore beaucoup vu la tournure des événements)

  • Fred

    J’ajoute à mon commentaire précédent que, dans ces pays là, l’Islam joue un rôle important dans le problème démographique vu qu’il l’utilise comme Arme de Conquête de la planète, c’est d’ailleurs un aspect central de l’immigration-invasion que subit l’Europe. Par rapport à ce phénomène nos dirigeants sont au mieux inconscients au pire complices d’une forme de génocide des peuples européens. De son coté le Christianisme, 2ème monothéisme, semble agir ou essayer d’agir de la même façon dans les pays pauvres (lutte démographique) et, chez nous, se montre trop souvent passablement complice de l’invasion de l’Europe en prenant cette agaçante posture de Gentil européen accueillant, incapable de s’affirmer en tant qu’élément d’une communauté forte et non coupable de maux passés dont les vrais coupables (finance et très haute bourgeoisie) nous accusent perpétuellement.

  • arbh

    Nous devons limiter les naissances pour faire face au poids démographique. Nous au TOGO (Afrique) nous avons créé ue association dénommée ATBH nous cherchons des partenaires pour nous aider à continuer nos actions

  • arbh

    Nous devons limiter les naissances pour faire face au poids démographique l’association ATBH travaille dans la planification familiale avec limitation des naissances. Nous voulons collaborer avec toutes personnes ou organismes ayant les mêmes objectifs en vue de la réduction de la pauvreté la misère et faire face au changement climatique

  • Nous sommes trop nombreux sur Terre. Nous sommes tous contraints d’exister pour des conneries. Nous sommes contraints d’exister et déposés dans des lieux malsains. Nous sommes obligés d’exister et on nous le fait sentir comme si nous y étions pour quelque chose. Nous sommes contraints d’exister alors que nos chers parents et associés n’ont pas nettoyé la planète. Parents et associés sont-ils tous débiles ? Suis-je débile de signaler que tous mes associés le sont ? Est-il idiot de dire qu’avant de faire un enfant, c’est-à-dire créer une existence, il vaudrait mieux nettoyer le berceau de bébé qu’est la planète ? Est-il stupide de réclamer la propreté du monde avant de poursuivre cette insanité surpopulatoire? Est-il naïf de penser que vous pouvez comprendre ce que je dis, et que si vous le comprenez les autres peuvent aussi le comprendre ? Pouvez-vous transmettre le message et cesser de vous enfoncer la tête dans le sable ?

    « La fabrication d’une existence ne sert que ceux qui existent déjà, or, personne ne maitrise cette fabrication faite à l’aveugle… Question : les humains sont-ils tous des Frankenstein ? »

    Voici ma part de colibri : Tant que le principal sera secondaire dans votre pensée, l’humanité n’avancera pas. Être humain qu’est-ce que c’est ? D’abord, le libre arbitre n’existe pas, puisque l’univers ne peut faire de mécanismes allant à l’encontre de ses propres mécanismes, d’où notre fonctionnement stupide d’animal et l’état du monde que cela engendre. Ensuite, nous sommes contraints d’exister, cela dans n’importe quelles conditions et nos propres parents sont indifférents à ces conditions, conditions de naissance (handicaps physiques ou mentaux) et conditions du milieu dans lesquels ils nous installent sans avoir au préalable nettoyé notre berceau qu’est la planète. Et encore, l’évolution n’a que faire de l’intelligence, elle ne s’intéresse qu’à la reproduction, elle est indifférente à la misère, la souffrance, et la mort. La Vie n’a besoin que de pérennité, ce qui est quasiment un pléonasme. Les animaux se reproduisent sans hésiter, sans aucune réflexion, et sans remords, la reproduction n’est qu’un mécanisme qu’ils accomplissent de manière innée. Dès le moment où les capacités de réflexion, de raison, et de conscience surviennent, donc chez l’animal humain, dès le moment où l’innéité et l’instinct sont contrôlables en partie par un système nerveux puissant, l’être humain qui se reproduit se rend compte qu’il crée une existence semblable à lui-même et qu’il lui propose en existant tous les malheurs, misères, difficultés, souffrances, qu’il subit, et la mort à laquelle il ne peut échapper. Pour justifier la procréation dans ces conditions, il faut que le procréateur invente des contes pour l’être qu’il crée, qu’il lui imposera comme culture, et que lui-même devra croire préférant ainsi se berner lui-même. D’où l’état du monde et des diverses sociétés humaines du point de vue culturel et religieux. D’où le fait que du point de vue évolutif les êtres qui se reproduisent moins ou pas du tout disparaissent avec leurs idées au profit de ceux qui se reproduisent en plus grand nombre. Pour résumer, l’idiot se reproduisant plus que l’intelligent, les idées des nombreux idiots se développent au profit de celles des quelques intelligents, noyés par le nombre, qui restent ponctuelles et ne peuvent s’imposer même dans le monde humain où la culture est mémorisée dans les livres, les idiots submergeant le monde culturel de leurs idées stupides. Monde égalitaire et libertaire : il ne faut pas rêver, la naissance est déjà une contrainte d’existence. Je ne vois pas comment vous pouvez rêver d’un monde juste quand le départ est foireux. Il n’y a aucune raison valable pour justifier l’obligation d’exister à votre enfant et à vous-mêmes qui êtes l’enfant contraint de vivre de vos parents avec la complicité sociale, la forte incitation sociale, quand ce n’est pas le viol patriarcal. Vous ne pouvez pas d’un côté être contre l’esclavage, évidemment votre propre servitude, et en contradiction totale avec cette idéologie : créer une existence pour vous servir, car créer un être qui n’a évidemment rien demandé, c’est le créer pour le service de celui qui existe. De plus comme vous ne maitrisez pas la création de cette existence, la procréation qui se produit en neuf mois dans la nuit du laboratoire utérin frankensteinien, eh bien vous pouvez fabriquer un handicapé quelconque, un terrible handicap, pour celui qui n’a même pas demandé à exister. Comment allez-vous compenser, dédommager, cette personne, celui que vous appelez votre enfant, de la vie de douleur et de misère que vous lui proposez, que vous lui imposez, ce qui n’est même pas ce que vous vivez et encore moins ce que vous espériez pour lui dans vos rêves de vivre avec lui et à travers lui. Peut-être faut-il rappeler que nous naissons tous par obligation. Nous existons parce que nos parents incités par la société nous contraignent à exister, alors que personne ne maitrise la procréation, et que l’être procréé ne l’a pas demandé. Peut-être faut-il rappeler aux mamans et papas que la mise en danger de la vie d’autrui est un délit et que le crime par imprudence est pénalisé. Peut-être faudrait-il rappeler aux gouvernements leur part de responsabilité dans cette incitation, et le besoin de chair à boulot, de chair à impôt, et de chair à canon dont les États sont friands dans le seul but de lutter contre les autres nations qui en font tout autant. Ils doivent donc payer eux aussi, et être pénalisés quand le crime d’existence handicapé est commis en toute connaissance de cause et d’effet, car concevoir est plus qu’imprudent, et cela est toujours sur le dos d’autrui. Tout le monde a le droit d’ingérence quand un crime est commis, et ce crime par imprudence, parfaitement conscient, de création d’existence est commis de nos jours 4 fois par seconde. La vie n’est une sinécure pour aucun être vivant, elle est un combat permanent. La vie n’est pas donnée, elle est imposée, et le comble est que nous devons tous l’acheter, car l’eau et la nourriture qui ne nous sont pas données doivent être acquis pour renouveler quotidiennement nos corps. Tout le monde a le droit de naitre, au minimum, voire au pire, en bonne santé physique et mentale puisque cette existence nous est imposée, comment pouvez-vous assurer ce minimum vital, mamans, papas, et sociétés, vous qui êtes criminels d’après vos propres lois ? Votre voiture est assurée ; mais avant de le concevoir, votre futur bébé l’est-il ? Vos parents vous ont imposé d’exister sans votre accord (évidemment) pour leur service et ils vous ont contraint à vivre, à souffrir, et à mourir, ce qui est le strict minimum des effets pervers de la Vie. Vous avez parfaitement le droit d’utiliser contre eux la loi du talion, et si, vous, vous avez pour eux la compassion qu’ils n’ont pas eue pour vous et excusez un peu leur bêtise vous pouvez au minimum leur demander de vous rendre des comptes.

    Pendant que nous philosophons délicieusement de la vie que maman/papa nous ont imposée et infligée, la grande Cigogne vient de déposer 350 000 bébés sur la planète aujourd’hui même (je précise ces 24 heures) : c’est un immense choc pour ces bambins, ils viennent d’atterrir si délicatement sur la Terre qu’une grande partie de ces 350 000 sont handicapés physiques ou mentaux, les membres, la tête, les organes internes, tout y passe, un grand nombre atterrissent débiles, beaucoup sont fracassés et ne survivront que quelques jours, voire une année, difficilement, et parmi tout cet amas de chair à mamans 25% seulement auront un QI et un QP supérieurs à 100, et vous avez de la chance si vos gènes ne vous réservent aucune surprise cancéreuse ou parkinsonienne… Certaines mères elles-mêmes subiront un tel choc à cet atterrissage douloureux que 800 d’entre elles en mourront, alors qu’une sur sept en subira une pathologie. Si un Bon Dieu a fait cette gabegie, attendez que je l’attrape, je l’envoie directement au TPI !

    J’ai entendu dire qu’il y avait des femmes sur cette planète Terre qui faisaient des enfants sans maitriser ce qu’elles faisaient, et que très souvent elles osaient mettre au monde des bébés gravement handicapés, qui n’ont même pas demandé à exister en plus, c’est absolument remarquable ! Par exemple rien qu’en région France il parait que sont créées sept-mille-cinq-cents personnes gravement handicapées tous les ans, et pour cette planète cela doit monter à plus d’un million dans la même année. Comme c’est étonnant ! J’aimerais savoir à quoi leur servent tous ces handicapés, peut-être à des expérimentations ! Ne pensez-vous pas qu’il faudrait leur enlever le droit de créer des existences à ces doctoresses Frankenstein ? Savez-vous que ces intelligences sensibles, conscientes, gravement handicapées, et rapidement mortelles, ne sont absolument pas dédommagées pour cette vie imposée et infligée qu’elles doivent mener dans des conditions infernales ?

    Il n’y a pas de plus grande violence que de contraindre quelqu’un à exister puisque c’est sans son accord, avec un corps et dans un milieu qu’il ne peut choisir, et il n’y a pas de plus grand crime, car c’est un crime en soi que d’obliger un être sensible et mortel à exister, et d’autant plus que ce crime est à l’origine de tous les crimes des existants.

    Les auteurs de tous vos maux sont les auteurs de vos jours. The authors of all your ailments are the authors of your days.

  • Jacques Guy

    En effet , LE SUJET c’est celui çi, le réchauffement climatique, le CO2 dont ont nous abreuve à journées entières ne sont que divertissements pour pseudos scientifiques et les Gogos.
    Par contre le pollution de l’air, de l’eau, des nappes phréatiques ce n’est pas important ni vital et pourtant là, c’est une réalité et non un fantasme.
    Il suffit pour comprendre de savoir qui polue et pourquoi et la boucle est bouclée.
    Les mêmes ont intérets à une surpopulation même si elle condamne à terme toute l’humanité.
    Car en attendant c’est tout bénéfice.
    Quand les peuples du BRICS mangerons comme nous , (c’est bientôt le cas en Chine) il sera IMPOSSIBLE de les satisfaire tous ALORS ! ………….