RMC – Bourdin. Troadec contre un référendum sur l’immigration à Carhaix

troadec_pennelle_karaez

11/09/2015 – 07H00 Carhaix (Breizh-info.com) – Christian Troadec, tête de liste « Oui la Bretagne » aux élections régionales, débattait jeudi matin chez Jean-Jacques Bourdin (RMC) face à Gilles Pennelle, tête de liste Front national aux élections régionales.

Egal à lui-même, Jean-Jacques Bourdin tentait bien  dès le départ de mettre en défaut Gilles Pennelle à propos de son communiqué où il entendait « dénoncer [« alerter en mal », ] les maires qui accueillent des immigrés ». Le représentant du FN a maintenu sa position, rappelant que l’accueil de nouvelles populations immigrées ne peut se faire au détriment des Bretons et des Français.

Une prise de position qui n’a pas plu à Christian Troadec. Reprenant les mantras habituels de la gauche bien-pensante ( « Bretagne terre d’ouverture » , « Pennelle et le Front national, symboles d’une France raciste et moisie », « chez nous on accueille les gens, comme pendant la guerre d’Espagne avec les réfugiés espagnols » , « les Bretons sont humanistes … etc.»), le maire de Carhaix, très énervé, a tenté tout au long du débat de diaboliser son adversaire.

Pourtant, lorsque ce dernier demande à l’édile de Carhaix : « M. Troadec, êtes vous prêts à instaurer un référendum dans votre commune afin de demander à la population si elle est pour ou contre l’accueil de nouvelles populations immigrées ? », le baron du Poher coupe court : « Chez moi, nous travaillons en commun, tout le monde y est favorable » – écartant l’idée qu’un débat démocratique puisse se tenir dans une commune gérée « façon Georges Frèche » comme nous l’expliquait encore avant-hier un commerçant de la zone artisanale.

Après quelques minutes à peine de ce qui se résumera, non pas à un débat, mais à un déballage de phrases chocs anti FN – que même les socialiste n’osent plus employer – Bourdin passera à autre chose…

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • o.icaros

    on nous parle des Espagnols… Je veux bien mais à cette époque les réfugiés se débrouillaient tout seuls pour se loger, pour se nourrir et ils trouvaient du travail tout de suite. A l’époque, il n’y avait pas de sécurité sociale, d’allocations familiales etc. Ce qui veut dire que les étrangers ne pesaient pas sur les coût sociaux. C’est peut-être mesquin d’en parler, mais les coûts sociaux c’est moi qui les finance et j’aimerais qu’on prenne aussi mon avis. Je peux répondre oui mais je ne veux pas qu’on m’impose des choses comme si je ne comptais pour rien et que les réfugiés comptent plus que moi.

  • Marie Martin

    Troadec dit défendre l’identité Bretonne en acceptant de nourrir, loger et blanchir des migrants.
    Qu’il s’occupe des siens avant. Et certains pensent encore qu’il est le meilleur car Breton ! pour défendre les intérêts de la Bretagne ! Erreur, veut la place et tout ce qui va avec en vendant son âme au diable.

  • MERIADEC

    M. TROADEC est un bon politicien « français ». La Démocratie directe et la consultation du peuple lui fait horreur. On est pas en Suisse ! J’ai toujours eu une certaine méfiance vis-à-vis du mouvement des Bonnets Rouges. Trop noyauté à gauche. Il ne posait donc pas les bonnes questions.

  • MERIADEC

    D’un autre côté, l’arrivée massive d’immigrés musulmans en Bretagne va permettre aux bretons de prendre contact avec la réalité de l’époque. Une majorité de bretons raisonnent comme les bobos parisiens des beaux quartiers qui ne voient les immigrés qu’a la télévision à l’exception de leur femme de ménage. Mesdames Catherine DENEUVE ou KOSCIUSKO-MORIZET, qui ne prennent jamais les transports en commun, appellent à la « charité » depuis les ghettos pour riches où elles vivent.
    Il en est de même pour les bretons qui vivent dans leur petit oasis de paix.
    Ils vont enfin connaître les joies des grandes métropoles et des banlieux françaises.
    Bah, ce n’est pas grave ! L’élevage porcin breton est déjà mort ! Les politiciens français s’en déjà chargés.