Nantes. Béatrice Bourges : « le féminisme, une dictature au service du mondialisme »

beatrice_bourges

01/02/2016 – 07H30 Nantes (Breizh-info.com) – Répondant à l’invitation du mouvement Egalité&Réconciliation, Béatrice Bourges était à Nantes samedi 30 janvier pour parler de la « dictature du féminisme ». Devant un public nombreux et attentif, la présidente du Printemps français a développé pendant près de 90 mn son propos sur le féminisme qui est, selon elle,  « un simple outil au service de la dictature du mondialisme ».

Pour Béatrice Bourges, l’objectif du féminisme n’a rien à voir avec la défense et la libération de la femme. Il s’agit en réalité d’un moyen de destruction massif de l’ordre naturel, selon une logique implacable où tous les morceaux du puzzle (théorie du genre, immigration, métissage) se juxtaposent progressivement pour construire un homme nouveau, un genre transhumain, un homme augmenté, mi-homme, mi-robot. L’homme nouveau doit être «désancré» du réel, un homme hors sol, hors nature, sans race, sans nation ni patrie  (hormis les multinationales) et sans religion (hormis le laïcisme et la franc-maçonnerie).

« Cette espèce d’homme nouveau, affirme-t-elle,  est suffisamment déconstruit pour qu’il ne se rebelle pas et accepte d’être manipulé à merci. (…) L’homme nouveau n’est plus une personne, mais un individu. Une personne a une double relation – horizontale, celle qui le lie à l’autre- et verticale- celle qui le porte vers ce qui est plus grand que lui, la transcendance. (…) Un individu coupé de ses 2 relations est atomisé et centré sur lui-même. Si dans le même temps on  démolit la famille, les corps intermédiaires, le rapport à la terre, on le coupe suffisamment des autres pour qu’il dépende pour sa survie et sa sécurité du seul État, sans autre recours. » 

Mieux, poursuit Béatrice Bourges, cet homme est « décérébré » dès le plus jeune âge grâce aux nouvelles technologies, afin de le couper de toute vie intérieure, de réflexion, cultivées dans le calme et la solitude disparus de notre horizon. Et pour ceux qui seraient encore tentés de résister, « ils sont privés de parole par la mort sociale, orchestrée par l’autocensure, et les media aux ordres.»

Alors dans ce schéma global de déconstruction suivi de destruction,  pourquoi la femme devient-elle une arme puissante pour inventer l’homme nouveau ? Eh bien, nous dit la conférencière, la femme est intrinsèquement un obstacle car la Femme est dans « l’être », elle porte une fécondité naturelle, charnelle ou non, et une fécondité spirituelle. Elle est mère, elle est le ventre, elle porte l’enfant, le nourrit, et elle est riche de 2 cœurs qui battent en son sein quand elle porte l’enfant, elle est l’essence même du don et de la vie qu’elle donne dans un acte gratuit.

Il s’agit donc d’actionner les leviers de destruction de cette Femme d’abord par une action psychique ayant pour but de dévaloriser sa féminité (culte de l’esthétisme du bistouri et de l’androgynie…), de dévaloriser son rôle de mère (la femme au foyer n’est plus une alternative car celle qui ne rapporte pas d’argent n’a pas de valeur), et d’éducatrice (l’état est plus compétent  que la mère), et de dévaloriser son rôle d’épouse (on entretient la peur d’être abandonnée tout en ne protégeant pas la femme au foyer). Puis par une dialectique marxiste où la Femme est inscrite dans le communautarisme victimaire des opprimées subissant les oppresseurs. Enfin par une démarche sémantique en inversant le sens des mots : le genre, qui était un concept grammatical, devient un choix de destin ! « Nous atteignons là le point d’orgue avec la dissociation entre procréation et sexualité, à travers la marchandisation de l’enfant et la recherche de l’enfant hors-sol pour toutes les femmes. »

Mais qui finance et fait vivre les mouvements féministes, ces «idiots utiles» qui ne sont que des vecteurs télécommandés de plus haut, par ceux qui ont le projet de nouvel ordre mondial ?

Mme Bourges évoque l’IPPF, mouvement international  né à Bombay en 1952, regroupant plus de 150 associations dans plusieurs pays, révélateur de la mise en place progressive de la pyramide décrite ci-dessus. Puis le rôle joué par le groupe Bilderberg,  la franc-maçonnerie, Rockefeller en tant que  banquiers. « Il suffit, dit-elle, de lire les mémoires de David Rockefeller, le témoignage de Aaron Russo, jusqu’au dernier avatar, Vincent Peillon, déclarant entre autres qu’il faut arracher les enfants au déterminisme familial.»

Parmi leurs déclarations,  citons «les événements du monde sont planifiés par ceux qui tiennent les cordons de la bourse, nous arrivons à l’émergence d’une transformation globale, nous avons à présent besoin d’une crise majeure et le peuple acceptera nos prescriptions ». Et c’est Nicolas Sarkozy qui, en 2008, …lâche le dogme : « Cette crise marquera le début du 21ème siècle, …il est temps de construire le Nouvel Ordre Mondial».

Béatrice Bourges n’a pas voulu quitter son public sans une note d’espérance, espérance qu’elle fonde notamment sur sa foi catholique. « Notre société subit une crise spirituelle. Or rien ne résiste au réel, le mensonge est toujours démasqué, l’instinct de survie est connecté au réel, il est impossible de nier indéfiniment la double dimension de l’homme. Il faut sortir du système, adopter l’écologie intégrale. Homme et Femme sont complémentaires et solidaires, l’homme gardien du foyer à l’extérieur, protège la famille, et la femme gardienne du foyer à l’intérieur protège l’enfant, et ceci dans le respect infini du rôle admirable de chacun. »

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

  • André Herrou

    En plein accord avec Mme Bourges . Tout est dit , bien dit et il ne manque pas un mot . En effet le dictât du mondialisme à besoin de déshumaniser pour assurer sa gouvernance. Il formate le cerveau du troupeau pour l’adapter à sa nouvelle vie , en occultant l’Histoire, en lui faisant oublier son passé , sa race , ses origines . Plus d’identité pour mieux le contrôler dans ce troupeau , devenu bigarré mais peu importe pourvu qu’il se laisse dirigé et par le vent de l’immoralité .

  • Noelle C.

    Mais qu’est ce qu’elle fait là à discuter, la madame ? Qui s’occupe des enfants, des petits-enfants, de la cuisine, du ménage pendant qu’elle est là, à papoter ?
    Allez oust ! A la maison !

    • rinocero

      bien vu, sa vision des rôles respectifs masculin et féminin est datée. Ce qu’elle dit sur la logique mondialiste qu’on cherche à imposer aux peuples notamment européens n’est pas faux et elle a raison de dénoncer toutes ces associations qui veulent une uniformité mondiale et la disparition des peuples. Ceci étant dit je ne partage pas sa vision d’un retour en arrière – toute – concernant la place des hommes et des femmes dans la société.
      A ce moment là elle devrait aller vivre dans les pays musulmans qui correspondent à son idéal : les femmes cloîtrées chez elles et les hommes dehors.
      Si on rejette l’islamisation et son prosélytisme religieux c’est pas pour adopter le même mode de société ici en Europe ! Entre certains courants féministes radicaux et parfois excessifs et sa vision à elle très rétro pour ne pas dire rétrograde , on peut heureusement mettre le curseur ailleurs.