Chômage : le grand détournement du gouvernement

chômage

28/12/2016 – 08h15 Paris (Breizh-Info.com) – A quelques mois de l’élection présidentielle la fameuse courbe du chômage se serait inversée, selon les dires du gouvernement. Hier, à en croire les chiffres officiels pour le mois de novembre, un peu plus de 30 000 chômeurs ont disparu des statistiques. Sauf qu’il y a une astuce et une entourloupe. Explications.

31 800 chômeurs en moins en novembre, soit 0,9 % de baisse et voilà le gouvernement qui se félicite et s’autocongratule dans tous les médias, du moins pour les ministres qui ne sont pas en vacances. Sauf que la réalité est tout autre, et cela fait des mois que cela dure. Si le nombre de chômeurs de catégorie A baisse effectivement, il augmente si l’on prend en compte les chômeurs de catégorie A, B et C.

Et comme leur nom l’indique, les chômeurs de catégories B et C sont bel et bien des chômeurs : ils sont inscrits à Pôle emploi et certains sont également indemnisés. Ces catégories dénombrent les chômeurs qui ont un emploi à temps partiel de moins de 78 heures par mois en catégorie B, de plus de 78 heures par mois en catégorie C.

Or, le mois dernier, le nombre de chômeurs inscrits dans ces catégories a augmenté de plus de 3,5 % soit 15 000 chômeurs en plus. Quand on sait que la baisse du nombre de chômeurs de catégorie A est principalement due aux emplois aidés, dont les fameux emplois d’avenir, on comprend à quel point cette histoire d’inversion de la courbe du chômage est une immense supercherie…

La France compte en réalité 5 475 800 demandeurs d’emploi, toutes catégories confondues, soit 30 000 de plus que l’an dernier à la même époque. Et ce chiffre ne prend pas en compte les chômeurs sortis des statistiques par la magie des programmes de formation, dopés également par de l’argent public. Là encore, ce sont des chômeurs de catégorie A qui disparaissent comme par magie des statistiques, pour atterrir en catégorie D, celle des chômeurs en formation. Cette catégorie a fait un bond de 21,9% sur un an et de 4,3% sur le seul mois de novembre. Résultat 762 600 demandeurs d’emploi sont dissimulés dans des programmes de formation – 29 500 de plus pour le seul mois de novembre.

On l’aura compris : 31 800 chômeurs disparaissent de la catégorie A en novembre, permettant au gouvernement d’annoncer que le chômage baisse mais dans le même temps, 29 500 chômeurs bénéficient d’un programme de formation indemnisé, la catégorie D. Et 15 000 chômeurs travailleurs à temps partiel gonflent un peu plus encore les catégories B et C.

Il y a donc plus de chômeurs en France, en novembre comparé au mois d’octobre.

Et le pire, c’est que dans les prochains mois, ce subterfuge va continuer à être utilisé encore un peu plus toujours pour soutenir le bilan du gouvernement sortant et des candidats qui en sont issus, à commencer par Manuel Valls et pourquoi pas, comme certaines rumeurs le laissent entendre, de François Hollande qui n’aurait peut être pas totalement jeté l’éponge.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Anne Hélène Gestin

    Personne n’est dupe! Il suffit de regarder quelques émissions comme « C dans l’air », où des économistes et politologues de tous bords nous expliquent la supercherie!

  • fanny.de.recouvrance

    Ajoutez à cela tous les contrats d’alternance (apprentissage et tous les contrats -26 ans )signés jusqu’en décembre ….et qui font sortir les jeunes des chiffres, et vous y êtes !! ça n’est pas rien, !

  • lombard

    de toute façon si la gauche avait un jour aimé les entreprises cela se saurait…

  • Abrux

    Ouest-France le grossiste électoral se contente des chiffres affichés.

  • Acer Perso

    Le rythme de progression de la dette suffit à lui seul pour rendre n’importe quel gouvernement beaucoup plus modeste. Mais ce n’est pas le cas et c’est même le contraire. Plus personne ne s’en soucie A droite comme à gauche on échafaudage des projets de dépenses comme si tout allait bien.