Banque. 2017 : vers la fin des taux d’intérêts négatifs ?

taux_dinteret

01/01/2017 – 08h15 Paris (Breizh-Info.com) – L’année 2016 aura été marquée par une anomalie économique majeure : l’effondrement des taux d’intérêts. Des taux qui n’ont jamais été aussi bas mais qui devraient remonter en 2017.

Cette année 2016 a été marquée par des taux inédits dans l’histoire de la finance : ainsi,  emprunter sur 20 ans, pour acheter un appartement ou une maison pouvait se faire en 2016 contre 1,5% d’intérêts, assurance comprise. Une aubaine pour les emprunteurs.

Si l’on ajoute que les, banques, elles, se financent gratuitement auprès des banques centrales, on comprend qu’il y a un vrai problème. Si Aux Etats Unis, le taux directeur de la banque fédérale est passé à 0,5 % mi décembre, en Europe, les banques empruntent toujours gratuitement en Europe auprès de la banque centrale européenne.

Mieux, elles sont rémunérées pour le faire : elles touchent 0,4 % du montant de la somme empruntée en prime pour les inciter à emprunter, pour ensuite, elles même, prêter aux particuliers ou aux entreprises. Mais dans le même temps, ceux qui ont placé de l’argent sur des produits d’épargne, livrets A ou assurance-vie eux sont furieux, car leur argent ne travaille pas, ne fait pas de petits, ou tout juste le niveau de l’inflation, c’est à dire que leur pelote ne grossit pas, elle stagne, et même parfois, régresse.

Or, c’est en fait anormal. Des taux d’intérêt trop bas rémunèrent trop mal le risque pris en prêtant de l’argent. Dans une économie, il faut pourtant des gens pour prêter et aujourd’hui, cette mission qui consiste à prêter de l’argent à d’autres est assurée par les banques centrales, qui fabriquent de l’argent à tour de bras pour le prêter à ceux qui en ont besoin plutôt que de placer l’argent des épargnants pour leur assurer un rendement.

Par ailleurs, les taux d’intérêts trop bas n’incitent pas les Etats dépensiers, comme la France, à faire des économies budgétaires. On s’attend à une remontée des taux d’intérêts en 2017 sans connaître sa nature et sa puissance. Au dessus de 1% de hausse, cela changerait en tout cas fortement la donne que ce soit au niveau de l’économie mondiale mais aussi pour nouvelle équipe qui sera élue en mai prochain en France.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine