Primaire. Valls reçoit le soutien de la députée anti-fessée Marie-Anne Chapdelaine

09/01/2017 – 09H00 Rennes (Breizh-info.com) – Dans le cadre de  la campagne de la  primaire socialiste, Manuel Valls tiendra un meeting à Rennes le lundi 16 janvier 2017. Outre le soutien de Nathalie Appéré, maire (PS) de Rennes, l’ancien Premier ministre a reçu l’appui de la sénatrice d’Ille-et-Vilaine Sylvie Robert et des députés Marcel Rogemont et Marie-Anne Chapdelaine.

Cette dernière, élue PS de la première circonscription d’Ille-et-Vilaine, vient de s’illustrer en faisant adopter, le 22 décembre dernier, un amendement interdisant aux parents l’usage de la fessée sur leurs enfants. Une révolution sociétale comme seule la gauche en général, et madame Chapdelaine en particulier, a le secret.

En pratique, l’amendement adopté modifie l’article 371-1 du Code civil qui définit l’autorité parentale destinée à protéger l’enfant «dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement, dans le respect dû à sa personne». Cette autorité devra dorénavant s’exercer en excluant «tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles», précise le texte. Reste que les contrevenants qui se risqueraient à coller une fessée à leur progéniture n’encourront aucune sanction pénale. En France 85% des parents auraient en effet tendance à punir corporellement leurs enfants – de quoi encombrer un peu plus les tribunaux.

Outre ses postions sociétales, Marie-Anne Chapdelaine s’était illustrée il y a eux ans en s’en prenant vivement à Eric Zemmour, accusé, lors de la sortie de son ouvrage Le suicide français, d’être «  antirépublicain, raciste et xénophobe…». « Monsieur Zemmour, la République, on l’aime ou on la quitte », avait déclaré alors la députée socialiste. Cette étrange conception de la liberté d’expression avait toutefois été vite recadrée par l’intéressée suite à l’attentat contre Charlie Hebdo.

Enfin, mauvaise nouvelle pour cette dernière : son candidat préféré pourrait en effet quitter la compétition présidentielle plus tôt que prévu. Selon un sondage Kantar Sofres OnePoint, publié par Le Figaro, Manuel Valls serait en effet battu au second tour face à Arnaud Montebourg et arriverait à égalité en cas de duel contre Benoît Hamon. Une fessée dont se passerait bien l’ancien Premier ministre…

Crédit photo : Pymouss/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

 

 

  • Un soutien de poids, quand je vois la jeunesse de nos jours (et je dis ça j’ai 20 ans), j’ai peur pour l’avenir.

  • sav73

    une guignol de plus chez les socialos , bonne claque assuré au élection …ha ,ha ,ha