Migrants à Saint-Brévin les Pins (44). Le CCAS retiré du catalogue été 2017

migrants_africains
Photo d'illustration

27/01/2017 – 07H45 Saint-Brévin les Pins (Breizh-info.com) – Les migrants de Saint-Brévin les Pins resteront-ils plus longtemps que ne l’avaient déclaré les autorités ? C’est ce que porte à croire la lecture du catalogue « Vacances CCAS Printemps, été, automne 2017 ». En effet, alors qu’on retrouve la plupart des centres qui ont accueilli des migrants en Bretagne et qui en accueillent encore cet hiver, aucune trace de celui de Saint-Brévin les Pins.

Pourtant, le 26 octobre 2016, dans un communiqué (voir photo ci-dessous) la Préfecture de la Loire-Atlantique garantissait aux administrés que « cette mise à l’abri » des migrants sera « temporaire et n’excédera pas le printemps 2017. Il ne s’agira pas d’une installation pérenne ». Les promesses n’engagent que ceux qui les font, c’est bien connu …

Lenteur du traitement administratif des dossiers, gel des possibilités de partir en Angleterre qui ne peut pas plus accueillir de migrants que la France, avec pour conséquence, le prolongement du séjour de ces individus, rentrés illégalement sur le territoire français. D’autres choisissent de repartir vers Calais, où la Jungle se reforme, signe d’un gouvernement qui n’a définitivement plus aucune autorité, lui qui avait annoncé par ailleurs l’expulsion de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes avant la fin de l’année 2016.

Nous avons appelé le « Pavillon des Fleurs » – le CCAS vacances de St-Brévin pour en savoir plus. Au téléphone, c’est un membre de l’association Trajet qui nous a répondu, et qui n’était pas au courant des suites données à l’accueil des migrants, initialement prévus, comme il nous l’a confirmé, jusqu’au printemps.

Nous n’avons pas pu avoir plus d’information en joignant la centrale de réservation de vacances, ni la communication des CCAS. Manifestement, le centre de Saint-Brévin les Pins, c’est presque secret défense…

st_brevin

Benoît Costil (Stade Rennais) se paye un coup de publicité

En attendant, les migrants de Saint Brévin les Pins bénéficient d’une attention toute particulière. Récemment, c’est le gardien de but professionnel du Stade Rennais, Benoît Costil, qui s’est fait un coup de publicité en offrant un jeu de 54 maillots et des tenues de sport à ces immigrés sous l’oeil des caméras de télévision nationale. Depuis le début de sa carrière en 2005 à Caen, ou depuis son arrivée à Rennes en 2011, on n’avait jamais vu pareille initiative auprès de jeunes défavorisés de la région !

Dons de vélos, cours de français, et même échanges avec le collège local, mais aussi celui de Pornic (et le lycée), entrainements de football menés par Pascal Théault, ancien entraineur du SMC Caen qui ne lésine pas sur les interviews données à la presse nationale pour incarner désormais « l’ancien coach professionnel qui entraine une équipe de migrants ». Un nouveau Superman en quelque sorte, qui a récolté suffisamment d’argent lors de son expérience professionnelle en Côte d’Ivoire et au Maroc pour pouvoir « prendre une année sabbatique ».

 Jonathan membre du collectif de Brévinois contre l’accueil des migrants, est dubitatif : « Oui, ça se passe plutôt bien. Mais ça n’est pas le problème. Le problème c’est qu’ils n’ont rien à faire ici. Ils ne sont pas chez eux, c’est tout. A moins qu’on abolisse les frontières et les nations ? ». Evoquant les actions en faveurs des migrants, ce dernier s’interroge à nouveau : « avec certains, cela relève du coup de pub ; passer pour le gentil qui aide les migrants. Avec d’autres, ça relève presque de la psychiatrie. Parmi ceux qui aident les migrants actuellement, certains ne se seraient jamais occupés de leurs parents dans le besoin, d’autres auraient des gamins qui se drogueraient et qui erreraient, par contre, ils  seraient prêts à tout donner par fascination pour « l’autre », « l’étranger ». C’est ahurissant ».

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Dreinek

    Le CCAS d’EDF c’est la CGT qui le gère avec not’ pognon …. Hé ouais !

    • Borny

      Personnellement, je préfère aider des migrants qui fuient la guerre que des bandits en cols blancs qui nous pompent joyeusement… Rémunéré par l’argent public, et avec un régime de retraite tellement avantageux qu’il n’est pas à l’équilibre, heureusement que le régime général est là pour le renflouer (merci aux salariés du privé).

      Je n’ai pas besoin de donner de noms.

      Sans oublier les milliards de fraude fiscale et sociale chaque année, les arnaques à la sécurité sociales par certains ambulanciers, infirmiers…

  • JulesM

    « l’ancien coach professionnel qui entraine une équipe de migrants « .

    C’est pas ce qu’on appelle la ligue 1?

    • Alex

      « une équipe de migrants » C’est la définition exacte de ce que sont les Français. La Bretagne aux Bretons!!

  • chanavat michel

    la CGT en grande difficulté financière est renflouée par Hollande qui garnit ses centres d’accueil par les CCAS des maires bien-pensants…..

  • DELAF

    Il y a un moyen simple de marquer notre désapprobation : boycotter EDF en changeant en bloc de Fournisseur d’électricité.

    • plaisancier

      non EDF n’est pas responsable, c ‘est le comite d ‘entreprise propriété des syndicats qui est propriétaire de cet établissement, en aucun cas EDF

  • christian vidal

    Dehors les clandos!

  • Pingback: 47 migrants ont été accueillis au centre de vacances de la Caisse centrale des activités sociales d’EDF et GDF | La Gauche m'a tuer()

  • plaisancier

    Mrs Théault, Mr Susselin, vous si dévoués pour encadrer les migrants, qu’avez vous fait pour nos brévinois en difficlutés, rien il me semble ne profitez vous pas d’eux pour vous faire mousser
    c ‘est honteux