Carte Actuël . La Région Bretagne et la SNCF permettent aux migrants de voyager en train à – 75%

carte_actuel

31/01/2017 – 08h45 Rennes (Breizh-Info.com) – Pour faciliter l’accès des plus démunis au transport, la Région Bretagne a mis en place la carte Actuël, en partenariat avec la SNCF. Cette carte permet de voyager sur tout le réseau TER Bretagne à -75%. Une partie des migrants peut en bénéficier, ce qui n’est pas le cas de nombreux habitants de la région qui ne rentrent pas dans les critères définis pour l’octroi de cette carte tout en peinant pourtant à boucler les fins de mois.

Pour pouvoir prétendre à la carte Actuël, il faut en effet remplir au moins un des critères suivants :

  • La carte Actuel est destinée aux demandeurs d’emploi inscrits au pôle emploi Bretagne depuis plus de 4 mois (catégories 1, 2, 3, 6, 7, 8), non indemnisés ou indemnisés en dessous de 80% du SMIC (915,20€ net/m) et aux bénéficiaires de l’allocation de solidarité Spécifique (ASS).
  • Aux bénéficiaires de minima sociaux : RSA socle (hors prime activité), Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA), Allocation de demandeurs d’asile (ADA). 
  • Aux personnes en parcours d’insertion : contrat d’accompagnement vers l’emploi, Contrat d’avenir, CIVIS.
  • Les bénéficiaires de l’AAH (allocation adulte handicapé).
  • Allocation temporaire d’attente (ATA).
  • Aux apprentis et pré-apprentis.

Cela signifie donc – et les collectifs qui collaborent avec les migrants le savent parfaitement et le diffusent – qu’une fois la démarche de leur demande d’asile mise en route, les migrants peuvent circuler à bas prix sur tout le réseau TER Bretagne.

Fin 2015 la SNCF avait été accusée – suite à la publication d’une note interne – de donner des consignes de largesses vis à vis des migrants voyageant sur le réseau SNCF, notamment concernant la possible « gratuité », non pas du ticket, mais de la réservation (entre 3 et 10 euros par voyage).

« On rencontre plutôt des migrants équipés de billets qui leur ont été fournis par des associations, par je ne sais quel biais » nous explique un contrôleur alors que nous prenons le train entre Rennes et Paris-Montparnasse.

« Mais il faut reconnaitre que, comme beaucoup de collègues, lorsque certains n’ont pas de ticket et qu’ils sont en groupe entre les wagons, on ne dit rien. On ne veut pas d’histoire . Cela n’est pas juste vis à vis des autres usagers de la SNCF, mais il me semble que ça fonctionne comme cela dans beaucoup d’autres secteurs de la société non ? » poursuit-il tout en nuançant : « enfin vous savez, il n y a pas que les migrants avec qui il y a une tolérance; Moi j’ai des collègues qui, dans certains trains dans des zones chaudes, ne contrôlent presque plus personne de peur d’être agressés . Et ce sont des français. Enfin, de papier tout du moins …»

Crédit Photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Radicelle

    Même les travailleurs précaires financent le Grand Remplacement .

  • balaninu

    Une honte pour tous les pauvres de Bretagne, donc les bretons !

  • Collectif Crec

    Libertés, égalités… Nous ont paye plein pot… Bon, c’est vrai que nous avons moins de temps pour voyager que les migrants… Et en plus, un larcin vite fait en Bretagne et le soir en Méditerranée… Breton, vraiment « Têtes de cons » ?