Drogues. Après Paris, l’Irlande ouvre sa première salle de shoot à Dublin

salle_shoot

09/02/2017 – 13h00 Dublin (Breizh-Info.com) – Mardi 7 février, le gouvernement irlandais a autorisé l’ouverture d’une première salle de shoot spécialisée pour les consommateurs d’héroïne en Irlande. Le pays prend ainsi la suite de Paris, où les toxicomanes peuvent venir se faire des injections de drogue rue Ambroise Paré, depuis le 14 octobre 2016, avec la bénédiction d’Anne Hidalgo, maire de la capitale française.

« Pour moi, il s’agit d’aider des gens et de protéger les plus vulnérables et marginalisés de notre société. Le coût humain des injections publiques est clair et continue à grimper – le manque de dignité, l’impact sur la santé publique, le bien-être et la sécurité des consommateurs » a déclaré Catherine Byrne, la ministre d’État chargée de la politique sur les stupéfiants.

Ils seraient plusieurs centaines d’héroïnomane rien qu’à Dublin, une ville où le trafic et la violence liée à ces trafics prend de l’ampleur d’année en année. « Nous savons que ces structures ne sont pas la seule solution face aux stupéfiants et que beaucoup d’autres politiques sont nécessaires, mais je m’engage à faire tout mon possible pour aider ceux qui en ont le plus besoin », a expliqué la ministre.

Les toxicomanes auront ainsi, comme à Paris, accès à un environnement contrôlé pour se droguer, avec notamment des aiguilles stériles et la possibilité d’avoir un suivi médical pour les accompagner, dans l’optique d’un sevrage et d’une prévention des overdoses.

Le principe est le suivant : le toxicomane va d’abord s’enregistrer, même avec une fausse identité. A Paris, on lui délivre un ticket , où puis il attend que son numéro s’affiche pour entrer dans la salle avant de présenter le produit qu’il compte s’injecter dans les veines.

Dans le monde, des salles de shoot existent en Suisse, en Australie, en Ecosse, mais aussi aux Pays-Bas ou au Canada.

Crédit Photo : Pixabay

[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine