Bactéries multirésistantes : l’OMS anxieuse.

bacteries

01/03/2017 – 09H00 Paris (Breizh-info.com) – L’organisation mondiale de la Santé est inquiète. Le département de la communication de l’OMS a publié ce 27 février une liste de bactéries qui ont développé des résistances et des multirésistances aux antibiotiques et aux associations d’antibiotiques issus de l’arsenal à disposition du corps médical. Douze familles de bactéries ont été listées dans une liste divisée en trois niveaux d’urgence.

L’OMS recommande d’intensifier la recherche et le développement de nouveaux antibiotiques. Elle prône également un travail à l’amont : une meilleure prévention des infections et un usage approprié chez l’homme et dans les élevage d’animaux. L’OMS s’inquiète aussi d’un usage irrationnel des nouveaux antibiotiques éventuellement mis au point à l’avenir.

Dans son communiqué, elle évoque la menace particulière des centres de soins : « les bactéries multirésistantes qui représentent une menace particulière dans les hôpitaux, les maisons de retraite ou pour les patients dont les soins imposent d’utiliser des dispositifs comme des respirateurs ou des cathéters sanguins. Il comporte Acinetobacter, Pseudomonas et diverses entérobactéries (dont Klebsiella, E. coli, Serratia, et Proteus). Elles peuvent provoquer des infections sévères, souvent mortelles, telles que des infections sanguines et des pneumonies. Ces bactéries sont devenues résistantes à un grand nombre d’antibiotiques, y compris les carbapénèmes et les céphalosporines de troisième génération, les meilleurs produits disponibles pour traiter les bactéries multirésistantes.”

La liste OMS des agents pathogènes prioritaires pour la “recherche-développement de nouveaux antibiotiques” est la suivante :

Priorité critique :

  1. Acinetobacter baumannii, résistance aux carbapénèmes

  2. Pseudomonas aeruginosa, résistance aux carbapénèmes

  3. Enterobacteriaceae, résistance aux carbapénèmes, production de BLSE

Priorité élevée :

  1. Enterococcus faecium, résistance à la vancomycine

  2. Staphylococcus aureus, résistance à la méthicylline, résistance intermédiaire ou complète à la vancomycine

  3. Helicobacter pylori, résistance à la clarithromycine

  4. Campylobacter spp., résistance aux fluoroquinolones

  5. Salmonellae, résistance aux fluoroquinolones

  6. Neisseria gonorrhoeae, résistance aux céphalosporines, résistance aux fluoroquinolones

Priorité moyenne :

  1. Streptococcus pneumoniae, insensible à la pénicilline

  2. Haemophilus influenzae, résistance à l’ampicilline

Shigella spp., résistance aux fluoroquinolones

De nombreuses publications avaient déjà évoqué en 2016 une évaluation de l’impact sur la santé publique de ces “superbactéries” qui se sont habituées à un environnement septique.

Le chiffre de 10 millions de morts annuels supplémentaires avait été avancé à de nombreuses reprises. Il n’a pas été repris par l’OMS qui va cependant saisir sous peu de temps le G20 à propos de cette urgence de développer de nouveaux antimicrobiens.

Maelys Lecor

Crédit Photos : Pixnio
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Artza56

    Information intéressante. Mais il serait bien que Breizh-info creuse le sujet et explique à ses lecteurs le pourquoi et le comment de ces résistances aux antibiotiques. Il y a de multiples raisons, non?