Landerneau. Des élèves de Stumdi nominés lors des prix de l’avenir de la langue bretonne

priziou_2017_fond_rouge-2895091

17/03/2017 – 09H15 Landerneau (Breizh-info.com) – Le 24 mars prochain, lors de la remise des prix de l’avenir du breton 2017, une émission produite par France 3 Bretagne et l’Office public de la langue bretonne, le travail du centre de formation Stumdi sera une nouvelle fois reconnu et récompensé puisque plusieurs élèves sont nominés.

Dans la catégorie « Brittophone de l’année », sont nommés Yann Tiersen et Emilie Quinquis. Ce couple d’artistes a décidé d’apprendre le breton avec Stumdi (à Brest en 2015-2016) afin de vivre dans cette langue. Ils la défendent au travers de leur art. Dans cette même catégorie est également nominée Fanny Labbay. Elle a appris le breton en 2015 à Guingamp, et a également décidé de l’utiliser au quotidien. Elle travaille actuellement à l’école Diwan de Bourbriac et propose des cours de breton pour sensibiliser les apprenants à la langue bretonne.

Dans la catégorie « Association » a été nominée « Brezhoneg e Brest » qui propose de multiples sorties en breton en ville comme à l’étranger : soirées jeux, chant, promenades, voyages, kayak. Son président, Florian Lannuzel, et sa trésorière, Amélie Gloaguen ont tous les deux appris le breton avec Stumdi en 2015 à Brest.

Dans cette même catégorie, on retrouve également « Dizale », où travaille David Huilizen. Il s’occupe de Breizh VOD, un service de vidéos en breton à la demande et en flux continu sur Internet, ainsi que de la communication et des séances publiques de l’association. Il a appris le breton chez Stumdi en 2007 à Ploemeur.

Dans la catégorie « Création audiovisuelle » se trouve le documentaire « A-vihanig », réalisé par Bleuenn Le Borgne, qui raconte le choix de jeunes pères et mères, d’élever leurs enfants en langue bretonne, même si celle-ci n’est pas leur langue maternelle. Dans ce film, nous découvrons plusieurs ancien(ne)s stagiaires passé(e)s par notre centre de formation : Solenn Mazo Raguin, Marie Calvez, Nicolas Loncle, Patricia Pasco.

Cette année encore, les « prix de l’avenir du breton » (PRIZIOU DAZONT AR BREZHONEG 2017 ) démontrent à quel point les formations proposées par Stumdi sont efficaces et utiles.

L’émission – la 20ème édition – sera enregistrée le vendredi 24 mars 2017 à Lannion à la salle du Carré Magique et diffusée à plusieurs reprises : le vendredi 24 mars 2017 à 19h00 en streaming sur bretagne.france3.fr, le samedi 25 mars 2017 à 10h55 sur France 3 Bretagne, le lundi 27 mars 2017 à 8h50 sur France 3 Bretagne et Loire-Atlantique.

Chaque lauréat reçoit un prix : 1500€ pour le premier, 500€ pour le deuxième et le troisième remis au nom de la région Bretagne, ainsi qu’un trophée réalisé par le designer Owen Poho offert par France 3 Bretagne.

L’intégralité des nominés :

Association
• Brezhoneg e Brest (du breton à Brest), association pour la promotion et l’usage de la langue bretonne à Brest.
• Dizale, association spécialisée dans le doublage en langue bretonne qui propose désormais un service d’abonnement de vidéo à la demande.
• L’amicale des pompiers de Rennes, l’association propose désormais un calendrier entièrement bilingue vendu à Rennes et dans ses environs.

Livre de fiction
• « Rebetiko hag istorioù all », recueil de nouvelles de Kristian Braz (Ed. Al Liamm).
• « Bar Abba », roman de Yann Bijer (Ed. Al Liamm).
• « Kerdiwal », recueil de poème de Herve Seubil gKernaudour (Ed. Al Liamm)

Collectivité
• Conseil départemental du Finistère, premier département à adopter un plan pour la langue bretonne 2016-2021.
• Ville d’Hennebont, pour la création d’un Agenda 21, un plan 2016-2021 pour le développement de la culture bretonne et du breton.
• Hôpital de Carhaix, pour l’installation de panneaux bilingues et des actions en faveur du développement de la langue bretonne dans le domaine de la santé.
Création audiovisuelle

• « Pa ya kuit Solenn / Quand Solenn s’en va », docu-fiction (26’) d’Anne Gouerou.
• « A-vihanig / Depuis tout petit », documentaire (26’) de Bleuenn Le Borgne.
• « C’hwi a gano / Vous chanterez », série de 5 épisodes (10’), réalisée par Perynn Bleunven.

Entreprise
• Ar Bradenn – Aquatiris, société spécialisée dans la phyto-épuration, utilise la langue bretonne dans sa communication.
• Le Kêr, parc ludo-éducatif sur l’histoire de la Bretagne basé à Vannes. Trois brittophones sont employés, l’intégralité des contenus (panneaux, films) proposés sont en breton ainsi que les visites guidées.
• Korrimel, service de messagerie électronique entièrement en breton, permettant d’avoir une adresse en .bzh.

Disque chanté en breton
• « Youn Kamm et le Bagad du Bout du Monde » de Youn Kamm (Apprentis Producteurs / Coop Breizh).
• « Exil » de Maria Desbordes (Awen Records / Coop Breizh).
• « Valgori » de Brieg Guerveno (Paker Prod / Coop Breizh).

Brittophone de l’année
• Laëtitia Anger, pour avoir créé Les Archi Kurieux, une entreprise qui propose des animations autour du patrimoine en langue bretonne.
• Yann Tiersen et Emilie Quinquis, le couple de musiciens a décidé d’apprendre et de vivre en langue bretonne. Ils défendent la langue à travers leur art.
• Fanny Labbay a appris récemment à parler breton et a décidé d’en faire sa langue quotidienne. Elle travaille à l’école Diwan de Bourbriac et propose des séances d’initiation à la langue bretonne.

Crédit Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Harry’s

    Il est à noter que Gaël Roblin, le célèbre agitateur d’extrême-gauche qui a été condamné à trois ans de prison pour association de malfaiteurs à visée terroriste, et leader d’un groupuscule indépendantiste, sera membre du jury de ces prizioù diffusés sur France 3, chaîne publique.

    Non seulement, il vit de l’argent public du fait de son poste au centre culturel de Guingamp mais encore est promu par l’État qu’il entend combattre. Personnellement, ça me révolte de payer des impôts pour un tel personnage et ça me révolte de voir un activiste indépendantiste promu par l’État. Surtout, au vu de son passé judiciaire.

    Il dispose, c’est évident, de complaisances au sein de la nomenklatura socialiste régionale. Infect.

    • Bleuen

      Roblin, comme son nom l’indique, est un étranger qui n’a rien à faire en Bretagne. Vous non plus d’ailleurs.

      • Gwendal Pennanech

        ça me révolte de voir un activiste indépendantiste promu par l’État. »

        S’il était vraiment indépendantiste il ne serait jamais promu par l’état mais poursuivi comme M. Ronan Le Gall par example. Cela participe de la volonté de décrédibiliser la cause bretonne. Dès que la France soutient ou sponsorise quelque chose ou quelqu’un en Bretagne il convient de se méfier !