L’échelle de Ayrault a un coût

20/04/2018 – 07H15 Nantes (Breizh-info.com) –  Chaque Breton vit la saint Patrick à sa manière. L’angevin Ayrault en a vécu une qui sortait de l’ordinaire : accueillir (?) « un couple d’une trentaine d’années, passablement éméché ».  L’homme et la femme s’étaient lancés un défi : « aller fumer une cigarette sur le toit d’une dépendance de la propriété nantaise de… Jean-Marc Ayrault » (Presse Océan, 19/03/2017).

Lorsque Jean-marc Ayrault était Premier ministre, des policiers montaient une garde statique devant sa maison située dans le quartier résidentiel de la place Canclaux à Nantes. Depuis qu’il a été rétrogradé au poste de ministre des Affaires étrangères, seule une alarme veille à la tranquillité de ce personnage important pour la France… mais pas pour la Bretagne.

Comme il importait de mettre un terme rapidement à un crime impardonnable, la BAC intervient dès que l’alarme se déclenche. L’homme de 32 ans et la femme de 31 mis en garde à vue ont terminé leur nuit au poste « où l’inconscience de leur crânerie, en plein état d’urgence, leur a été vertement formulée » (sic), explique avec force un journaliste de Presse Océan, soucieux de veiller à l’ordre public.

Comme pareil crime mérite une sanction sévère, les deux lascars iront faire un tour au tribunal correctionnel en mai « pour intrusion et dégradations, après avoir abîmé une échelle en cherchant à monter sur le toit » (Presse Océan, 19/03/2017). Conclusion : il est préférable de passer tout de suite au stade de l’émeute ; on a moins de chance de se retrouver au tribunal correctionnel que de monter sur le toit d’une baraque.

La police devrait prendre des mesures de sécurité exceptionnelles pour le vendredi 19 mai ; c’est la Saint Yves ! Placer une compagnie de CRS devant la maison de Ayrault serait la moindre des choses. On ne sait jamais…

B.M.

Crédit photo : Parti socialiste/Flickr (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine