Le Symop s’inquiète de l’absence de l’industrie au nouveau gouvernement

industrie

19/05/2017 –05H35 Paris (Breizh-info.com) – Le Symop s’inquiète, dans un communiqué adressé à la presse, « du mauvais signal envoyé à l’industrie à l’occasion de l’annonce du nouveau gouvernement.». Le Symop est une organisation professionnelle des créateurs de solutions industrielles, et l’un des principaux membres de la Fédération des Industries Mécaniques (FIM). Ses 270 entreprises regroupent 16 500 salariés et réalisent un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros.

Pour la première fois depuis 20 ans, l’industrie n’a pas de ministère ou de secrétariat d’état dédié et n’est même pas rattachée à un grand ministère comme l’économie.

Pour Constant Bernard président du Symop « cette absence d’interlocuteur traduit-elle un manque d’intérêt alors que nous sommes confrontés à des enjeux historiques comme la transition écologique, la modernisation de l’outil productif, la formation professionnelle et la révolution numérique ? ». Et le Symop de poursuivre : 

Rappelons que l’industrie représente 12% du PIB français et près de 3 millions de salariés sur tout le territoire. Rappelons aussi que la France ne cesse de perdre des parts de marché face aux industries allemandes ou italiennes qui bénéficient toutes deux de soutiens majeurs de leurs exécutifs respectifs ! La bataille pour le renouveau économique et l’emploi passe par l’industrie !

Ces grands défis méritent une attention gouvernementale spécifique en capacité de mobiliser les acteurs du secteur et d’en faire un chantier prioritaire « À quand un ministre de l’industrie ? ».

Et Bernard Constant, président du Symop, de conclure :

« Le premier ministre doit tirer les conséquences de la situation de l’industrie française et rapidement offrir aux industriels un interlocuteur officiel, légitime et en capacité d’apporter des réponses concrètes aux défis de l’industrie nationale. ».

Comme ce fût souvent le cas dans l’histoire de la Vème République, la politique industrielle devrait être très probablement gérée par le ministre d’Etat en charge de l’Economie, Bruno Le Maire.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine