Affaire Richard Ferrand : assez d’hypocrisie ! [Tribune libre]

ferrand

Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info.com, publiait mercredi 17 mai une tribune libre sur le site Boulevard Voltaire, que nous vous proposons ci-dessous. Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place. 

P. Le Grand

De l’affaire Fillon à l’affaire Ferrand, que d’hypocrisie dans ce monde politique et médiatique ! Que d’hypocrisie dans les réactions populaires.

On prend une cible, on balance des informations de manière anonyme à la presse, celle-ci les publie et le lynchage orchestré commence jusqu’à épuisement total de la victime.

Si, encore, ces informations constituaient de grandes révélations politiques ! François Fillon a-t-il donné les plans du Bataclan à Daech ? Richard Ferrand a-t-il épaulé des associations qui œuvrent pour l’immigration et l’instabilité en Europe ? Non – enfin, nous ne pouvons pas le savoir, car sur cela, les médias officiels n’enquêtent pas ou peu.

Ces deux personnalités politiques ont simplement choisi de discriminer, c’est-à-dire choisi d’aider, temporairement (et au SMIC pour M. Ferrand), leurs proches avant les autres.

Discriminer, dans le Larousse, signifie « établir une différence entre des personnes ou des choses en se fondant sur des critères distinctifs ». C’est ce que ces deux personnalités politiques ont fait.

C’est ce que chaque citoyen fait au quotidien dans sa vie privée lorsqu’il épouse une femme et pas une autre, lorsqu’il fait ses courses dans une boutique et pas dans une autre, lorsqu’il embauche untel et pas un autre.

C’est aussi ce que beaucoup souhaiteraient faire dans la vie publique (pour embaucher, pour louer son logement, pour décider avec qui on veut vivre ou pas) si des lois inquisitrices d’ordre moral n’avaient pas été érigées en épée de Damoclès.

Le véritable scandale, dans cette affaire, ce sont les cris, les hurlements, la participation à un lynchage orchestré par des hyènes, émanant d’individus dont, pour certains, la seule chance est que les caméras ainsi que les enquêteurs ne soient pas braqués sur eux.

Comment Christian Troadec peut-il écrire, lui, le baron de Poher, voisin de Ferrand, que « cela fait désordre », lui qui contrôle la mairie de Carhaix depuis plus de 15 ans et qui dirige chaque strate de la vie locale, de la municipalité à la communauté d’agglomération, tout en étant conseiller départemental ?

Un peu de tenue, Messieurs ! Allons ! Que chacun balaie devant sa porte.

Et sur l’aspect « moral », enfin. Mais, enfin, qu’y a-t-il de choquant à ce qu’un homme fasse en sorte de favoriser d’abord sa famille, ensuite ses amis, ensuite sa communauté, ensuite son pays ? Où est le scandale de choisir de travailler d’abord avec quelqu’un que l’on connaît bien et mieux ?

Assez d’hypocrisie.

Si vous ne souhaitiez pas que Richard Ferrand favorise les siens (quelle faveur que de payer son fils au SMIC quelques mois !), il ne fallait pas voter pour lui en tant que député. Et il ne fallait pas tolérer ce système électoral très « républicain » qui, contrairement à la démocratie directe, donne presque un chèque en blanc à l’élu pendant la durée de son mandat…

Quant à monsieur Ferrand, pris par la patrouille, comme monsieur Fillon, comme tous les autres politiciens, qui étaient les premiers, lorsqu’ils n’étaient pas concernés, à évoquer le sens du devoir, le respect des valeurs, l’esprit républicain et tout ce cinéma, qu’ils travaillent et qu’ils se taisent à jamais en ce qui concerne leur prétendue morale !

Yann Vallerie

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Jean Pierre Hédouin

    Merci ,Bravo ,de très loin la meilleure et la plus raisonnable prise de position sur le débat qui oppose Ferrand à la quasi totalité des médias parisiens .Exigeons 2 choses :1) que cet article soit publié dans tous les médias;2)que R.Ferrand mette tout sur la table une fois pour toute,et avant mercredi pour éviter le feuiiletonage du canard boiteux

  • Pingback: assez d’hypocrisie ! [Tribune libre] – | France Politique()

  • Macareux

    Vous oubliez juste de citer le bail pris par la mutuelle dont Ferrand est le patron, auprès d’une SCI constituée spécialement pour ça par sa compagne pour un capital nominal de 100€ qui lui aura permis d’acquérir un capital réel de près de 500 000 € en six ans en se contentant de rembourser un prêt couvrant tous les frais d’acquisition, de notaires et autres taxes. On a pendu Fillon pour moins que ça…
    Mais si les associés mutualistes bretons sont contents d’engraisser la femme de leur député à ne rien faire, je ne serai pas plus royaliste que le roi !

    • Pierre Belleville

      Ce sont surtout les sociétaires de la mutuelle qui devraient vérifier tous les avantages dont bénéficient les administrateurs qui n’ont pas pipé mot lorsque leur président leur a fait entériner l’opération.

  • Jean-Marie Penin

    Vous nous prenez pour des billes…
    Ce qui est reproché à Ferrand c’est surtout d’avoir monté une juteuse opération avec sa compagne sur le dos de je ne sais quelle mutuelle. L’histoire de son fils ressemble très fort à un écran de fumée.

  • Gwen

    Rappelons nous que lorsque l’affaire Fillon a été publié dans les médias, Ferrand comme nombreux de ses collèques ont participé avec délectation à la curée pour dénoncer les « magouilles » de Fillon .Pas de chance pour Richard Ferrand, ses combines ont également été dévoilé, mais à l’entendre cela n’a bien sur rien à voir.

    Bruno Le Roux lui a du démissionner après quelques semaines pour exactement la même chose.
    Même si cela n’a rien d’illégal, voir tous ses politiciens clamer leur intégrité et honnêteté, user de leur pouvoir pour profiter à fond des avantages de la république ( et surtout de l’argent des contribuables) a vraiment quelque chose d’écœurant.
    .