Strollad Breizh Dizalc’h (SBD) : naissance d’un nouveau parti indépendantiste breton

breizh

12/06/2017 – 06h50 Vannes (Breizh-Info.com) – Strollad Breizh Dizalc’h (SBD) – le parti de la Bretagne libre. Tel est le nom d’un nouveau parti politique indépendantiste breton, qui veut placer au centre du débat la priorité à l’emploi et au logement pour les Bretons – inspiré en cela des dernières décisions votées par l’Assemblée de Corse.

Strollad Breizh Dizalc’h a été fondé notamment par Bertrand Deléon, militant indépendantiste historique . Voici les valeurs fondatrices du parti, adressées à la presse :

Valeurs fondatrices :

L’indépendance définit l’objectif principal du parti. Ses valeurs s’articulent autour de ce point central, présent dans toutes ses communications.

Le parti refuse tous les extrêmes. L’idée d’indépendance, de souveraineté est un projet légitime, logique et nécessaire pour tout territoire comportant une histoire, une nation ancienne, et un destin commun. L’humanisme passe par la défense de la communauté nationale et la protection des femmes et des hommes qui la constituent quelles que soient leurs origines, leur religion ou leurs croyances, leurs opinions ou leur orientation sexuelle.

Tout individu est accepté dans le parti sous les deux seules conditions de partager l’ensemble des valeurs cadres exprimées par la présente charte et de n’adhérer à aucun autre parti politique (autrement dit, les doubles adhésions ne sont pas autorisées dans Strollad Breizh Dizalc’h) ;

Economie & emploi :

La priorité d’embauche pour les résidents bretons, les membres de leur famille expatriée et toute personne extérieure, conjoint-e-s ou s’engageant clairement à œuvrer pour l’emploi ou l’identité bretonne ;

Un statut de résident permanent pour limiter la spéculation immobilière et permettre aux actifs de se réapproprier nos villes et villages ;

La défense prioritaire de nos entrepreneurs, de nos artisans, de nos PME-PMI. Il s’agit de placer naturellement les forces économiques les plus vives de la Bretagne au centre des marchés. Parmi les contraintes à lever : la simplification des démarches de nos entrepreneurs et l’évaluation de la compétence de leur régime social ;

La baisse des charges sociales et la hausse des salaires par l’arrêt du financement de la France centraliste entraînant la fuite des capitaux et la perte de liberté financière ;

Le développement favorisé de notre identité culturelle et linguistique bretonne (breton et gallo). L’embauche de personnel s’exprimant en breton et/ou en gallo dans les administrations ;

Des impôts levés en Bretagne pour les Bretons ;

La garantie d’une allocation de retraite décente, correspondant au coût de la vie et aux besoins des bénéficiaires, et une protection particulière des retraites : ponctionner les retraites revient à pénaliser le droit de profiter pleinement de la vie. Les ressources sont à trouver dans le dynamisme et la protection économiques d’une nation à l’échelle humaine et responsable ;

Une gestion rapprochée du territoire en collaboration avec les agriculteurs. Ils ont en charge la plus grande partie de la superficie du pays et se donnent pour mission de nourrir la population : nous devons épauler prioritairement les paysans ;

Le développement de la façade maritime au potentiel incroyable. Une politique maritime au centre de l’économie, protectrice des professionnels de la mer ;

La mise en place de circuits courts du producteur au consommateur dans toutes les collectivités publiques ;

Une nationalisation des services à vocation publique : santé, enseignement (respectant les directions privées le cas échéant), poste et télécommunications, des antennes audiovisuelles bretonnes publiques, énergie…

L’intervention de l’Etat breton pour réduire les inégalités salariales ;

Un terme à tout « impôt privé » exigé par les banques par le biais des tarifs bancaires appliqués par les frais de tenue de compte et autres retraits injustes ;

Santé :

Une priorité sur la santé et la recherche scientifique (cellules souches, lutte contre le cancer…), notamment le suivi des soins apportés à nos aînés. La région d’origine des retraités doit mettre la main à la pâte en cette période de baisse des dotations aux collectivités (qui n’est en fait que la confiscation des finances par Paris pour la priorité à l’Ile-de-France) ;

Une sécurité sociale bretonne ;

Une généralisation de l’accessibilité pour toutes les personnes à mobilité réduite ;

Un service public de santé maillant tout le territoire ;

Ecologie, cadre de vie, aménagement du territoire :

Une écologie ambitieuse : protection des bassins versants, l’eau est un bien précieux ; une politique volontaire de reboisement comme exemple à mener contre le réchauffement climatique ; utilisation de la force de l’eau, du vent, de l’énergie solaire pour la production électrique ;

Un aménagement du territoire pensé sur le long terme, dans l’intérêt des Bretons, de leur environnement et de leur économie, et non du centralisme parisien. Un réseau routier et ferroviaire efficace et définitif, la fin des cités dortoirs, un moratoire sur les grandes surfaces et les zones commerciales à perte de vue, le rétablissement des écarts et des hameaux, des centres-villes animés…

Rééquilibrage Ouest-Est grâce notamment au développement de la façade maritime et la fin de la « métropolisation » de l’Est au détriment de l’Ouest breton ;

Education :

Une éducation basée sur les fondamentaux : lire, écrire, compter ;

Des formations adaptées aux secteurs d’emploi ;

Des échanges linguistiques et culturels accrus vers les autres pays, dès l’école maternelle (sensibilisation à d’autres sonorités, échanges de danses, etc) ;

La généralisation du multilinguisme dès le plus jeune âge avec l’enseignement généralisé du breton ou du gallo (au choix) ;

L’enseignement de l’Histoire de Bretagne ;

Justice :

Une justice équitable et ciblée. Cessons de priver le plus grand nombre de libertés à cause des excès d’une minorité. Cela concernera tous les domaines de la vie où la délinquance est croissante ;

L’indépendance totale de la justice : les juges ne peuvent être au service d’un quelconque ministère, de quelque manière que cela soit ;

L’anticipation de la délinquance par un suivi judiciaire et psychologique/psychiatrique des comportements dangereux et cruels avérés (cruauté envers les animaux à titre d’exemple) : l’évaluation par des équipes médicales compétentes du type de prise en charge des patients ;

Toute personne est solvable : en cas d’impossibilité de paiement, la personne condamnée effectuera des travaux d’intérêt général dans le respect de la dignité humaine et des Droits de l’Homme ;

Politique étrangère :

Une politique étrangère respectueuse des autres peuples, non belliqueuse, débarrassée des relents colonialistes et encourageant le commerce équitable, la reconstruction de l’Afrique et de tous les pays en voie de développement.

Le parti politique est structuré par fédérations de pays. Les fédérations ont un bureau élu, un fonctionnement démocratique et s’expriment librement dans le respect des valeurs et principes précités.

Le parti s’accorde le droit de s’allier avec tout autre parti politique qui accepte pleinement chacun de ses points défendus. Ces alliances peuvent se faire localement jusqu’au niveau international.

Pour le moment, pas de site Internet mais un contact provisoire : bertrand.deleon@orange.fr

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

  • François Arondel

    Un nouveau parti indépendantiste dont le succès sera, sans aucun doute, grandiose !

    • stourm

      Ironique?

      • Marc Le Bayon

        sans aucun doute..

  • Alain

    Le programme est très bien et va dans le sens d’une véritable expression des valeurs des Bretons.
    Maintenant, cela fait un parti de plus en Bretagne…
    Reste à savoir s’il faut parfois faire du neuf ou faire évoluer le plus ancien.
    En tout cas, la dynamique des idées est bonne

    • stourm

      faire évoluer quel parti ? pas un n’a plus de 50 adhérents.Le plus connu est en décomposition totale.

      • Alain

        Tout le mouvement breton est en décomposition à l’image de ce qui se passe chez nos voisins français.

        C’est le problème…

        Mais ce qui est impressionnant avec la vie, c’est qu’elle repart toujours…

        • stourm

          Alain,je commence à douter sérieusement.

          • Alain

            Alors pourquoi ce pseudo et ce logo…?

            Les Corses eux redressent la tête ils n’expriment pas des doutes… et ça c’est des plus sérieux!

          • stourm

            Comparer les corses et les bretons.Nous n’avons pas eu d’Aleria ni de meneurs comme Simeoni.Comparons ce qui est comparable.

          • Alain

            Quand on ne connait pas son histoire, on fantasme sur celle des autres pour se donner des excuses…
            Vous m’inquiétez…
            Pourquoi ce logo, juste pour faire joli, car vous l’avez trouver sur internet?

          • stourm

            ce logo vous chagrine.C »est moi qui l’ai créé (évidemment à partir du drapeau des BS).même ma moto porte ces couleurs.
            https://uploads.disquscdn.com/images/9611ab035abe13d41c4287fbac1d8ef6e65e6c92e6174f5053f168930a98ddfe.jpg

          • Alain

            C’est l’écart entre l’affichage de ce logo et votre pessimisme voir cette perception de dénigrement historique qui me chagrine.

            Quand à votre moto, elle est simplement superbe avec ce logo, d’autant que le travail de peinture semble être de belle qualité. Egalement la croix celtique gravée. Espérons que cela inspirera d’autres motards…
            Au plaisir de vous croiser sur la route…

            (Vous n’avez pas la photo en HD?)

  • stourm

    C’est une excellente nouvelle.Bertrand Deleon est une personnalité reconnue du nationalisme breton.Les partis actuels sont souvent trop extrémistes;au lieu de fédérer nos compatriotes ils exercent un sentiment de rejet voir de haine.Les disputes incessantes entre petits chefs sont une honte sur les réseaux sociaux.Je suis persuadé que SBD saura fédérer.
    Roland Mallet

  • Erwan du Radôme

    Les emsaverien ont mieux fait avancer les choses en prenant place au sein de partis hexagonaux. Le CELIB avec les forces politiques des années 60 et Lena et Tanguy Louarn au sein des dernières majorités régionales. Ça a permis le développement économique de la Bretagne pour les premiers et l’avancée de l’enseignement breton pour ces derniers.

    La Bretagne se défend en faisant avancer des dossiers auprès de ceux qui ont déjà le pouvoir de nos jours et non en attendant, de façon romantique, que des micro-partis se voyant comme purs idéologiquement arrivent en tête des élections.

    Je pense même que ce genre de mirco-partis sont des plaies en ceci qu’ils demandent beaucoup d’énergie de la part de ceux qui s’y activent ; énergie qui pourrait être mieux utilisée si elle était mise au service d’un désir d’approcher des sphères du pouvoir pour vraiment décider, en grimpant l’échelle sociale, économique…

    • Alain

      Vous avez à la fois raison et tord.

      Il faut accrocher les sphères du pouvoir, c’est exact… mais regarder ce qui se passe en France avec l’effondrement des partis classiques dont l’oligarchie ne veut plus… tant ils suscitent la réprobation des citoyens.

      Lena et Tanguy Louarn… de leurs combats passés, ils n’existent aujourd’hui pour l’une que pour appeler à voter le Drian et pour l’autre à appeler le mouvement breton à faire barrage au FN…

      En fait, ils sont devenus tellement politiquement correcte que s’ils continent ainsi ils finiront par considérer le mouvement breton comme contraire aux valeurs de la République.

      La vérité est en fait dans les 2 solutions: le combat politique longue durée mais avec la réalité d’une prise de pouvoir et le combat de proximité au sein du pouvoir pour obtenir au quotidien les droits qui nous manquent.

      L’un sans l’autre, rien ne fonctionne… comme c’est justement le cas aujourd’hui!

      En fait pour vivre tranquille en République, le mieux c’est de ne plus avoir de conscience démocratique… et laisser les choses se faire…

    • stourm

      Je vois peu de « sphères du pouvoir » avec qui collaborer.Un Ferrand,un Le Drian,un Ayrault…? tous ont trahi la Bretagne au profit de leur intérêt personnel.Tous sont au service de Paris.

      • Erwan du Radôme

        Paul Molac et Yannick Kerlogot (s’il est élu) seront, c’est certain, des champions des causes de la décentralisation, de la promotion des cultures régionales. les deux sont de parfaits bretonnants et sont engagés dans divers groupes de promotion de la culture bretonne.

        La décentralisation, la dévolution, le fédéralisme s’accommodent très bien avec le libéralisme que défend Macron.

  • MONTAUZIER Padrig

    C’est un copier/coller du parti breton. Pas un mot sur les dangers qui menacent l’existence même du peuple breton, notamment l’immigration extra européenne. Mais c’est peut être une telle analyse, réelle et d’actualité, qui justifie le terme « les extrêmes » mentionnés dans le préambule. Dommage….

    • Mort de rire

      En effet c’est même troublant de lire pareil conneries, pour des indépendantistes on doit avouer qu’ils n’ont rien dans le pantalon…

  • Marc Le Bayon

    C’est bien!!!
    Mais un nouveau Parti politique breton, français ou breton?
    Inscrit auprès de l’administration française? ou auprès de l’administration Bretonne ?
    Avec publication au JO fr ou BZH?
    Parce que ce n’est pas du tout la même chose…
    Un micro Parti indépendantiste de plus chez les français, ou un vrai Parti politique chez les Bretons.
    C’est cela qui serait intéressant de savoir.
    Si c’est un parti inscrit auprès des français, ce ne sera qu’un de plus, au pouvoir insignifiant.
    s’il est inscrit auprès de l’administration bretonne, il aura jeux égal avec tous les autres Partis politiques.

    • An Tad

      Sklaer eo al lezenn koulskoude : berzet eo ar strolladoù politikel gallek gant an amaezhiadurezh vrezhon, ha kaset e vo pep politikour gallek d’ar groug.

  • Mort de rire

    Lol encore une foutaise gauchiste de type UDB ou PB, le simple fait qu’ils parlent de « refus des extrême », d’humanisme et autres formules à propos de l’acceptation de tout et n’importe quoi montre qu’il ne s’agit de rien de sérieux ni de révolutionnaire.

    L’indépendance de la Bretagne d’accord mais pour faire quoi ? Protéger l’identité bretonne et le peuple breton contre le mondialisme et le grand remplacement ou pour continuer la même chose qu’aujourd’hui sous pavillon breton ? La première possibilité est une option intéressante alors que la deuxième n’est qu’une perte de temps.

    Quand je lis ce manifeste je ne vois aucun changement positif par rapport à ce que nous voyons aujourd’hui.

    • Alain

      Protéger la Bretagne contre le mondialisme….!

      A la bonne blague…!

      Du temps de son indépendance la Bretagne et les Bretons ont toujours été à la pointe de la mondialisation et cela nous a apporter richesse et développement (la Bretagne était l’un des pays les plus riche d’Europe, une broutille….)

      Et notre identité/culture était à cette époque au somment de son rayonnement…!

      Mondialisation et grand remplacement sont 2 choses différentes.

      C’est la République qui en créant artificiellement une identité a rendu le concept de Grand Remplacement intéressant pour une oligarchie largement apatride (voir la Ministre de la Défense, une italienne, qui a au moins l’honnêteté d’avouer qu’elle ne se sent pas française…).

      Si la Bretagne était restée indépendante, je doute fortement que vous poserez la question : à quoi bon cette indépendance…!

      Si vous ne comprenez pas l’intérêt d’être indépendant, c’est que malgré vos propos vous êtes déjà dans la démarche de la disparition des nations d’Europe…

      Mais heureusement, une indépendance ne se limite pas uniquement à cette problématique.

    • An Tad

      Lazhañ an holl C’hallaoued gwitibunan.

    • Liliane

      Comme vous l’exprimez si bien, ne pas être Breton indépendantiste c’est être une tarlouze.