Migrants. Les conséquences mortelles de l’aide des ONG

migrants

22/06/2017 – 06h20 Nantes (Breizh-Info.com) – Dans un article daté du 14 juin dernier, le New York Times n’hésite pas à affirmer tout haut ce que de nombreux observateurs pensent tout bas depuis plusieurs mois… Les ONG, en aidant les migrants jusqu’à les récupérer à quelques encablures des eaux territoriales libyennes, provoquent l’augmentation du flux migratoire entre la Lybie et l’Europe.

L’enfer est pavé de bonnes intentions

« Sauver des migrants de plus en plus proche des côtes libyennes a sauvé des centaines de vies » notent Stuart Thompson et Anjali Singhvi. « Mais des critiques ont soulevé que cela avait provoqué une motivation mortelle pour encore plus de migrants qui sont prêts à prendre le risque du trajet. Cela a également motivé les passeurs à lancé de plus en plus de bateaux. »

Migrants Libye ONG

En effet, un rapport de Frontex est particulièrement clair : « Les migrants – encouragés par les récits de ceux ayant réussi – tentent la dangereuse traversée car ils sont conscients qu’ils peuvent compter sur l’aide humanitaire pour atteindre l’Union européenne. »
On ne peut pas faire plus explicite.

Les passeurs comptent clairement sur les ONG

L’association Médecins sans frontières (MSF) confirme d’ailleurs l’avis des experts de Frontex sur son site internet : « Les imposants bateaux en bois de 2014 et de 2015 ont disparu et été remplacés par des canots pneumatiques peu coûteux et à usage unique, les passeurs présumant qu’ils seront inévitablement interceptés par les opérations de détection et de destruction des armées internationales en haute mer. »

En effet, les passeurs n’envoient plus les migrants dans des bateaux solides et modérément surpeuplés. C’était le cas avant 2014 et même jusqu’en 2015. Mais, depuis 2 ans, la présence des ONG aux limites des eaux territoriales libyennes permet aux passeurs d’envoyer les migrants en Europe dans des bateaux semi-rigides ou dans des canots gonflables avec à peine assez d’essence pour atteindre la limite des eaux internationales où sont stationnés les bateaux des ONG. Les migrants sont également entassés en très grand nombre. Jamais les bateaux n’atteindraient l’Italie sans l’aide des ONG.

Un constat qui n’est pas sans rappeler celui de la chronique Ondes Migratoires de l’émission I-Média #150.

NF

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine