« Putain, il est chiant lui. » Quand François de Rugy se lâche

François de Rugy Débat Aymeric Seassau

15/07/2017 – 08h25 Rennes (Breizh-Info.com) – Tous ceux qui connaissent le travail parlementaire s’accordent à admettre que François de Rugy est un bon connaisseur des arcanes de l’Assemblée nationale. Mais sa nomination au poste de président de cette institution a été récemment marquée par un écart de langage qui n’est pas passé inaperçu… La président, pensant son micro coupé, a lâché « Putain, il est chiant lui. » Une injure qu’il se défend d’avoir adressée au député qui s’apprêtait à prendre la parole.

Une injure avant l’intervention d’un député communiste

Alors qu’il se trouvait à son poste de président de l’Assemblée nationale, le député LREM (La République en Marche) de Loire-Atlantique – et ex-candidat à la primaire socialiste s’étant engagé à soutenir le vainqueur de cette primaire – a lâché un juron pensant son micro coupé. Une erreur de débutant pour un député rompu aux pratiques parlementaires…

A qui s’adressait cette injure ? Pour beaucoup d’internautes, c’était Jean-Paul Dufrègne, élu communiste de l’Allier, qui était visé. C’est en effet le député qui était alors prêt à prendre la parole avant que François de Rugy ne fasse usage de son langage fleuri.

Alors que la polémique enflait sur les réseaux sociaux, un député communiste a alors a pris la parole pour tancer François de Rugy : « Je n’ose penser que c’est lui dont il s’agissait. […] Je veux faire un rappel au règlement pour dire que, quelles que soient les opinions défendues dans cet hémicycle, nous puissions valablement les défendre dans l’intérêt des électeurs que nous représentons […] » a-t-il déclaré.

Une réaction à un SMS ?

C’est la raison invoquée par François de Rugy lorsqu’il a répondu au député qui l’interpellait : « Je tiens à vous dire avec la plus grande solennité que ça ne s’adressait aucunement à un député. […] Je pensais que mon micro était coupé et je réagissais à un message que j’avais reçu par SMS. […] Jamais je ne me permettrais d’avoir de tels propos, ni aucun président de séance, je pense, à l’égard d’un des collègues de cette Assemblée. »

Quoi qu’il en soit, le député Dufrègne n’a pas hésité à déclaré à François de Rugy qu’il ne lui en voulait « pas du tout ».

Tout est bien qui finit bien, donc. Et François de Rugy ne manquera pas de bien couper son micro à l’avenir…

Crédit photos : Breizh-Info.com
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine