Suède. 80 % des migrants se déclarant mineurs seraient majeurs

migrants_calais

07/08/2017 – 08h25 Stockholm (Breizh-Info.com) – C’est un nouveau test mis en place par l’Agence publique médico-légale qui a rappelé à la Suède que seul un petit nombre de migrants se déclarant mineur l’était en réalité. Face aux critiques des méthodes d’estimation de l’âge des migrants par l’Agence suédoise pour les migrations, ces nouveaux tests ont été mis en place. Si les résultats ne sont pas radicalement différents de ceux obtenus auparavant, ils restent édifiants.

Énorme proportion de faux mineurs

80 % des tests scientifiques réalisés jusqu’à présent ont jugé les migrants se déclarant mineurs comme « probablement majeurs » contre 20 % « probablement mineurs ». Des résultats qui sont cohérents avec les anciens tests.

Une proportion de faux mineurs qui interpelle grandement. « Si les migrants sont malhonnêtes dans ces proportions, quel crédit apporter à leur prétendue volonté de s’intégrer en Europe ? » s’interroge un opposant breton à l’installation de migrants. « Pire, comment ne pas voir dans l’aveuglement des associations qui les épaulent une cécité volontaire coupable ? »

Un test solide ?

La méthode de test a été débattue en Suède. Ces nouveaux tests consistent en une analyse aux rayons X des dents de sagesse, additionnée à un IRM des jointures du genou, complétée par un examen dentaire et radio.

Pour un endocrinologue suédois sceptique, « juger de l’âge biologique d’un individu de cette manière est très incertain. Si nous ne pouvons pas être sûrs à 100 %, nous ne devrions pas prétendre l’être. »
Prenant la défense de ces tests, l’un des membres de l’agence publique médico-légale l’assure pourtant : « En général, vous pouvez dire que le risque d’inexactitude de ce genre de test est faible. Le plus gros risque est si le jeune est juste à la limite des 18 ans. Dans ce cas, le taux d’erreur est de 10 %. »

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine