Mai 1940. Charles Desse, un capitaine breton à Dunkerque

09/08/2017 – 06h50 Dunkerque (Breizh-Info.com) –En mai 1940, les troupes alliées se retrouvent bloquées entre les soldats du Reich et la mer du Nord dans la poche de Dunkerque. Le dernier espoir pour ces 400.000 soldats est de rejoindre l’Angleterre. Du 26 mai au 4 juin 1940, l’opération Dynamo est mise en place pour évacuer par bateau un maximum de soldats. Alors que Winston Churchill espérait récupérer au mieux 40.000 hommes, l’opération permet d’en évacuer plus de 330.000.

Le film “Dunkirk” décrit avec brio cette évacuation réussie dans des conditions dantesques.

Le 10 mai 1940, après neuf mois d’attente, les Allemands attaquent en Hollande, en Belgique et en France. Le 20 mai, les troupes allemandes ont atteint la mer. Le corps expéditionnaire britannique est pris au piège avec plusieurs corps d’armées français. Le général Weygand décide d’ajourner une contre-offensive pour réorganiser ses forces.  Le Royaume-Uni risque d’être privé d’armée… C’est alors que s’organise l’évacuation des troupes, prises dans la nasse de Dunkerque.

Les Français sont les grands absents du film. Pourtant ils sont des dizaines de milliers à lutter pour protéger l’évacuation. 40.000 compatriotes ont mené la résistance contre 160.000 Allemands pour permettre aux 330.000 soldats d’évacuer. Plus d’un millier de navires ont pris part à l’opération, dont beaucoup de navires civils. 300 navires français participent à l’opération de sauvetage.

Parmi eux, le Capitaine Desse, né à Guingamp le 13 janvier 1902, commandant du “Douaisien”, immatriculé à la compagnie des bateaux à vapeur du nord. Arrivé à Dunkerque le 15 mai 1940 pour décharger une cargaison de vin, le bateau doit repartir, chargé de laine. Il reçoit l’ordre de quitter Dunkerque le 28 mai avec 1.200 hommes de troupes et des civils réfugiés. Alors qu’il met le cap sur Cherbourg, le bateau touche une mine dans la passe de Zuydcoote, la nuit du 29 mai. Le capitaine réussit à faire échouer le bateau sur un banc de sable. Malgré la panique générale, Charles Desse garde son sang-froid. Au total, seuls trois soldats sont décédés. Récupérés par différents navires, l’ensemble des rescapés sera débarqué à Douvres, sur les côtes anglaises, sains et saufs.

Le gouvernement britannique, à la demande des autorités de Vichy après l’armistice du 22 juin 1940, va aider au rembarquement de ces soldats vers la France. Une minorité rallie le Général de Gaulle, mais la plupart veulent rentrer, dont Charles Desse qui reprend son poste à la Compagnie du Nord. Il sera nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1941, puis élevé au grade d’officier en 1953.

Il décède à Paris le 7 mai 1960, marin anonyme de la seconde guerre mondiale.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine