Accueil » Politique » A Fougères, Marine Le Pen évoque la crise de l’agroalimentaire en Bretagne
A Fougères, Marine Le Pen évoque la crise de l’agroalimentaire en Bretagne

A Fougères, Marine Le Pen évoque la crise de l’agroalimentaire en Bretagne

28/10/2013 – 11H00 Fougères (Breizh-info.com) – Dans le cadre de son déplacement en Ille-et-Vilaine, Marine Le Pen s’est rendu samedi matin sur le marché de Fougères. A l’exception de l’intervention très médiatisée de deux femen en mal de publicité, la présidente du Front National a reçu un très bon accueil de la part des commerçants et des habitants de la cité bretonne présents sur les lieux. Un climat nouveau en Bretagne qui témoigne à lui seul de l’évolution politique en cours.
Cette visite, qui a duré près d’une heure, a été suivie d’une conférence de presse à laquelle assistaient de nombreux journalistes. Au cours de celle-ci, Gilles Pennelle, secrétaire départemental du FN, a annoncé sa candidature à la mairie de Fougères. Le score que réalisera le nouveau patron du FN 35 sera suivi de près. En 2012, les résultats obtenus par le FN ont été en effet élevés, voire très élevés, dans les communes situées à la périphérie de Fougères. La région est en outre économiquement sinistrée et l’annonce récente faite par la société Carl Zeiss du licenciement de 150 salariés, en raison de difficultés liées à la mondialisation (concurrence thaïlandaise) ne va pas arranger les choses.
Les questions posées à Marine Le Pen ont porté principalement sur la crise profonde que connaissent l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire bretonnes, crise que Marine Le Pen attribue à la concurrence déloyale de l’Allemagne qui permet l’emploi de travailleurs polonais et roumains payés 3 euros de l’heure, ce qui n’est pas possible en France. Les filières de production de porcs et de volailles, qui constituent des piliers importants de l’économie bretonne, sont de ce fait désormais menacées de disparition.
A cette « concurrence salariale et sociale insoutenable » viennent s’ajouter, selon la présidente du FN, « le problème de l’écotaxe – traduction française d’une directive européenne – et l’inexistence d’un avantage monétaire pour la France du fait de la monnaie unique – avant la création de l’euro les Allemands avaient un handicap monétaire du fait de leur politique du mark fort. »
Mme Le Pen a également insisté sur les conséquences néfastes du projet d’accord de libre-échange transatlantique. Ce traité, que Bruxelles espère pouvoir signer en 2014, pourrait, selon elle, signer l’arrêt de mort de l’agriculture et de l’industrie agro-alimentaire de notre pays.
Ces points de vue, très largement partagés aujourd’hui par les professionnels bretons concernés, devraient très probablement peser lors des prochaines échéances électorales. Dans un entretien accordé au JDD (27/10/13) le sociologue Christophe Guilluy est convaincu pour sa part que le Front national a un potentiel de progression électoral énorme dans l’ouest de la France.
C’est ensuite à Saint-Aubin-du-Cormier que s’est rendue la présidente du FN où l’attendaient 700 militants et sympathisants. Preuve de l’engouement qu’elle suscite, plusieurs centaines de demandes de réservation ont dû, selon les organisateurs, être refusées en raison de la capacité d’accueil de la salle. L’appel à la mobilisation de plusieurs organisations de gauche et d’extrême gauche à manifester n’aura par contre pas réuni grand monde.
Devant un public acquis d’avance, Marine Le Pen a repris tous ses thèmes de prédilection (immigration, insécurité, suppression du droit du sol, retour à la souveraineté nationale…). Elle a insisté sur sa volonté de recourir au référendum en cas de victoire à l’élection présidentielle, entendant par ce moyen « rendre la parole au peuple et lui demander de prendre ses responsabilités en l’appelant à se prononcer directement sur les sujets importants comme l’appartenance à l’Union Européenne ». Une telle méthode contribuerait indiscutablement, rappelle la présidente du FN, à rétablir une démocratie qui a été confisquée par des représentants de plus en plus déconnectés de la population.

Photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

2 commentaires

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>