amphore_breizh_atao

23/06/2014 – 07H00 Morlaix (Breizh-info.com) –Un important vase à anses de type « Amphore » ayant appartenu à la famille du militant nationaliste breton Camille Le Mercier d’Erm sera mis en vente aujourd’hui, à l’hôtel des ventes de Morlaix, à partir de 14h30, lors d’une vente aux enchères qui sera dédiée aux objets d’art populaire breton.
Il s’agit  d’une amphore en faïence polychrome richement orné d’une composition décorative moderne et d’un double décor en médaillon. L’un à décor d’un couple de bretons en costume traditionnel, l’autre, d’une composition parsemée d’hermines au biniou, chapeau et banderole légendée « Breiz Atao ». en faïence polychrome richement orné d’une composition décorative moderne
et d’un double décor en médaillon

Signature de l’artiste et « HB Quimper » au bas d’une des compositions, « HB Quimper » et marque du peintre au dessous.
Vase crée et commandé à la manufacture en 1927.
Présence d’une étiquette d’origine au dessous mentionnant le numéro de forme du vase.
Hauteur. : 60 cm.

Provenance : dans la famille de Camille Le Mercier d’Erm depuis l’origine. Mise à prix : 1800/2200 € à l’hôtel des ventes de Morlaix, à partir de 14h30, rue de Paris.

Poète, éditeur et historien, Camille Le Mercier d’Erm (1888-1978) est l’un des fondateurs du premier Parti National Breton en
1911 et du journal Breiz Atao en 1919. C’est à l’occasion du premier congrès du Parti Autonomiste Breton à Rosporden en 1927
que ce vase lui fut offert, en hommage à l’un des premiers animateurs du mouvement breton.

Crédit photo  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

1 COMMENTAIRE

  1. Mise à prix à 1.800 euros, elle devrait aller jusqu’à 7.000 euros, voire plus. Le problème, c’est que les personnes richissimes parmi les nationalistes bretons sont rarissimes (y en a-t-il seulement une ?) et l’argent, c’est le nerf de la guerre. Encore une pièce de notre patrimoine qui va disparaître du bien commun breton.

    Sinon, c’est « Breiz Atao », sans « h »…Le « zh » n’est apparu qu’en 1943. En peurunvan, écriture actuelle, ça donnerait « Breizh Atav »…

Comments are closed.