06/06/2017 – 08h50 Belfast (Breizh-Info.com) – Un groupe paramilitaire républicain a revendiqué l’assassinat de deux hommes à Belfast au cours de l’année écoulée. Le groupe, prénommé Action Against Drugs (AAD) a déclaré qu’il a assassiné Dan Murray et Joe Reilly , expliquant que ces deux individus étaient impliqués dans le trafic de drogue, un trafic qui n’a jamais été toléré par une large partie des militants nationalistes irlandais.

Le groupe a également affirmé qu’il avait mené trois autres opérations à Belfast au cours des 12 derniers mois, ordonnant aux cibles nommées de quitter l’Irlande ou de mourir.

La presse irlandaise pense que l’une des personnes menacées était impliquée par ailleurs dans le meurtre d’un ancien commandant de l’IRA, Gerard ‘Jock’ Davison, il y a presque deux ans.

Les deux hommes abattu l’ont été avec des armes de poing.

Ces assassinats montrent un changement dans la façon de procéder avec les dealers et les personnes impliquées dans le trafic de drogue. La balle dans la tête (ou dans l’estomac) se substitue en effet à la traditionnelle balle dans le genou, qui bien souvent mettait un terme (notamment chez les plus jeunes) à toute velléité de trafiquer de la drogue.

Le journal Irish News rapporte que les nationalistes irlandais revoient leurs méthodes car ces blessures dans le genou seraient désormais considérées comme une « médaille » dans le milieu de la drogue. Le journal explique par ailleurs que désormais, les ressortissants étrangers seraient également menacés par les militants républicains anti drogue.

Dolores Kelly, ancienne élue locale, est l’une des rares a avoir dénoncé ces pratiques, exprimant son inquiétude face au manque de réaction publique : « c’est presque une approbation tacite » a-t-elle expliqué  « comme si une telle barbarie était acceptable dans la société nord-irlandaise. Ce type d’incident est trop commun, les gens sont devenus tolérants à la violence. Est-ce vraiment le type de société dans laquelle nous voulons que nos enfants grandissent ? ».

Des propos pleins de bon sentiments, mais qui sont loin de convaincre les différentes communautés à Belfast notamment – qui voient de plus en plus de jeunes tomber dans la cocaïne, dans l’héroïne, et dans la spirale infernale de la drogue sans que les pouvoirs publics ne réagissent.

Aux Philippines, le Président Rodrigo Duterte a décidé de prendre le problème de la drogue à bras le corps en faisant abattre les dealers. Entre le 10 mai et le 15 juillet 2016, au moins 408 personnes ont été abattues par les forces de l’ordre ou par des milices. En juin, il avait déclaré à la radio nationale aux citoyens apercevant des dealers : «Appelez-nous ou appelez la police, sinon faites-le vous-même si vous avez une arme, vous avez mon soutien.».

Pas le même type de « shoot »…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

9 Commentaires

  1. Bravo !! c’est le seul moyen d’éradiquer le phénomène . Ces salopards détruisent nos jeunes , ils doivent en payer le prix .

    • Tous ceux qui ont vu un de leurs jeunes proches succomber aux pièges de la drogue comprendront aisément que l’on bute des dealers . Une balle dans la tête c’est encore trop doux, penseront-ils, pour de pareilles raclures , véritablement anti sociales . Mais un dealer attrapé par la justice s’en tire avec quelques mois de prison -alors qu’il est un meurtrier puissance Dix .

  2. La police est débordée. La justice fait preuve d’une trop grande mansuétude pour les dealers. Des parents désespérés voient leurs enfants sombrer dans la drogue. Pourtant en Europe, nous ne sommes pas aux Philippines. Je sui partisan du rétablissement de la peine de mort mais je réprouve totalement ces assassinats qui en disent long sur ceux qui les commanditent.

    • Wlad, il n’y a pas d’alternative sinon viendra un moment où ce sera eux ou nous, et là il y aura des dommages collatéraux.

  3. Excellent! J’approuve le changement de tactique. La balle dans le ou les genoux devrait être réservée aux serial branleurs et tabasseurs. La balle dans la tête et/ou les burnes convient très bien aux violeurs et aux dealers. Eh oui, Dolorès ma cocotte, tu étais prête à vivre avec une société de gros nazes, de dealers et de camés. Pas nous.

  4. Comme Dan Murray et Joe Reilly étaient tous les deux des Blancs, ça ne doit pas poser un trop grand problème moral à leurs assassins.

  5. Pourquoi parlez-vous de  »Assassinat » de deux revendeurs de drogues ?… Est-ce à cause du Politiquement correct ?… Ou alors regrettez-vous la mort de ces deux individus ?

Comments are closed.