26/09/2017 – 07h30 Paris (Breizh-Info.com) – Beaucoup de doux rêveurs (ou de grands naïfs) rêvent de quitter leur travail fastidieux pour se lancer dans des opérations sur Internet et gagner de l’argent facilement. Le tout via des sites de paris en ligne, mais aussi via les plateformes de trading (l’investissement en bourse) via des casinos en ligne comme lucky8 casino ou encore via le poker, qui s’est particulièrement développé en ligne ces dernières années.

Sur la toile, on trouve d’innombrables sites – bien souvent tenus par des escrocs – qui prétendent faire gagner de l’argent (« en suivant les conseils ou en achetant le livre dédié ») rapidement et facilement. Pourtant, investir de l’argent en ligne, dans les domaines visés précédemment, n’est pas sans risque, et surtout, demande, pour réussir, un temps de travail qui est parfois largement supérieur au temps de travail moyen des Français.

Le trading en bourse : un soucis d’éthique ?

Contrairement aux paris sportifs, ou au poker,  le trading en bourse, sur les marchés financiers, concerne de l’investissement et du « pari » sur de vraies entreprises, avec derrière des salariés, qui eux, peuvent tout perdre également en fonction des décisions d’investisseurs derrière leur clavier. Il y a donc clairement un problème d’éthique qui se pose dans cette pratique.

Si l’on met de côté l’éthique pour s’intéresser aux attentes des investisseurs, l’erreur n°1 de tous les tradeurs débutants consiste à commencer leur activité sans se former et sans se donner le temps de réfléchir. Ils s’attendent à un profit incroyable et rapide, et perdent par la suite tout l’argent de leur compte.

C’est ainsi, qu’ils ruinent leur budget et terminent très rapidement leur « carrière », exactement comme sur les paris sportifs où l’on mise tout son portefeuille d’un coup. Hervé, qui investit de petits sommes dans ce domaine , explique sur un forum que « le principal doit être de garder la somme initiale le plus longtemps possible sans essayer de risquer trop. Les quelques euros que l’on gagne au début sur quelques centaines d’euros misées seraient ainsi une vraie victoire et l’indice de votre progrès en tant que tradeur. (…) L’activité financière doit vous passionner et vous devez arriver à comprendre parfaitement le fonctionnement du marché pour pouvoir un jour commencer à gagner votre vie de cette façon.»

Les paris en ligne : un travail fastidieux

Ils sont nombreux à dire qu’ils gagnent des paris. Ils sont également très nombreux à ne pas évoquer tout ce qu’ils perdent. Ils sont par ailleurs très rares à gagner beaucoup d’argent, voir à gagner leur vie en pariant. Et pour ceux là, il ne faut pas compter sur le hasard ou la chance, car parier sur le sport notamment (l’offre de pari la plus importante autorisée en France) demande des heures et des heures d’analyse.

« Déjà, si on n’y connait rien dans une discipline et que l’on ne s’y intéresse pas, ce n’est pas la peine de penser gagner de l’argent dessus » nous confie Adrien, qui joue « de façon hebdomadaire » et qui concède « tout juste arriver à un léger positif sur l’année ».

Pour réussir dans les paris selon lui « il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier, uniquement sur le même site dédié. Il ne faut pas non plus tout miser d’un coup. Enfin et surtout, il faut analyser les matchs sur lesquels on joue. Il faut connaitre les équipes, prévoir les conditions de jeu, les blessures, les aléas. Et même en ayant tout analysé, on peut aussi perdre, car encore une fois, il y a un facteur imprévisible dans les paris en ligne. Qui donc aurait imaginé une seule seconde que Barcelone remonterait contre le PSG l’an passé ? »

Et Adrien de rappeler que les paris sont réalisés contre des bookmakers professionnels, qui tout au long de la journée adaptent les côtes en fonction des paris des internautes, mais aussi de leur propre connaissance du sport et des rencontres. « Ils ne sont pas nés de la dernière pluie, sont redoutables. Exemple avec les handicaps sur le rugby. Je vous invite à regarder les handicaps avant les matchs, et de regarder ensuite les scores. C’est très rare qu’ils se plantent. ».

Aux parieurs ensuite, d’avoir le flair, et la chance également. « Mais il faut prendre les paris en ligne comme un divertissement, pas se dire qu’on va gagner sa vie avec, car c’est courir droit à la ruine et à l’échec ».

Et pour ceux qui gagneraient dans un domaine comme dans l’autre de l’argent, l’Etat français vous demandera de toute façon de passer à la caisse.

Le poker en ligne, et, par extension, les paris, lorsqu’ils sont exercés dans des conditions assimilables à une activité professionnelle, deviennent imposables. La notion de fréquence n’est pas clairement définie et que la situation reste floue, ce qui profite aux parieurs. Par ailleurs, l’Etat se sert directement auprès des organismes de paris ou de poker.

Les impôts sont en effet prélevés à la source, les casinos, sites de paris et de poker en ligne devant s’acquitter de diverses contributions. Dans le cas des paris sportifs, ce sont ainsi 7,5 % des sommes engagées par les parieurs que les bookmakers doivent verser à Bercy et à la Sécurité Sociale.

Pour le Trading, selon que l’on soit « occasionnel » ou « régulier » là aussi, le montant des prélèvement peut aller de 25% à plus de 50% (voir les explications ici).

Pour toutes ces raisons, il faut donc arrêter de croire que, du jour au lendemain, l’on puisse devenir millionaire ou même gagner sa vie sur Internet, via le poker, les paris en ligne, ou le trading. Les heureux gagnants sont rares, et s’ils ne l’étaient plus, les choses changeraient rapidement au sein des sociétés qui, elles, perçoivent un maximum d’argent.

Crédit photos: DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

  1. le trading il n’y a pas que les actions ou il y a effectivement des entreprises et des salariés derrière. Il y a aussi les CFD (cac40 ger30 et matière première or, argent pétrole ) et le forex (les monnaies) là on trade contre d’autres traders on ne lèse personne que les volontaires. Pour moi c’est le cac40 et le ger30 en priorité qui est basé sur du vent. Pour gagner un peu il faut mini 2000€ et y passer mini 2ans avec un compte fictif (pour les débutant) a raison de mini 4à 5h par jour. C’est un métier ou il y a 15% de technique (on apprend en 1 à 2 mois) et le reste c’est de la psychologie ce n’est pas fait pour tout le monde il faut en premier lieu aimer beaucoup le faire sinon circulez y a rien à voir

Comments are closed.