L’économie collaborative s’immisce dans bien des domaines d’activités. L’agriculture n’y échappe pas et pourrait même en tirer de nombreux avantages. Le point sur le développement du cofarming.

Nouvelles technologies et agriculture

À l’origine de ces nouvelles pratiques, il y a la rencontre de deux mondes. Celui du numérique avec celui de l’agriculture. C’est de ce mélange qu’est née cette nébuleuse dénommée « agritech ». Un ensemble de start-ups et de services qui sont en passe de bouleverser toute une profession.

À la clé, une meilleure valorisation des productions mais aussi des charges mieux maîtrisées ou encore le partage des informations relevées sur le terrain. Les relations avec les consommateurs mais aussi entre agriculteurs sont donc en passent d’être repensées.

Quelles évolutions ?

Dans le détail, cette nouvelle donne comporte de nombreux atouts pour la profession agricole. Ainsi, des plateformes comme Agrifind permettent aux agriculteurs de proposer leur temps et leurs savoir-faire à leurs confrères moyennant rémunération. Mais il est également possible de louer son matériel via des sites dédiés comme WeFarmUp ou VotreMachine.com.

cofarming
Source : pleinchamp.com

D’autre part, la valorisation de certains produits est facilitée par leur mise en ligne. C’est notamment le cas de la paille sur le site La Balle Ronde. De plus, des plateformes permettant l’échange de parcelles dans un but de regroupement et de limitation des frais de déplacement existent aussi.

Par ailleurs, la mise à disposition d’outils comparatifs entre les différentes exploitations est un autre moyen d’améliorer les rendements. Une lecture technico-économique qui facilite la prise de décision des chefs d’entreprises agricoles.

#CoFarming

C’est dans une optique de centralisation de toutes ces plateformes qu’a été créée l’association #CoFarming. Une multitude de possibilités qui vient redistribuer les cartes dans une profession ayant vécue une succession de crises.

Cet accès facilité au matériel a notamment permis aux agriculteurs les moins sereins financièrement de se dégager du capital au lieu de l’investir. Une baisse des charges annuelles s’en ressent par la même occasion.

Les coopératives agricoles doivent-elles voir une menace dans le développement de l’agritech ? Pour l’heure, il s’agit surtout de complémentarité et ces coopératives mettent même parfois une partie de leur matériel en location sur des sites spécialisés. Mais nul doute que d’autres changements vont advenir ces prochaines années. Nous avions d’ailleurs récemment évoqué l’arrivée de l’intelligence artificielle dans l’agriculture et la révolution qui pourrait en découler.

Crédit photo : Wikipédia (CC)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine