Ils sont plus d’un milliard, la démographie explose et l’Europe en paye les conséquences. Qu’on le veuille ou non, l’actualité en Afrique a donc un impact sur notre continent. Petit tour d’horizon des derniers événements…

La paix en Erythrée…

L’Éthiopie et l’Érythrée ont entamé un rapprochement historique ! La situation entre les deux pays, similaire à celle de la Serbie et du Kosovo, le second étant le berceau du premier, ne laissait pourtant pas imaginer un tel retournement de situation.
Quand la province a fait sécession, en 1991, sous l’impulsion d’une guérilla communiste, après 30 ans de guerre et des dizaines de milliers de morts, elle a notamment privé son grand voisin de son accès à la mer. Une nouvelle guerre a éclaté entre 1998 et 2000 mais la tension n’avait jamais disparu depuis.

Le nouveau Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a multiplié les mesures d’envergure depuis son arrivée en avril, comme la libération de nombreux prisonniers politiques ou le respect des frontières décidées par les instances internationales en 2002. En contrepartie, l’Éthiopie pourra accéder aux ports érythréens. Une paix durable peut donc être espérée.

Les tensions entre les deux peuples ont eu des répercussions jusqu’en France puisque de nombreux clandestins viennent de ces pays et qu’ils furent à l’origine de plusieurs violentes bagarres dans les rues de Calais. Ils seraient environ 5 000 à quitter le pays chaque mois selon l’ONU. Le gouvernement érythréen accuse pour sa part l’Union Européenne de créer un appel d’air en accordant le statut de réfugié à tous ses ressortissants. De nombreux clandestins de l’Aquarius ont effectivement pu bénéficier de l’accueil de la France ces derniers jours encore, notamment à Lille par la volonté de Martine Aubry.

… et au Soudan du Sud ?

Autre pays jouant la carte de la réconciliation, le Soudan du Sud. Indépendant depuis 2011 et sa séparation de la République du Soudan, le plus jeune pays du monde était en guerre civile depuis décembre 2013. A l’époque, le chef du gouvernement, Salva Kiir, avait accusé le vice-président Riek Machar de préparer un coup d’Etat.

L’annonce de la signature d’un accord de paix dimanche par les deux hommes pourrait donc mettre fin à cinq années d’hostilités ayant fait des milliers de morts et des millions de déplacés. Comme les érythréens, nombreux sont les Sud-Soudanais à avoir rallié l’Europe.

Salva Kiir reste le chef d’état mais Riek Machar, devenu leader des rebelles, va rejoindre un gouvernement d’union nationale en tant que premier vice-président pendant une période de transition.

L’accord prévoit un cessez le feu permanent et le retrait des troupes des zones urbaines et a été signé en présence des présidents du Soudan, du Kenya, d’Ouganda et de Djibouti.

Trois Russes tués en Centrafrique, un nouveau commandant pour la Force Barkhane

Le 30 juillet, trois journalistes russes ont été tués en Centrafrique. Alexander Rastorguyev, Kirill Radchenko et Orkhan Dzhemal ; les victimes, y réalisaient un reportage sur le groupe de sécurité privée Wagner, connu pour envoyer des mercenaires et fondé par l’opposant au Kremlin Mikhaïl Khodorkovski. La Russie et la Centrafrique ont des relations privilégiées, notamment sur le plan militaire, puisque Moscou y a envoyé des armes ainsi que des officiers qui y dispensent des formations.
On ne connaît pas encore le motif de l’assassinat des trois hommes.

La république centrafricaine a connu plusieurs guerres civiles depuis 2004, la dernière entre 2013 et 2014, durant laquelle trois soldats français étaient morts. Des combats entre les différentes milices du pays ont cependant encore eu lieu en 2017, preuve de la difficulté de l’instauration d’une paix durable.

Le Mali ne dira pas le contraire, confronté à la guerre depuis 2012. La France, membre de la coalition auprès du gouvernement malien et face au jihadisme a annoncé le remplacement à la tête de la Force Barkhane du général Bruno Guibert par le général Frédéric Blachon.

La situation s’est améliorée sous son commandement et près de 230 terroristes islamistes ont été neutralisés depuis un an dans le Grand Sahara, sur des territoires appartenant au Mali, au Niger et au Burkina Faso, notamment grâce aux opérations de renseignement.

Comme l’indique le site opex360.com, des tensions communautaires se développent toutefois au Mali, et, avec la présence de groupes jihadistes dans les environs, le risque d’escalade est réel. Des incidents y ont d’ailleurs éclaté après l’élection présidentielle de juillet.

Simulacres d’élections au Zimbabwe et au Cameroun  

Résultats contestés, débats annulés… Les élections ont décidément la vie dure en Afrique !
Le 2 août dernier, la commission électorale du Zimbabwe a annoncé la réélection du président sortant Emmerson Mnangagwa dès le premier tour avec 50,8% des suffrages. Son adversaire principal, Nelson Chamisa, obtient officiellement 44,3% des voix mais conteste le résultat qu’il estime tout simplement « faux ». Son intention de porter plainte devant la justice et le défilé de l’armée dans les rues de la capitale du pays, Harare, font monter la tension à son paroxysme.

Une manifestation contre le verdict de l’élection a été réprimée dans le sang le 30 juillet, faisant plusieurs victimes.

Emmerson Mnangagwa avait succédé à Robert Mugabe en novembre dernier après une intervention militaire. Mugabe était en place depuis… 37 ans.

Pas de tension violente au Cameroun mais pas de débat non plus avant l’élection présidentielle prévue en octobre prochain.
Face à cette promesse non tenue du gouvernement actuel, le comédien camerounais Dieudonné M’Bala M’Bala, né en Bretagne et auto-proclamé candidat, a annoncé son retrait de la course. Sa double nationalité semblait dans tous les cas être un problème incontournable pour l’humoriste.

Paul Biya, le président de la République, est en place depuis 1982 et est régulièrement accusé de corruption. Richissime dans un pays pauvre, il est également soupçonné de détournements de fonds publics. Paul Biya a par ailleurs reçu le titre de grand officier de la Légion d’honneur en France et des récompenses équivalentes en Allemagne et en Angleterre. Il a été convié au Sommet sur la paix  prévu à Paris en novembre prochain par Emmanuel Macron.

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine