casino

Si les gains et bonus sans dépôt peuvent s’avérer mirobolant au casino et paris sportifs, l’imposition peut également l’être. Il existe toutefois quelques astuces pour pouvoir garder une bonne partie de ses gains. On fait un point ci-dessous.

Dès lors que vous vous inscrivez sur un casino en ligne légal en France (comme par exemple celui testé ici), que vous jouez sur un tournoi de poker…r ou misez sur le sport via les structures agréées ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux En Ligne), ou même que vous veniez à tenter votre chance dans un établissement terrestre de jeux de hasard, votre but sera de gagner de l’argent, tout en vous amusant quelques heures.

Mais tous vos gains ne finiront pas forcément dans votre poche. Ainsi en France, à partir de certains montants ou de certaines fréquence, vous êtes obligés de déclarer vos gains de jeux, dans les casinos ou sur le sport, et ces derniers pourront être imposés de diverses manières.

Seuls les gains réguliers sont taxés en France

Les gains issus des jeux de hasard (loto, jeux de grattage, courses hippiques, casino, etc.) ne sont pas des revenus en tant que tels. Ils ne sont donc pas imposés à l’impôt sur le revenu (IR) sauf dans deux cas bien précis :

  • les gains réalisés par un joueur professionnel (c’est à dire immatriculé comme tel)
  • la pratique du jeu ne se base pas sur le pur hasard, mais sur une maîtrise et une stratégie. L’administration fiscale évoque les gains issus du poker et du bridge. Toutefois très difficile à évaluer. Mais grosso modo : S’il est rangé dans la catégorie des jeux de hasard, les règles en vigueur pour l’imposition des gains de poker sont les mêmes que pour le Loto (CRDS et IFI). S’il tient du jeu de stratégie, il doit alors être fiscalisé comme n’importe quelle autre activité professionnelle et les gains sont à déclarer au titre de Bénéfices Non Commerciaux (BNC)

Par la suite, si vous décidez de placer vos gains en assurance vie, la somme subira des prélèvements sociaux (idem si vous achetez des actions…) . Cela ne sera pas le cas si vous placez cet argent sur un livret classique (Jeune, A, LDD, LEP…).

Quoi qu’il en soit, les casinos terrestres  comme les casinos en ligne payent déjà un prélèvement forfaitaire, puis progressif, sur les produits bruts des jeux (PBJ). Mais aussi la CSG avec un prélèvement automatique de 12% sur tous les gains supérieurs à 1500€. Il y a également la CRDS qui s’élève à 3% du produit brut, une taxe de 100€ environ par an sur chaque machine à sous, et des impôts sur les bénéfices…

Epargner ou placer ses gains pour être exonéré

Pour ne pas être victime d’une fiscalité trop importante lors de votre prochaine déclaration de revenus et de gains aux jeux de hasard, vous pouvez choisir d’épargner.

Il y’a le Livret A. Mais aussi le Livret d’Épargne Populaire (LEP) ou Livret de Développement Durable (LDD). Par ces deux placements bancaires, vous profiterez d’un taux d’intérêt bien supérieur à 1%, d’un crédit d’impôt non négligeable, et surtout d’une exonération totale des gains aux jeux de hasard, ainsi que des dividendes perçus.Un bon plan donc, même s’il est à noter qu’il existe des plafonds pour ces deux livrets, le LEP étant limité à 7 700€, et 12 000€ dans le cas du LDD.

Deuxième astuce, puisque vous êtes joueur : le placement. Un jeu dangereux. Où l’on peut tout perdre (comme pour les paris, ou le casino). Ou gagner encore plus.  En 2019, la SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) connait, comme en 2018, du succès.

Il est vrai qu’avec un taux d’intérêt fixé à plus de 4%, aucun livret ne vous rapportera autant. Une SCPI vous permet d’être investisseur sur le parc immobilier français. La perception de loyers auprès de commerçants comme de particuliers, l’achat ainsi que la revente de la pierre, ou encore la spéculation sur les projets à venir, voilà ce que vous ferez, en tant qu’actionnaire cherchant à empocher ensuite les dividendes réalisés. Vous aurez également une place de premier plan dans les décisions prises par votre SCPI, en assistant aux réunions des actionnaires, et votre influence dépendra tout naturellement de vos investissements. C’est alors un tout nouveau jeu qui s’offre à vous, bien loin d’être du pur hasard, mais une véritable manne financière, en influant directement sur un projet concret.

En conclusion tout de même, sachez une chose : l’administration fiscale ne précise pas le seuil de profits ou la fréquence de gains à partir desquels l’imposition se déclenche. En général, il faut avoir des gains très conséquents. Des gains qui dépassent parfois ses propres revenus, chose rare concernant les paris sportifs et autres jeux de hasard…Autant dire que pour la grande majorité des joueurs occasionnels, vous pouvez jouer tranquillement sans vous soucier de tout cela !

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine