Une instagrameuse de mode et de maquillage a été accusée de racisme. Son tort ? Avoir un peu trop pris le soleil…

Être bronzé, le « blackface » de l’été ?

Le fait de dorer au soleil va-t-il être considéré à l’avenir comme un comportement raciste ? La question est posée avec le cas de Chloé Wilson, une instagrameuse britannique de Newcastle suivie par 296 000 personnes sur la célèbre application. La jeune femme dont le bronzage est mis en avant sur de nombreuses photos vient de vivre un « bad buzz » sur les réseaux sociaux. Son teint bronzé a ainsi été assimilé à une forme de racisme dans certains commentaires.

Après les différents épisodes de « blackface » ayant suscité des réactions d’indignation ces derniers mois, le bronzage serait désormais devenu une provocation similaire pour les antiracistes 2.0 et les défenseurs de la « communauté noire ».

Paniquée face au tollé, Chloé Wilson s’est excusée et s’est justifiée sur Twitter le 29 mai en expliquant que, dorénavant, elle avait « peur de bronzer » pendant ses vacances. En ajoutant : « Je ne recommencerai pas ».

Sans omettre de préciser qu’elle n’avait jamais souhaité offenser qui que ce soit. Difficile en effet de prêter à la jeune femme des intentions politiquement incorrectes…

« Tenez-vous en à votre teint d’origine »

Parmi les critiques émises à l’encontre de l’instagrameuse ayant un fort penchant pour les expositions au soleil, certains lui reprochent de chercher à vouloir ressembler à des personnes d’une autre origine que la sienne : « Tenez-vous en à votre teint d’origine, peut-être ? J’aime bronzer un peu, mais pas pour ressembler à une autre race. »

Plus injonctive, une autre personne interroge Chloé Wilson : « Combien de fois les Noirs doivent-ils te dire d’arrêter de faire le blackface ? » Toutefois, d’autres commentaires prennent la défense de la jeune femme en lui demandant de ne pas présenter d’excuses pour son bronzage. Trop tard !

racisme
Compte Instagram de Chloé Wilson

Laissons le mot de la fin de cette énième polémique dérisoire autour du racisme à l’accusée en question :

« Maintenant, je vais aller profiter de mes vacances à l’ombre ». Une décision peut-être plus sage pour la santé de sa peau. Et de son business…

Crédit photos : Pixabay (Pixabay License/skeeze)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V