L’ancien ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini a été remplacé à son poste par Luciana Lamorgese. Que faut-il attendre de cette dernière sur le plan de la politique migratoire ?

Fin de l’ère Salvini au ministère

Le pari était osé mais il a échoué. Matteo Salvini n’a pas réussi à obtenir de la part du président de la République italienne Sergio Mattarella la mise en place de nouvelles élections afin de disposer d’un gouvernement plus à son goût. Si la Lega est en effet donnée largement en tête dans les sondages, l’analyste politique et écrivain italien Andrea Carriero a bien résumé les choses : « Salvini a sous-estimé la volonté de Mattarella de ne pas faire voter le peuple italien ».

Toujours est-il que le chef de la Lega ne tient désormais plus les rênes du ministère de l’Intérieur. Et, depuis le 4 septembre, un nouveau gouvernement a officiellement succédé à celui composé de l’alliance (devenue intenable) entre la formation de Matteo Salvini et le Mouvement 5 Étoiles de Luigi Di Maio.

Cette fois-ci, le M5S a passé des accords avec le Parti démocrate (PD) pour une cohabitation qui ne s’annonce pas forcément plus évidente que la précédente… Exit donc les membres de la Lega. Le ministère de l’Intérieur voit ainsi arriver à sa tête Luciana Lamorgese.

Salvini
Luciana Lamorgese et Matteo Salvini. Source : UK24 News

Luciana Lamorgese, experte en migrants

Cette ancien préfet de Varese, de Venise puis de Milan, elle-même fille de préfet, fût chargée ces dernières années de la planification des centres d’accueil de migrants dans le nord de l’Italie.

De son poste de chef de cabinet à l’Intérieur, elle a assisté aux débarquements massifs de clandestins qui ont eu lieu de 2013 à 2016. Luciana Lamorgese avait notamment pour mission de gérer les incitations aux municipalités censées accueillir les migrants. Nommée préfet de Milan en janvier 2017, elle a annulé une série d’ordonnances anti-immigration émises par certaines villes de la région dirigées par la Lega.

Elle déclarait alors à l’époque : « Nous voyons des maires qui ne font pas toujours leur part et je leur dis qu’il est important d’accepter la diversité, qui est une richesse, et d’agir en faveur de l’intégration ». Pour la remplaçante de Matteo Salvini, le « processus d’intégration » était alors « nécessaire pour éviter les phénomènes de radicalisation. L’accueil doit être équilibré et durable et si chacun fait sa part, il n’y aura pas de problèmes ».

Malgré ces belles paroles, des problèmes liés à l’immigration extra-européenne en Italie, il y en a eu depuis cette crise des migrants. Et de nombreux, de surcroît ! Sa nomination semble donc marquer la volonté du nouveau gouvernement italien de rompre avec la politique de Matteo Salvini. D’autant plus qu’au cours des négociations avant la formation de la coalition, le PD a demandé à plusieurs reprises au M5S d’abandonner les politiques migratoires du gouvernement précédent.

La gestion des navires des ONG qui continuent d’opérer en Méditerranée pour faire transiter les migrants vers l’Europe, notamment via les ports italiens, va permettre de rapidement en savoir davantage sur la personnalité de Luciana Lamorgese.

Arthur Keraudren

Crédit photos : Capture YouTube
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine