Le bleu tchèque et la morale des lapins (chronique du temps qui passe)

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Monsieur Brun, universellement connu comme le Lénine des locomotives, n’est peut-être pas au courant, mais la couleur « bleu sulfate » et l’accompagnement « framboise écrasée » des « Ouigo » relève plutôt de l’ex-Tchécoslovaquie. Question innovation pour nous faire « aimer le train », beurk de beurk ! Cette manie de couleur frappait quand passant de la Bavière au plateau tchèque, outre l’impression de revenir dans l’autre avant-guerre – celle de 39-45-, on découvrait ce bleu prolétarien recouvrant les transports de ladite république. Comme un abus de fonds de seaux de la peinture socialiste…

Passons… D’autres affaires plus urgentes attirent notre attention. Je n’irai pas jusqu’à traité de « c… » ce malheureux Griveaux de la grivèlerie, comme vient de le faire un imbécile patent qui hoquète sur les chaînes, mais je me demande ce que le dernier des « Mormons » de la soupente élyséenne a dans le citron, derrière son rictus qu’il a rapporté de naissance depuis Chalon-sur-Saône. M’enfin ! Dans quelle époque vivons-nous, si pour plaire aux dames on est désormais contraint de se palucher devant ces estimables « smartphones » au lieu de débiter quelques beaux passages de Marivaux ou de Laclos mais pas de Sade.

Et ce n’est pas oublier « Dénice »  (Dennis) qui court du bas de Lutèce vers la banlieue nord, portant sa tête dans un sac. Il y eut, chez nous, nantais de naissance ou d’adoption, le bon saint Gohard qui remonta la Loire jusqu’au confluent de la Maine, sous Angers, quand le temps fut venu (mais j’ai déjà dit). La manie de locuter en mode britannique, qui gangrène nos perruches préposées aux informations, vient de faire des ravages. La tempête qui souffle sur les fenêtres et sur les toits méritait-elle pareille désignation ? Ce n’est pas la peine de pleurnicher, dit mon petit-fils, c’est « comme ça » !

Récemment, je suis allé à Marseille, pour célébrer la naissance de ma dernière petite-fille… J’ai été horrifié du nombre d’éclairs bleus que nous rencontrions sur le nouveau parcours P.L.M. C’étaient, m’avertit-on, tout autant de « trains de pauvres » remontant vers Paris, ou Bruxelles, ou Chessy-Marne-la-Vallée… Ma petite-fille verra le XXIème siècle, forcément… et sans doute la fin de ces torpédos peintes au bleu sulfate qu’on n’aura bientôt plus le droit de vomir sur les rangs de vigne pour chasser le mildiou. Comment qu’on fera ? Mystère !

Je me souviens de l’ivresse qui nous gagnait, nous les hussards, lorsque nous allions à la découverte sur nos beaux chevaux… Ah là là ! Les adversaires  que nous recherchions étaient les « uhlans »… Nous avions, comme spectateurs, des tribus de lapins de garenne batifolant dans la bruyère du petit matin. On ne disait pas, alors, que nous étions des « artistes » comme le prétend ce très bizarre individu qui nous rappelle Pavel Timofeïevitch Gorgoulov, assassin de notre bon président Paul Doumer (en 1932)… La rumeur prétend que sa dame a été l’objet des facéties « smartphoniennes » du ci-devant de Chalon-sur-Saône. Le bon Michaud est bien inspiré de nous rappeler que « lorsqu’il monte au cocotier, le singe doit avoir les fesses propres ».

MORASSE

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Rugby. La FFR s’engage…. « pour l’inclusion des trans-identitaires dans le rugby »

A chaque journée sa nouvelle information pour nous rappelons que nous vivons dans une société qui a activé le...

Etienne Chouard : Introduction à la thèse que je défends depuis 2005

Etienne Chouard : Introduction à la thèse que je défends depuis 2005 https://www.youtube.com/watch?v=MtLH-S-3WUs Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de...

Articles liés

Rugby. La FFR s’engage…. « pour l’inclusion des trans-identitaires dans le rugby »

A chaque journée sa nouvelle information pour nous rappelons que nous vivons dans une société qui a activé le mode « vol au dessus...

Etienne Chouard : Introduction à la thèse que je défends depuis 2005

Etienne Chouard : Introduction à la thèse que je défends depuis 2005 https://www.youtube.com/watch?v=MtLH-S-3WUs Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous...

Thaïs d’Escufon lance l’association de soutien aux lanceurs d’alerte (ASLA)

Jusqu’à aujourd’hui, Internet était un lieu où la liberté d’expression demeurait vivace. Mais depuis quelques années, le web subit les ingérences des GAFAM (Google...

Cyclisme. Connor Swift remporte le Tro Bro Leon 2021 à la photo-finish

Les amateurs de cyclisme ont passé un dimanche riche, ce 16 mai. Avec le Giro, le Tour de Hongrie, et surtout, pour les Bretons,...