« Enrichissement culturel » à Nantes. Un Algérien condamné à 10 ans de réclusion criminelle pour agression sexuelle

A LA UNE

Jérémie Laborde, directeur de deux salles de sport en Ille et Vilaine : « Nous ouvrirons la 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte »

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré il y a maintenant...

Quartiers prioritaires : la Cour des comptes révèle un échec massif et coûteux

Il est dommage que la Cour des comptes ait ignoré la Bretagne en rédigeant son rapport sur L’Évaluation de l’attractivité...

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

Valéry Giscard d'Estaing est décédé à 94 ans. Pourquoi tous les médias et hommes politiques du système en font-ils...

Terrorisme d’Etat, crime contre l’humanité. Une avocate dénonce les mesures sanitaires et la manipulation autour du Covid-19 [Interview]

Virginie de Araujo-Recchia est avocate depuis 2006. Suite à notre article s'interrogeant sur la possibilité de faire reconnaitre les...

Karl Roos, autonomiste et Dreyfus alsacien ? Interview de Bernard Witmann

Karl Roos (1878-1940), leader emblématique de l’autonomisme alsacien de l’entre-deux-guerres, est arrêté pour espionnage en 1939. C'est à cette...

Un Algérien de 32 ans, Kamel Younes, a été condamné ce 1er octobre à 10 ans de réclusion criminelle pour agressions sexuelles sur deux jeunes femmes fin 2017 à Nantes. L’avocat général avait requis 12 ans. Le héraut de l’enrichissement culturel sera aussi interdit de territoire français à sa sortie – après avoir été logé, nourri et éclairé des années durant aux frais du contribuable sans avoir à travailler.

Ce procès était aussi, à Nantes, la première expérience des cours criminelles, constituées de cinq magistrats professionnels. Destinées à accélérer le jugement des affaires accumulées aux Assises – preuve d’un vivre-ensemble tranquille et d’une quasi-disparition de la délinquance en France, ce qui permet au gouvernement de se concentrer sur le non-port du masque – elles sont dénuées de jurés et ne pourront pas juger meurtres et homicides passibles des plus lourdes peines.

Ces cours devraient aussi permettre de mettre fin à la correctionnalisation : il y a en effet tellement de viols que les juridictions ne suivent plus. Alors, pour que les victimes n’attendent pas de longues années la condamnation de leur agresseur, les faits sont requalifiés en « agression sexuelle » et le prévenu jugé en correctionnelle – où il écope d’une peine bien plus légère. Il n’est guère étonnant dans ces conditions que les délinquants soient encouragés dans le vice, du fait d’un système judiciaire embouteillé et parfois démissionnaire.

Autre preuve de l’apport hautement positif de l’immigration de masse : un homme en état d’ivresse qui avait tabassé un malvoyant -qui hébergeait la compagne du prévenu – en novembre dernier a été condamné à six mois de prison avec sursis. En fuite, le prévenu est retourné dans son pays d’origine. Et n’indemnisera probablement jamais sa victime,  dont il a aggravé le handicap.

Louis Moulin

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Ces grands vins encore à portée de bourse

Notre série se propose de mettre en lumière des vins qui incarnent l’excellence dans leur appellation respective. Ces-derniers appartiennent...

La piste oubliée de Frison-Roche en bande dessinée.

Après l’adaptation en bande dessinée du « Cycle Chamonix » de Roger Frison-Roche, prônant les vertus des guides de...