Paul Tormenen : « La France a-t-elle vocation à accueillir des dizaines de milliers de jeunes Africains alors qu’elle ne s’occupe pas dignement de nombre de ses concitoyens ? »

A LA UNE

Michel Maffesoli : « Le transhumanisme est l’aboutissement de la paranoïa moderne » [Interview]

Au dernier colloque de l’Institut Iliade, en date du 19 septembre 2020, dont le thème était « La nature comme...

Enquête : ces Tchétchènes déjà arrêtés pour terrorisme

Après la décapitation du professeur d’histoire de Conflans, Samuel Paty, par un jeune Tchétchène radicalisé d’Evreux, Abdullakh Anzorov, le...

État d’urgence sanitaire. Que dit le projet de loi présenté en conseil des ministres ce matin ?

Après avoir laissé planer un couvre-feu à 19h dans les grandes villes, ou généralisé à tout le territoire, dans...

Document : le texte de la décision qui a accordé le droit d’asile à la famille du terroriste islamiste

D’abord déboutée de l’asile à cause d’un « récit stéréotypé » par l’Office français pour la protection des réfugiés...

Nantes Métropole pressure ses contribuables, et ça ne va pas en s’arrangeant

Le rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de Nantes Métropole s’est fait attendre. Alors qu’un...

Il faut parfois savoir mettre de côté les politiques – en campagne permanente et surtout finalement assez peu compétents – et écouter ce que des spécialistes, notamment des juristes, ont à dire sur les grandes questions de société qui traversent actuellement notre pays.

C’est ce que nous avons fait, au sujet de la question centrale de l’immigration notamment, avec Paul Tormenen, juriste qui publie fréquemment sur Polémia et qui se démarque par la qualité et la précision de ses interventions.

Entretien essentiel.

Breizh-info.com : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Paul Tormenen : Je suis juriste de profession, j’habite en région parisienne. J’ai une partie de ma famille qui vit en Bretagne, ce qui m’amène à y aller régulièrement, à mon grand plaisir. J’écris depuis 2016 pendant mon temps libre des articles pour des sites de ré-information, ce qui m’occupe bien ! L’élément déclencheur a été la couverture médiatique de la crise des migrants en 2015. La couverture partiale – le mot est faible – des radios de service public sur ladite crise migratoire m’a amené à entrer en contact avec Claude Chollet, le président de l’Observatoire du journalisme. Il m’a invité à proposer des articles, ce que j’ai fait. Depuis plus récemment, j’écris des articles pour Polémia et Eurolibertés. Mon sujet de prédilection est l’immigration, car il est à la charnière d’autres sujets : la culture, l’identité, les finances publiques, le droit, etc.

Breizh-info.com : Vous avez récemment dénoncé le nouveau pacte européen sur les migrations, pour quelles raisons ? Quelles vont être ses conséquences ?

Paul Tormenen : Ce pacte voulu par la Commission européenne part du postulat que les pays européens doivent accueillir encore plus d’immigration extra-européenne. C’est totalement insensé. Plusieurs gouvernements de pays européens n’arrivent pas à endiguer la progression de l’islamisme et du communautarisme, qui semble inexorable en dépit des annonces gouvernementales de prendre ces problèmes à bras le corps. En raison de l’arrêt de l’activité dû au confinement, des pans entiers de l’économie sont en train de s’écrouler et le gouvernement déverse des milliards d’euros pour soutenir l’activité des entreprises avec de la dette. En France, le budget consacré à l’immigration et l’asile ne fait qu’augmenter. Cela ne va pas pouvoir durer indéfiniment.

Les pays européens, en particulier la France, n’ont assurément plus besoin de « bras ». S’il y a des difficultés de recrutement, c’est le système de formation et le système social qu’il faut modifier.

S’il s’agit de remédier à la baisse de la population en Europe, vouloir y parvenir en recourant à l’immigration extra-européenne est également contestable. Certains pays européens connaissent effectivement une baisse de leur population. Mais l’individualisme et la perte de confiance des citoyens en l’avenir y sont sans doute pour beaucoup. Beaucoup de citoyens sont inquiets de l’avenir en raison de l’insécurité, de la politique migratoire, de la précarité, de la délinquance, etc. Viktor Orbán semble avoir redonné confiance à ses citoyens, sa politique nataliste a un certain succès. Si le pacte tel que présenté par Madame von der Leyen devait être adopté en l’état, un mécanisme automatique et permanent de répartition des migrants arrivant en Europe sera mis en place. Cela va provoquer un appel d’air considérable. Le pacte prévoit également que la Commission européenne aura des moyens de coercition à l’encontre des pays qui soit refusent des migrants, soit refusent de contribuer à leur prise en charge et à l’organisation du retour au pays de certains d’entre eux. Le pont maritime sur la Méditerranée entre la Libye et les côtes européennes est de fait reconnu. Il s’agit désormais de mieux l’organiser, notamment avec les ONG ! Des sanctions contre les pays qui ne respectent pas les règles de circulation dans l’espace Schengen sont également prévues.

Il y a par chance des gouvernements en Europe qui sont plus réalistes que les gouvernements allemands et français : les gouvernements autrichien, danois et surtout ceux du groupe de Visegrad. Cela étant, la coopération entre pays européens est nécessaire et souhaitable pour lutter contre l’immigration clandestine. La négociation autour de ce pacte va être une belle foire d’empoigne, avec des pays qui ont des intérêts et des convictions divergents. Un accord sur le « package » complet (nouveaux règlements et règlements existants modifiés) est difficilement envisageable. La Commission européenne va-t-elle accepter de n’adopter que certaines dispositions du pacte et de ses annexes, au risque d’en modifier le subtil équilibre, entre ouverture des vannes à l’immigration et renforcement des moyens de maîtrise de l’immigration clandestine ? On le saura dans les prochaines semaines.

Breizh-info.com : Concernant le coût de cette immigration, de ces prises en charge, les estimations vont bon train. Concrètement, à combien peut-on chiffrer le coût de ces immigrés en France ? 

Paul Tormenen : En dehors des universitaires « orthodoxes » pro-immigration, d’autres spécialistes de la question ont tenté de faire ce chiffrage, ou en tout cas de chiffrer certaines dépenses liées à l’immigration. Jean-Yves Le Gallou dans Immigration, la catastrophe, que faire ?, André Posokhow dans un article sur le site de Polémia, Laurent Obertone dans La France interdite, Jean-Paul Gourévitch, etc. Je vous renvoie ainsi que les lecteurs à leurs travaux. Un récent rapport parlementaire rédigé par des parlementaires centristes aboutit au constat d’un très léger surcoût des immigrés pour les finances publiques et un gain à long terme pour le PIB. C’est oublier que l’immigration de travail ne représente qu’une petite partie des nouveaux arrivants. La définition du périmètre à retenir pour évaluer le coût de l’immigration est à elle seule sujette à débat.

Faut-il prendre en compte les coûts indirects (police, éducation, etc.) ? En outre, les travaux de lanceurs d’alerte nous en apprennent chaque jour davantage. Pour ne citer que deux exemples récents, une responsable de la facturation des soins dans un hôpital public, Véronique Prudhomme, indique dans un ouvrage paru en 2019 que le montant officiel de l’aide médicale d’État est loin de représenter le coût total des soins médicaux aux clandestins. Il y aurait notamment beaucoup de facturations de soins qui passeraient par pertes et profits et qui ne seraient pas comptabilisés dans l’AME. Plus récemment, la ténacité de Charles Prats permet d’aller de découvertes en découvertes, comme le fait que la moitié des 14,5 millions de retraités seraient étrangers. Par ailleurs, comment prendre en compte ce qui n’est pas mesurable, comme l’impact négatif de l’immigration sur la cohésion sociale, un phénomène que l’universitaire américain Robert Putnam a tenté d’appréhender.

Breizh-info.com : Dans un autre papier sur Polémia, vous évoquez le vote des musulmans étrangers de France, très sensible à l’islamisme. Rigoristes, les musulmans de France ? Comment l’expliquer ?

Paul Tormenen : Je ne sais pas si les musulmans présents en France sont plus rigoristes que dans les autres pays européens. Je constate qu’il y a une lame de fond islamiste qui concerne tant l’Europe que le Maghreb et le Moyen-Orient. En France, le rapport Obin, les travaux de Bernard Rougier, d’Yves Kepel, de l’institut Montaigne, etc. auraient dû nous alerter. Le fait qu’une frange croissante de jeunes de culture musulmane place l’islam au-dessus des lois de la République est très préoccupant. Des enquêtes ont mis en avant l’importance des financements issus de pétromonarchies. Il y a peut-être aussi le fait qu’en France, on pratique fréquemment la repentance et l’auto-dénigrement. Nos gouvernants ont beaucoup fait pour que le sentiment d’appartenance à la communauté nationale et la fierté d’être Français soient perçus comme des valeurs dépassées. Même si l’amour de la patrie ne peut pas remplacer le besoin de transcendance.

Breizh-info.com : Comment expliquez-vous que le personnel politique se montre incapable d’être tranchant face à ces thématiques qui préoccupent pourtant largement les Français ? 

Paul Tormenen : La France ne cesse de prendre des engagements juridiques qui réduisent sa marge de manœuvre en la matière : Loi asile et immigration en 2018, Pacte mondial sur les migrations la même année, etc. Je constate, comme beaucoup de Français je crois, qu’il y a une grande déconnexion entre les convictions totalement pro-immigration de l’oligarchie, qui représente 70 % de la classe politique, et ce que souhaitent les Français. La situation est très sérieuse. La gauche et LREM sont convaincus que l’immigration massive que nous connaissons est une bonne chose pour le pays. Il y a un travail de fond qui est fait par certains députés à droite au parlement, des propositions de loi, des rapports, etc. Mais les députés de ce bord sont divisés sur les mesures à prendre. D’autres partis patriotes ne sont malheureusement pas aux manettes du pouvoir. Il y a, je pense, nécessité de bâtir un programme de salut public transparti. Le temps n’est plus aux querelles de boutiques ou d’egos, aux rentes de situation ! Le pouvoir est dans le bulletin de vote et le combat méta-politique. Si les gens ne vont pas voter, ne cherchent pas à argumenter avec leurs proches, leurs voisins, leurs députés, le déclin de la France ne fera que s’amplifier.

Breizh-info.com : Si le juriste que vous êtes arrivait aux manettes du ministère de l’Intérieur demain, quelles seraient les premières mesures/ordonnances, que vous prendriez sur la question de l’identité ? De l’immigration ?

Paul Tormenen : Je n’ai pas cette ambition-là ! Je cherche simplement par les articles que j’écris, à partir d’éléments factuels et vérifiables, à apporter des éléments au débat. C’est la raison pour laquelle je cite abondamment mes sources. Tendre à l’immigration zéro implique la dénonciation de la signature de traités internationaux ratifiés par la France, l’abrogation de lois, l’adoption de nouvelles, voire la modification de la constitution et la sortie de l’Union européenne. Certains pays d’Europe de l’Est ne sont pas allés si loin et réussissent, pour le moment, à avoir une politique migratoire très restrictive. Les associations immigrationnistes y ont certainement moins de moyens… C’est tout un écosystème qui est différent.

La question de l’identité est intimement liée à celle de l’immigration. Un récent rapport de la Cour des comptes sur la politique migratoire de l’État permet de constater un manque d’exigence vis-à-vis des nouveaux entrants et en matière de naturalisation. La double nationalité, le droit du sol et l’absence de recours à la déchéance de nationalité posent question… La grande peur de nos dirigeants est de demander l’avis des Français sur ces sujets. Pourtant, il y a de véritables enclaves islamistes sur le territoire. La réponse appartient aux partis politiques. Cette réponse  n’a, en ce qui concerne les partis au pouvoir, pour le moment, absolument pas été à la hauteur des enjeux. On ne peut pas en même temps se plaindre de la dilution de l’identité nationale, de l’échec de plus en plus important de l’assimilation et organiser toujours plus d’immigration. Il y a urgence à agir.

Propos recueillis par YV

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

6 Commentaires

  1. Surtout pas de plus la grande majorité de ces immigrés sont des gens qui ne viennent que pour se gaver , profiter et glander aux frais des Français sans compter tous les sauvages qui viennent grossir le nombres déjà conséquent de sauvages que comptent la France , au lieu de les accueillir nous devrions couler les embarcations au milieu de la méditerranée , ces gens ne fuient pas la famine, la guerre ou une quelconque répression non ils viennent s’engraisser et aggraver la criminalité , l’ensauvagement de la France , sans compter que la grande majorité même au bout de quelques années de présence en France ne parlent toujours pas Français et ils ont des enfants à qui ils parlent leurs langues d’où une aggravation pour ces gens de na pas s’intégrer . D’ou le besoin de ne plus laisser rentrer n’importe qui et de virer tous ceux qui ne veulent pas s’integrer , femmes, enfants, vieux , jeunes, malades ou pas tous ceux qui ne s’integrent pas ou commentent crimes et délits dehors et sans rien juste avec les vêtements qu’ils ont sur eux , ni dédommagement, ni partir avec l’argent voler aux Français !!! Faut cesser de servir de banquier pour toute une bande de glandus, profiteur et criminelles . Accueillons ceux qui veulent s’integrer, bosser ou apporter leurs connaissances et savoir pas les autres …

    • Absolument !! d’accord avec vous à 100% . Tous ceux qui arrivent et ceux qui sont déjà chez nous, il faut absolument les remettre dans un bateau bon gré mal gré et vogue la galère, qu’ils repartent chez eux en empruntant le même chemin.
      Ces gens sont amenés par des ONG payées par Soros, dans le but de détruire notre pays et son peuple. Nous avons le devoir, pour nos enfants de les renvoyer chez eux le plus tôt possible. Ces envahisseurs sont un pan du plan mondialiste international. Il nous appartient de les mettre dehors, qu’ils le veuillent ou non.

  2. La France n’a pas vocation a devenir negroland ou bougnoulland et pourtant c’est ce qu’elle est en train de faire , un territoire aux mains de sauvages feignants !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les derniers articles

Interdiction à venir de l’école à la maison. Elle écrit à Emmanuel Macron

L'interdiction annoncée de l'école à la maison par Emmanuel Macron sous le faux prétexte de lutter contre le séparatisme...

Que se passe-t-il en Bolivie ?

Les choses bougent en Amérique du Sud, Luis Arce, fidèle d'Evo Morales, vient d'emporter largement les présidentielles en Bolivie,...

Immigration. Mais pourquoi font-ils tout ça ? [L’Agora]

C’est vrai, c’est tellement évident que l’immigration massive est un problème et que l’accueil et l’intégration sont des fiascos insondables qu’il est parfois difficile...

La Baule capitale d’un jour du culturisme !

L’Ultimate Show est une compétition de culturisme naturel qui se déroulera le samedi 24 octobre 2020 à La Baule (44). Plus de 60 athlètes français sont attendus...

Covid-19. Couvre-feu en Ille-et-Vilaine : tout ce qu’il faut savoir

L'Ille-et-Vilaine fait désormais partie des départements concernés par le couvre-feu en raison de la propagation du Covid-19. Quelles sont les conséquences pratiques des nouvelles...

Julien Rochedy : « Oui, il est légitime de vouloir se séparer d’avec des groupes de population qui refusent le véritable vivre-ensemble » [Vidéo]

Dans sa dernière vidéo, l'essayiste Julien Rochedy s'attaque au sujet du séparatisme et considère qu'une partition au moins partielle du territoire français est la...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -