Irlande libre. A la découverte des rebelles exécutés lors de l’insurrection de Pâques 1916 : Thomas MacDonagh

Nous vous proposons dans cette série estivale de découvrir les portraits des 16 leaders rebelles irlandais exécutés lors de l’insurrection de Pâques 1916 et suite à la prise de la Poste de Dublin, sous les yeux d’une foule qui ne comprenait pas réellement ce que voulaient ces nationalistes irlandais courageux, impétueux, mais encore très minoritaires à l’époque dans la population.

Après Éamonn Ceannt, et Thomas James Clarke, James Connolly, après Seán MacDiarmada voici Thomas MacDonagh figurant lui aussi  parmi les 7 signataires exécutés de la déclaration d’indépendance.

Qui était Thomas MacDonagh ?

Thomas MacDonagh est né à Tipperary en 1878, fils de deux enseignants. Il a fait ses études au Rockwell College de Tipperary, où il s’est préparé à la prêtrise, mais il l’a quittée après quelques années lorsqu’il s’est rendu compte qu’il n’avait pas la vocation. Il a enseigné à Kilkenny et Fermoy, dans le compté Cork. MacDonagh est l’un des membres fondateurs de l’ASTI, l’association des enseignants du secondaire, qui a été créée au Fermoy College en 1908. Thomas a rencontré Pádraig Pearse dans les îles d’Aran lors d’une visite destinée à améliorer son irlandais. Son amitié avec Pearse et son amour de l’irlandais l’amènent à rejoindre le personnel de l’école bilingue de Pearse, St. Enda’s, dès sa création en 1908, où il occupe les postes de professeur de français et d’anglais et de directeur adjoint. Il a également été chargé de cours au département d’anglais de l’University College de Dublin. McDonagh a également écrit un certain nombre de pièces de théâtre et de poèmes.

Il était impliqué dans le théâtre et était ami avec Joseph Mary Plunkett.

Sur le plan politique, MacDonagh était également très actif. Il était membre de la Irish Women’s Franchise League, créée par Francis et Hanna Sheehy-Skeffington en 1908. Thomas MacDonagh a épousé Muriel Gifford en 1912 et ils ont eu deux enfants – Donagh et Barbara. Muriel était la sœur aînée de Grace Gifford, qui a épousé Joseph Mary Plunkett la veille de son exécution.

Thomas rejoint les Volontaires irlandais dès leur création en 1913 et est nommé directeur de la formation des Volontaires irlandais en 1914. MacDonagh a joué un rôle important dans le trafic d’armes à Howth, lorsque des armes et des munitions ont été passées en contrebande depuis l’Allemagne. Alors qu’ils rentraient à Dublin après avoir reçu les armes, les Volontaires rencontrèrent un groupe de policiers du RIC et de la police métropolitaine de Dublin. MacDonagh se dispute avec le commissaire adjoint de la police et, au cours de cette dispute, le reste des Volontaires s’enfuit. MacDonagh rejoint l’IRB en 1915 et est coopté au Conseil militaire en 1916.

Avant l’insurrection, Thomas donna des conférences sur l’armurerie, le tir sur cible et d’autres stratégies. Oscar Traynor a rappelé dans son témoignage que « Thomas avait dit …que les volontaires finiraient par entrer en action, qu’ils sembleraient être vaincus, mais qu’ils se rallieraient à nouveau et mèneraient un autre combat dans lequel ils auraient plus de succès, mais pas encore tout à fait. Il a ajouté qu’au cours de ce combat, leur armée serait reconnue et que, dans un troisième grand effort, le peuple irlandais serait libéré. Cela a également fait une très forte impression sur mon esprit, même si, à l’époque, je pensais qu’il n’y avait pas grand-chose à en tirer. Cependant, comme les événements l’ont montré, sa prévision semble aujourd’hui pleinement justifiée »

MacDonagh a servi d’intermédiaire entre le Conseil militaire et Eoin MacNeill, son collègue de l’University College de Dublin, qui était opposé à la rébellion à moins qu’il n’y ait un risque d’attaque imminente de la part des Britanniques. Lorsque la livraison d’armes allemandes en provenance de l’Aud échoue, Eoin MacNeill émet un contre-ordre annulant la rébellion prévue pour le dimanche de Pâques. MacDonagh appela MacNeill pour lui transmettre l’accord de Pearse sur l’annulation. Pearse et le cercle restreint du Conseil militaire ont toutefois décidé de procéder à la rébellion le lundi de Pâques, 24 avril 1916.

MacDonagh, tout comme Pearse et Connolly, a contribué aux idéaux féministes et égalitaires de la Proclamation. MacDonagh était le commandant du deuxième bataillon des Volontaires qui occupa la biscuiterie de Jacob et les maisons environnantes pendant l’Insurrection. MacDonagh disposait de 150 hommes, soit moins de la moitié de ce qui était prévu (en raison de l’ordre contraire de MacNeill). Cela signifie que MacDonagh a dû renoncer à prendre le Trinity College et se concentrer sur la prise de Jacobs et de ses environs. L’usine revêt une importance stratégique en raison de sa proximité avec le château de Dublin et les casernes de Richmond et Portobello. La prise de l’usine par les rebelles entraverait les mouvements de l’armée britannique depuis le sud. Le Fenian John MacBride, vétéran de la guerre des Boers, le rejoint en tant que commandant en second. Le bataillon de l’usine de Jacob n’a pas eu beaucoup d’accrochages le jour de l’insurrection. MacDonagh n’avait pas d’expérience militaire et, bien qu’il fût apprécié et respecté, ses ordres étaient indécis, de sorte que MacBride, plus expérimenté, assuma un rôle de commandement plus important.

Après la reddition, MacDonagh s’adresse à ses hommes : “Nous sommes sur le point de nous rendre, mais nous avons réussi à établir la République d’Irlande conformément au droit international en résistant pendant une semaine. Bien que sa révérence m’ait assuré que personne ne sera abattu, je sais que je serai abattu, mais vous serez traités comme des prisonniers”.

Thomas MacDonagh fut jugé par la cour martiale et exécuté le 3 mai 1916, le même jour que le mariage de Grace Gifford et de Joseph Plunkett.

Il fut le premier des chefs à être jugé et exécuté. L’officier britannique en charge du commandement exprima son admiration en faisant remarquer que tous les chefs étaient morts noblement, mais que MacDonagh était mort comme un prince.

Dans sa dernière lettre à sa femme, MacDonagh déclara qu’il n’avait eu qu’une seule motivation : faire du pays qu’il aimait un État souverain indépendant. Il dit qu’il va mourir à l’aube, mais qu’il est prêt à le faire au nom d’une cause qu’il estime sacrée et qu’il est convaincu que son pays récompensera richement son acte. Son seul regret, selon la lettre adressée à sa femme, était d’être séparé de sa femme et de ses enfants ; il disait qu’il avait l’impression d’avoir consacré trop de temps à sa cause nationaliste et pas assez à s’assurer qu’ils seraient financièrement à l’abri. Il a écrit qu’il espérait que son pays s’occuperait d’eux.

Après la mort de MacDonagh, sa veuve et ses enfants sont désemparés et en proie à des difficultés financières. Dans son testament, Thomas MacDonagh a légué à sa femme Muriel 3855 livres sterling. Ils sont soutenus par la famille MacDonagh et diverses organisations caritatives. Muriel s’est impliquée dans l‘Irish National Aid and Development Fund (Fonds national irlandais d’aide et de développement). Cette organisation a permis de louer une propriété au bord de la mer pour les familles des personnes exécutées.

Tragiquement, Muriel se noya en juillet 1917 alors qu’elle nageait avec sa fille. Donagh et Barbara MacDonagh font l’objet d’une série de batailles pour la garde des enfants entre les familles MacDonagh et Gifford, principalement en raison de leur religion. La famille MacDonagh était catholique et la famille Gifford était de confession irlandaise, bien que Muriel et sa sœur Grace se soient toutes deux converties au catholicisme après leur mariage. La famille MacDonagh finit par obtenir la garde de Donagh et Barbara, qui vécurent brièvement avec leur tante paternelle Eleanor Bingham dans le comté de Clare avant d’être confiés à des étrangers jusqu’à la fin de leur adolescence, lorsqu’ils furent recueillis par Jack MacDonagh, leur oncle.

Le Thomas MacDonagh Heritage Centre à Cloughjordan, dans le Comté de Tipperary a été inauguré en 2013 et la gare de Kilkenny (MacDonagh Station) porte son nom.

Son histoire en vidéo et en anglais ici

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS