Devenir partenaire
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Irlande libre. A la découverte des rebelles exécutés lors de l’insurrection de Pâques 1916 : John MacBride

Nous vous proposons dans cette série estivale de découvrir les portraits des 16 leaders rebelles irlandais exécutés lors de l’insurrection de Pâques 1916 et suite à la prise de la Poste de Dublin, sous les yeux d’une foule qui ne comprenait pas réellement ce que voulaient ces nationalistes irlandais courageux, impétueux, mais encore très minoritaires à l’époque dans la population.

Après Éamonn Ceannt, et Thomas James Clarke, James Connolly, après Seán MacDiarmada , Thomas MacDonagh, Patrick Pearse, Joseph Mary Plunkett qui signèrent la proclamation de l’indépendance, voici une nouvelle série de 11 autres chefs rebelles, non signataires, mais acteurs de l’insurrection et exécutés pour cela.

Parmi ceux là, nous avions vu Roger Casement, Con Colbert, Edward Daly , John Sean Heuston , Thomas Kent et aujourd’hui, John MacBride.

Qui était John MacBride ?

John MacBride est né à The Quay, Westport, dans le comté de Mayo, en Irlande. Il est né de Patrick MacBride, commerçant, et de Honoria Gill. Il fait ses études à l’école des frères chrétiens de Westport et au St. Malachy’s College de Belfast. Il a travaillé pendant un certain temps dans un magasin de draperie à Castlerea, dans le comté de Roscommon. Il a étudié la médecine, mais y a renoncé et a commencé à travailler dans une firme de chimistes à Dublin.
Il a rejoint la Fraternité républicaine irlandaise et a été associé à Michael Cusack aux débuts de l’Association athlétique gaélique. Il rejoint également la Leinster Literary Society, grâce à laquelle il fait la connaissance d’Arthur Griffith, qui restera son ami tout au long de sa vie.

À partir de 1893, MacBride est qualifié de “dangereux nationaliste” par le gouvernement britannique. En 1896, il se rend à Chicago au nom de l’IRB. À son retour, il émigre en Afrique du Sud. Il commence à travailler dans une mine d’or près de Johannesburg et s’emploie à mobiliser des soutiens en faveur de l’indépendance des Boers. Il participe à la deuxième guerre des Boers, où il met sur pied la Irish Transvaal Brigade (brigade irlandaise du Transvaal), composée de 300 hommes, pour combattre aux côtés des Boers contre l’armée britannique en Afrique du Sud. L’armée britannique comprenait des bataillons de soldats irlandais. Bien qu’elle soit connue sous le nom de Brigade MacBride, son premier commandant était en fait un Américain d’origine irlandaise, le colonel John Blake, un ancien officier de cavalerie américain. MacBride a reçu le grade de major dans l’armée boer et la citoyenneté boer.

La réputation de MacBride est telle que son nom est proposé en Irlande comme candidat à une élection locale partielle dans le sud du Mayo en 1900, mais il n’est pas élu. Après plusieurs défaites en Afrique du Sud, la brigade est dissoute et MacBride se rend à Paris pour échapper aux poursuites judiciaires. Il y rencontre sa future épouse, Maud Gonne, ainsi que son ami Arthur Griffith.

MacBride entreprend une tournée de conférences aux États-Unis afin de gagner un peu d’argent. N’étant pas un orateur naturel, il demande l’aide de Maud Gonne. Celle-ci le rejoint lors de la tournée de conférences et ils se marient en 1903. Leur fils Seán est né en 1904 et a été amené en Irlande par Maud Gonne pour y être baptisé. “Après que Seán eut reçu un baptême provisoire à Paris, je l’ai amené en Irlande pour qu’il soit baptisé officiellement dans mon église paroissiale de Terenure – sa grand-mère, Mme MacBride de Westport, en tant que marraine, et John O’Leary en tant que parrain, ont assisté au baptême“. Il y eut un différend avec le prêtre lors du baptême, car John O’Leary était un Fenian et le prêtre ne voulait pas de lui comme parrain. À Paris, MacBride trouve un emploi de secrétaire auprès de Victor Massey, correspondant de plusieurs journaux, qui l’introduit dans le milieu de la boisson. “Il mène une vie malheureuse à Paris. Il ne connaissait pas un mot de français et devait souvent se sentir très seul, car mon travail me tenait beaucoup en Irlande“.

Dès le départ, le mariage de Maud et John n’est pas heureux et ils se séparent rapidement. Une procédure de divorce a été engagée, ce qui n’était pas habituel à l’époque. Dans un accord de séparation, Maud Gonne obtient la garde de l’enfant et MacBride a un droit de visite, mais après son retour en Irlande, il ne reverra plus jamais son fils. À la suite d’une amnistie pour ceux qui ont pris part à la guerre des Boers, MacBride peut retourner en Irlande où il trouve un emploi de bailli des eaux.

MacBride reprend un peu d’engagement politique en rejoignant le Sinn Féin et le Conseil suprême de l’IRB. À un moment donné, un conflit éclate au sein du Cumann in nGaedheal : MacBride et sa femme, dont il est séparé, se présentent tous deux à la vice-présidence de l’organisation. L’IRB soutient MacBride, mais l’organisation féminine Inghinidhe na hÉireann soutient Maud Gonne. MacBride ne soutient pas la proposition de l’IRB d’exclure Maud Gonne du poste. Finalement, un compromis a été trouvé et elles ont toutes deux été nommées vice-présidentes.

MacBride n’était pas au courant d’un quelconque projet de Rising. En raison de sa notoriété depuis la guerre des Boers, MacBride est surveillé de près et les dirigeants n’auraient pas voulu que leurs plans soient découverts. Contrairement aux autres dirigeants de l’insurrection, MacBride n’est pas membre des Volontaires irlandais et se retrouve au milieu de l’insurrection sans en avoir été averti.

Le matin de l’insurrection de 1916, Seán MacDermott écrit au major J. MacBride une note portant la mention “ urgent ” et la remet à Ignatius Callender, qui travaille avec MacBride à la Dublin Corporation.

“Cher M. Callender, veuillez remettre immédiatement le document ci-joint au major MacBride, de toute urgence. Je vous prie d’agréer, Seán MacDermott, l’expression de mes sentiments distingués.”

En fait, MacBride se rendait au mariage de son frère lorsqu’il rencontra par hasard Thomas MacDonagh et quelques volontaires irlandais qu’il connaissait. Il propose ses services à Thomas MacDonagh et est nommé commandant en second à l’usine de Jacob. Contrairement aux volontaires de l’époque, il était habillé pour un mariage et non pour une bataille.

Bien que l’usine de Jacobs ait connu peu d’action par rapport aux autres garnisons, MacBride utilise son expérience de la guerre des Boers pour diriger une troupe de Volontaires irlandais en grande partie inexpérimentés et exerce une influence positive sur les hommes. Selon William T. Cosgrove, il a été rapporté à la cour martiale de MacBride que “pendant la semaine de Pâques, il était aussi calme et posé que s’il se rendait à l’église, même lorsqu’il recevait des avertissements d’attaques imminentes, et il y en avait, il était aussi stable qu’un roc”.

Lorsque l’ordre de se rendre fut donné, il exhorta les personnes présentes à s’enfuir tant qu’elles le pouvaient, tandis qu’il restait avec MacDonagh.

Après la reddition, MacBride est placé en détention et jugé par la cour martiale. Il ne croit pas qu’il sera exécuté, mais qu’il sera emprisonné. Il tente de s’assurer que son poste au sein de la corporation de Dublin sera toujours disponible à sa libération. Bien qu’il ait été prouvé par des témoins qu’il n’avait pas participé à la planification de l’insurrection, il a été reconnu coupable et condamné à mort en raison de son passé de combattant contre l’armée britannique en Afrique du Sud.

Selon la déclaration de William O’Brien, ce dernier a rencontré Thomas Foran, président général de l’Irish Transport and General Workers’ Union. Foran s’était rapproché de MacBride à la suite de la cour martiale de ce dernier.

“Foran dit qu’il a regardé MacBride, qu’il connaissait, et que ce dernier a passé son doigt autour de son cœur, indiquant qu’il s’attendait à être fusillé”.

John MacBride est exécuté le 5 mai 1916 à la prison de Kilmainham. Il est enterré au cimetière d’Arbour Hill, à Dublin.

Sa femme Maud, dont il était séparé, se trouvait en France pour soigner les blessés de la guerre. Elle a appris la mort de MacBride dans un journal. “En 1916, j’avais vu de petits paragraphes dans les journaux français “Émeutes à Dublin”, “Émeutiers exécutés” et j’avais vu le nom de mon mari parmi ces derniers”.

Son fils Seán a été ministre du gouvernement irlandais et homme politique international de premier plan. Il a fondé ou participé à de nombreuses organisations internationales, dont les Nations unies, le Conseil de l’Europe et Amnesty International. Il a reçu le prix Nobel de la paix en 1974.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Irlande libre. A la découverte des rebelles exécutés lors de l’insurrection de Pâques 1916 : John MacBride”

  1. Pschitt dit :

    Ces courtes biographies sont très intéressantes, mais il serait bon de réviser les traductions (réalisées par un logiciel ?).

Ce sujet vous intéresse ?

Créez un compte ou connectez-vous sur Breizh Info et sélectionnez vos catégories favorites pour ne pas rater l'information qui VOUS intéresse.

Publicité

Soutenez Breizh-info

LES DERNIERS ARTICLES

Santé

Les super pouvoirs de la musique. Reportage

A La Une, International

J.D. Vance (sénateur Républicain de l’Ohio) : « J’aimerais que les élites européennes écoutent leurs citoyens pour une fois »

Environnement

Les pratiques agricoles durables

Train

Lamballe

Bretagne : Retour du train entre Dinan et Lamballe en 2024 après un an de travaux

Sociétal

Frédéric Aigouy, le journaliste interdit d’Elysée

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Irlande, quand ta terre aura pardonné

Découvrir l'article

International

L’Irlande réunie, le choix le plus populaire pour les personnes de moins de 45 ans.

Découvrir l'article

International, Sélection de la rédaction

L’appel de l’Irlande : L’histoire de l’hymne Ireland’s Call

Découvrir l'article

Rugby, Sport

Rugby. La France l’emporte en Ecosse grâce à l’arbitre, l’Angleterre bat le Pays de Galles, l’Irlande en tête du Tournoi des 6 nations

Découvrir l'article

International

En Irlande, les agriculteurs luttent contre les réglementations “vertes”

Découvrir l'article

Rugby, Sport

Tournoi des 6 nations 2024. Demandez le programme + la composition des sélections + pronostics

Découvrir l'article

Immigration, International

Irlande. Une manifestation contre l’implantation de migrants violemment réprimée [Vidéo]

Découvrir l'article

International

En Irlande, une nouvelle loi pour condamner l’utilisation du terme Óglaigh na hÉireann pour désigner l’IRA provisoire

Découvrir l'article

International

Irlande. A Ballinrobe, la population se mobilise contre l’accueil de migrants, à Dublin aussi

Découvrir l'article

A La Une, Patrimoine

Irlande. Grégoire Poulle : « Patrick Pearse avant d’être le père de l’indépendance irlandaise était un authentique barde » [Interview]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍