En Bretagne, des hôtels reconvertis en centres d’accueil pour migrants et SDF

Formule 1 F1 Hôtels

20/04/2017 – 08h15 Nantes (Breizh-Info.com) – Cette transaction était évoquée depuis plusieurs mois dans la presse, voilà que la décision, actée, prend une tournure concrète. 62 hôtels Formule 1, propriétés du groupe Accor, vont être cédés à Adoma, via le groupe SNI, filiale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC). C’est donc l’Etat, via la CDC, qui va racheter ces hôtels. L’objectif : loger des migrants et des sans abris.
En Bretagne, au moins 4 hôtels sont concernés.

Des centres d’accueils pour migrants et SDF

Officiellement, ces hôtels reconvertis en centre d’hébergement d’urgence auront vocation à accueillir à la fois des migrants et des SDF. Ce n’est pas spécialement une nouveauté car, dans de nombreux hôtels F1, des migrants et SDF sont déjà accueillis.
En Loire-Atlantique, nous avions mené l’enquête. Au moins deux tiers des places du 115 de ce département breton sont occupées par des migrants.

En Bretagne, au moins 5 hôtels reconvertis

Nous avons interrogé la direction d’Accor et le syndicat du groupe afin d’obtenir des informations sur les hôtels bretons concernés.
La direction n’a toujours pas répondu à nos sollicitations mais Gilles d’Arondel, responsable Force ouvrière (FO) Accor nous a déclaré que 5 hôtels bretons étaient concernés.
Voici la liste :
F1 Brest Nord Kergar
F1 Rennes Ouest Le Rheu
F1 Quimper
F1 Nantes Bouguenais

Cette liste ne porte que sur 44 hôtels sur 62. En effet, 18 autres hôtels étant en gérance mandat, ils ne sont pas concernés par la négociation entre FO et Accor.
Sur ces 18 établissements, plusieurs sont peut-être situés en Bretagne.

393 emplois menacés dont au moins 65 postes en Bretagne

Cette cession provoque la mise en danger de 393 postes dont au moins 65 en Bretagne selon les informations à notre disposition. Un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) est actuellement en négociation entre le syndicat et Accor. Pour Gilles d’Arondel « de nombreux témoignages de salariés remontent faisant part d’un sentiment d’abandon de la direction Accor hôtels. Dans ce contexte FO essaye activement d’obtenir les meilleures conditions pour les salariés dans un environnement compliqué, notamment en termes de compatibilité d’emploi avec le repreneur ADOMA. Ce dernier n’est en aucun cas Hôtelier mais un responsable de structures d’hébergements d’urgence. »
Le syndicaliste note néanmoins la bonne volonté d’Adoma qui semble chercher à véritablement sauvegarder l’emploi. Des créations d’emploi sont ainsi envisagées par Adoma.
Le responsable syndical continue : « Pour l’organisation syndicale que je représente la priorité reste à la sauvegarde de l’emploi, la principale difficulté restant l’éloignement des exploitations sous enseigne Accor hôtels pour reclasser le personnel concernés.
Le deuxième volet est également de négocier les meilleures garanties dans le cadre d’un départ volontaire (indemnités, formation pour création d’entreprise, etc.)
Concernant la considération de la direction à ce jour nous ne sommes pas satisfaits et mettons Accor hôtels face à ses responsabilités la négociation est en cours et doit se terminer en juin 2017. »

Hébergement d’urgence : deux tiers des places du 115 en Loire-Atlantique sont occupées par des migrants

Crédit Photo : Eduardo P [CC BY-SA 3.0]
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Ludo22

    Il est navrant de constater que ce déploiement de ressources entrepris pour les “migrants” n’ a jamais semblé nécessaire pour abriter les Français SDF. Les autres avant les nôtres ? Votez micron pour que cela continue…

  • Ludo22

    393 postes menacés ? Remplacés en partie par des membres d’ associations subventionnées d’ aide aux “migrants” ?
    Quel bon filon…

  • Pingback: France: 62 hôtels vendus pour héberger des réfugiés. Les employés menacés de licenciement. - Les Observateurs()

  • Pierre Guingan

    Ben voyons ! On sacrifie les travailleurs-contribuables pour favoriser des indésirables improductifs et coûteux. C’est absolument scandaleux.

  • Artza56

    Ce n’est pas convenable. Les clandestins déserteurs méritent a minima des Mercure.

  • Alain

    On sacrifie “l’emploi des Français…”, les “SDF Français”…..????
    Sauf erreur, l’article évoque la Bretagne…..et pas la France!

    Si les Bretons ne sont plus Bretons, alors pourquoi pester contre la venue de futurs “nouveau français” en Bretagne qui seront une chance pour nous (selon la dialectique officielle)!!!

    Faut être logique…!

  • Pingback: Hoteles bretones convertidos en Centros para inmigrantes – ( Un ¨ Molenbeek ¨ de lujo ) 20-04-2017 – La Gazeta Occidental()