Braquage à Lorient : « Nous sommes à bout! » – entretien exclusif avec Nicolas Lethu, le bijoutier agressé [audio]

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

29/11/2013 – 13H30 Lorient (Breizh-info.com) – Jeudi 21 novembre dernier, la bijouterie située 31, rue Glotin à Lorient, appartenant à Nicolas Lethu depuis 2012 (date à laquelle son père lui avait cédé sa bijouterie – tradition familiale oblige – ouverte depuis 1973) a été braquée par un malfaiteur cagoulé et armé. Alors qu’il fermait son magasin, aux alentours de 19h00, Nicolas Lethu tombe nez à nez avec son agresseur qui l’asperge de gaz lacrymogène. S’en suit une bagarre entre les deux hommes , durant laquelle Nicolas Lethu parvient a prendre le dessus sur son agresseur avant que ce dernier ne sorte une arme de poing, provoquant la fuite du bijoutier qui a eu la peur de sa vie.
« Nous investissons un gros budget pour la sécurité, mais cela ne suffit pas ». « La police enquête uniquement une fois que le mal est fait » s’insurge Nicolas Lethu ( cf interview ci-dessous). « Je comprends mes collègues qui se font justice eux-mêmes, nous sommes à bout, c’est notre travail, notre héritage familial qui est menacé » enchaine-il , en colère.
Cette affaire intervient à quelques jours d’un braquage qui a vu un bijoutier de Sézanne dans la Marne abattre son agresseur, d’origine maghrébine, de quatre balles de 9mm après que ce dernier lui ait demandé de remettre l’intégralité des bijoux. Quelques mois également après l’affaire de Nice, où un bijoutier avait là encore abattu un malfaiteur qui venait de braquer son magasin.
Alors que le projet de loi présenté par Christiane Taubira incluant notamment la suppression des peines planchers pour les récidivistes, fait l’objet d’une vague de contestation à droite comme à gauche, de nombreuses voix s’élèvent au sein de la société civile et politique pour réclamer la « présomption de légitime défense », qui permettrait aux victimes d’agressions violentes de posséder réellement les moyens de se défendre face à des agresseurs de plus en plus armés et de plus en plus déterminés. Une question que la majorité socialiste, plus préoccupée du sort des délinquants que de celui des victimes, n’est manifestement pas prête à envisager.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...