Richard Ferrand (PS) : le député du Finistère ne voit pas l’avenir en rose

A LA UNE

10/12/2013 – 08H00 Châteaulin (Breizh-info.com) – Etre député de la circonscription de Châteaulin ne tient pas du cadeau en cette fin 2013. Tout simplement parce que s’y trouve le fief de Christian Troadec : Carhaix. A la fois maire et conseiller général de cette ville mais aussi grand manitou des Vieilles charrues, il fait figure d’homme fort du secteur. Son solide ancrage territorial fait certainement défaut au titulaire du poste, Richard Ferrand (PS).
Ce dernier, né à Rodez (Aveyron) en 1962, débarque en Bretagne alors qu’il appartient au cabinet de Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Intérieur (juin 1997 – août 2000), jacobin endiablé comme chacun sait. Que l’un de ses collaborateurs se parachute – ou soit parachuté – dans un secteur qui a toujours eu la réputation d’être remuant mérite évidemment réflexion. D’autant plus que l’élève (Ferrand) ne pouvait faire moins que le maître (Chevènement)) en guise de jacobinisme. Il est vrai que cette circonscription, en matière de bizarrerie, fait figure de championne, puisqu’en ce début du XXIème siècle, le siège de député était occupé par un ancien ministre de François Mitterrand, Togolais de son état, Kofi Yamgnane. Lequel disparait de la circulation après avoir été battu en juin 2002. On le retrouvera plus tard candidat à l’élection présidentielle dans son pays…
C’est en juin 2007 que Richard Ferrand se fait élire député en battant au second tour le député sortant Christian Ménard (UMP), maire de Chateauneuf-du-Faou. Avec 230 voix d’avance. En 2012 sa réélection s’avère plus confortable puisqu’il devance Dominique Cap (divers droite) maire de Plougastel de 9158 voix.
Mais un challenger autrement plus dangereux que ces notables classiques apparaît dans le paysage. Il s’appelle Christian Troadec. Candidat à toutes les élections, ce dernier creuse son trou : en 2001 il est élu maire de Carhaix avec l’étiquette « gauche alternative », malgré la présence d’une liste « gauche officielle » (PS-PCF). En 2004, il est élu au conseil régional de Bretagne sur une liste « gauche alternative » (UDB-Verts). En 2008, il est réélu maire de Carhaix. En 2011 il devient conseiller général du canton de Carhaix.
Mais les élections législatives le mobilisent tout autant. En 2002, au premier tour, il obtient 6759 voix (11,28% des suffrages exprimés). En 2007, 7393 suffrages (12,41%). En 2012, 11286 voix (19,92%). Bien sûr, la règle du jeu oblige le « divers gauche » à appeler à voter au second tour pour le candidat de la gauche officielle. C’est-à-dire Ferrand en 2007 et 2012.
Dans la ligne de mire de Troadec se trouve maintenant le dénommé Ferrand. L’épisode des Bonnets rouges ayant renforcé considérablement le poids politique du maire de Carhaix et démultiplié sa notoriété et sa popularité, il y a tout lieu de penser que Richard Ferrand a du souci à se faire pour juin 2017. C’est la prochaine étape pour un Christian Troadec qui ne pourra se satisfaire de la présence, dans la circonscription, d’un député étranger à son monde. Quand Troadec dit « Bretagne » Ferrand répond « Etat »…Ils ne peuvent pas se comprendre. Et puis un proverbe africain résume bien le problème : « Il n’y a pas place pour deux crocodiles dans le même marigot ».
Si Richard Ferrand peut se flatter d’offrir un site internet de bonne tenue intellectuelle, prompt à critiquer tout ce qui tourne autour des Bonnets rouges, il n’est pas certain que sa présence sur le terrain soit une réussite. En effet, en consultant sa fiche sur le site de l’Assemblée nationale, on découvre quelque chose qui ressemble à une insuffisance. A la rubrique « adresse », on trouve celle de l’Assemblée nationale et celle de son mél. N’aurait-il pas de secrétariat dans la circonscription ? Serait-t-il un député clandestin ? Sans permanence, difficile d’entretenir un contact régulier avec celles et ceux qui vous ont élu. Leur rendre service est le meilleur moyen de les fidéliser. Tout le contraire d’un Troadec, à la fois omniprésent et toujours prêt à serrer la main des uns et des autres.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Saint-Brieuc. 6 à 12 mois de prison pour la fratrie de cambrioleurs

​Mais qui a éduqué ces individus ? A Saint-Brieuc jeudi 16 septembre, quatre frères ont été condamnés à des...

Hôpital de Quimperlé. Trois médecins urgentistes bientôt en moins du fait de la tyrannie sanitaire ?

L"information vient des syndicats, et a été révélée par Le Télégramme. Trois médecins urgentistes manqueraient à l'appel depuis le...

Articles liés