Naissance d’une nation a 100 ans ! (Cinéma)

A LA UNE

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Tourné en 1915 par D. W. Griffith, le film muet Naissance d’une nation (The Birth of a nation) est l’un des premiers chefs d’œuvre du cinéma. Décrivant sa vision de la Guerre de Sécession et des années qui suivent la défaite confédérée, il fait l’apologie du Ku Klux Klan qui est montré comme un groupe de preux chevaliers défendant les Américains de race blanche.

La guerre de Sécession sépare deux familles amies, les Stoneman partisans de l’Union et les Cameron, sécessionnistes du Sud. La guerre se termine. Abraham Lincoln est assassiné, permettant ainsi aux radicaux du Congrès de punir les sécessionnistes. Ils comptent ainsi, par une fraude électorale, donner aux Noirs le pouvoir au Sud. Inspiré par des enfants qui jouent aux fantômes pour effrayer les enfants noirs, le jeune Cameron fonde le Ku Klux Klan. Le Klan élimine un ancien esclave qui avait poursuivi une jeune blanche jusqu’à ce que celle-ci se jette dans un précipice. Poursuivis par une horde de Noirs, les Cameron se cachent dans une cabane. Des anciens soldats de l’Union acceptent d’aider leurs anciens ennemis confédérés à cause de leurs origines aryennes. Victorieux, les valeureux chevaliers du Ku-Klux-Klan défilent dans la ville. Le Klan désarme les noirs et les prive de leurs droits de vote. Le jeune Cameron épouse la fille Stoneman, symbolisant ainsi la nouvelle union du Nord et du Sud… La dernière image montre des foules opprimées par la guerre puis se retrouvant en paix sous l’image du Christ…

Sur le plan artistique, le réalisateur D.W. Griffith innove tant dans la façon de filmer (gros plan, travelling) que dans la technique du montage. La durée du film (187 minutes) est particulièrement longue pour l’époque. Sur le plan historique, la thèse soutenue par Griffith fait de Naissance d’une nation le premier film polémique. Lorsque le film a été projeté, des émeutes ont éclaté dans plusieurs villes. D’autres villes refusent même d’autoriser sa projection. Griffith s’est inspiré des œuvres d’un écrivain sudiste, Thomas Dixon, proposant une vision glorifiée du Ku-Klux-Klan. Ainsi les noirs du Sud, heureux de leur condition d’esclaves, sont prêts à combattre avec leurs maîtres contre les fédéralistes. Mais ils ne peuvent pas gérer un pays. Le Ku Klux Klan est ainsi nécessaire pour rendre le pouvoir aux Blancs !

Bardèche et Brasillach démontrent, dans leur Histoire du cinéma, que Naissance d’une nation est «  le film où l’on apprit pour la première fois, que le cinéma pouvait remuer les passions et faire revivre les fantômes, qu’il était chargé par sa nature même, d’une fonction politique à laquelle il lui était presque impossible de se soustraire ».

Son réalisateur, David Wark Griffith (1875-1948), est le fils d’un colonel de l’Armée des États confédérés, héros de la Guerre de Sécession. De 1908 à 1913, il tourne plus de 400 courts-métrages en visitant presque tous les genres : drame, policier, comédie, western, film historique… Il améliore la technique du montage cinématographique. Impressionné par

Cabiria de Pastrone, il réalise ainsi en 1915 Naissance d’une nation, la première super-production américaine. Sans doute pour modifier son image, il réalise l’année suivante  Intolérance (1916), lequel comprend quatre histoires illustrant le thème de l’intolérance. L’arrivée du cinéma parlant va correspondre à la fin de la prestigieuse carrière de Griffith.

Kristol Séhec 

Naissance d’une nation, HK Editions, 8,90 euros. 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. La préfecture, entre opposants au passe sanitaire et souvenir de Clemenceau

La préfecture de Nantes ressemble un peu aux deux faces de l'exercice du pouvoir, ou au dieu Janus. Face...

Résistance de la 25è heure : Quand Françoise Morvan fait des adeptes à LREM

Que cette guerre 39-45 est longue ! 76 ans après l'armistice et la capitulation de l'Allemagne nazie que personne ne...

Articles liés

Sweet Thing, Kaamelott, Onoda, Bonne mère, Old, Spirale : L’Héritage de Saw, Digger : au cinéma cette semaine

Sweet Thing, Kaamelott, Onoda, Bonne mère, Old, Spirale : L'Héritage de Saw, Digger : la sélection de ce qui sort au cinéma cette semaine Sweet...

Frères d’arme, Wolfy, Titane, Désigné Coupable, Infidel : au cinéma cette semaine

Frères d'arme, Wolfy, Titane, Désigné Coupable, Infidel : une sélection de ce qui sort au cinéma cette semaine Frères d'arme Emilijan et son jeune frère Stanko...

Second rôle au cinéma. De Belmondo à Mission Cléopâtre en passant par les Visiteurs : Michel Crémadès

Second rôle au cinéma. De Belmondo à Mission Cléopâtre en passant par les Visiteurs : Michel Crémadès Nous vous invitons à vous abonner à la...

La Baule (44). Le palmarès du 7ème festival du cinéma et de musique de film

Ce Samedi 26 Juin, lors de la cérémonie de remise des prix de la 7ème édition du Festival du Cinéma et Musique de Film...