Vent d’Est , actualité d’Europe centrale : le vent se lève à l’Est (chronique)

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

30/09/2015 – 06H00 Budapest (Breizh-info.com) – Notre correspondant en Hongrie, Ferenc Almássy  suit de près l’actualité de l’Europe centrale. Il se propose de nous dresser  en exclusivité, chaque semaine, un panorama de l’actualité de ces pays.

Nous n’allons pas ici parler des raisons de la crise migratoire, ni du phénomène migratoire en soi. Vent d’Est a pour vocation à mettre en avant l’actualité d’Europe Centrale et de l’Est – on parle aussi des PECO, Pays d’Europe Centrale et Orientale – afin d’apporter, à sa modeste échelle, une information différente de celle véhiculée habituellement par la plupart des médias occidentaux.   

Le vent du changement souffle à l’Est. La crise migratoire européenne, qui a changé d’ampleur cette année avec l’explosion du nombre de migrants empruntant la « route des Balkans », montre non seulement les limites des capacités d’action politique de l’Union européenne, mais révèle surtout une ligne de fracture plus profonde. Une ligne de fracture entre l’Europe occidentale et l’Europe communément dite « de l’Est ».

En réalité, c’est l’Europe centrale qui se distingue plus particulièrement. Le groupe des quatre de Viségrád (V4) constitué de la Pologne, de la République tchèque, de la Slovaquie et de la Hongrie a refait parler de lui, alors que d’aucun pensait cette entité obsolète depuis l’intégration de ces pays dans l’OTAN et l’UE. Et pourtant. Alors que la Hongrie est devenue le centre du monde occidental pour quelques semaines, braquée par les projecteurs de la presse mainstream, et vivement attaquée par des médias au diapason – tant dans la critique virulente que dans le mensonge par omission – les autres membres du V4 se sont portés au secours du gouvernement Orbán sur la scène internationale.

Comme l’a dit l’ancien ministre français des Affaires étrangères Hubert Védrine, les sociétés d’Europe de l’Est « pensent que les sociétés multiculturelles sont un échec flagrant, spectaculaire, ils n’en veulent pas. […] Ce n’est pas de la xénophobie dans le sens où ils sont contre un groupe ethnique en particulier, ils ne veulent pas de l’évolution multiculturelle. Il ne faut pas s’en prendre qu’à la Hongrie. Il y a six, sept ou huit pays qui pensent comme ça. Il ne faut pas avoir peur d’en parler.»

N’en ayons pas peur, en effet. Le communisme qui s’est abattu sur l’Europe Centrale après la 2e Guerre Mondiale – avec l’accord des occidentaux – a comme préservé ces peuples dans du formol. Quoiqu’on en pense, les régimes communistes y étaient patriotiques, et les valeurs de nation, d’ordre et de labeur y étaient fortement présentes. Aussi, lorsque l’Union soviétique s’effondra, libérant de son emprise l’Europe centrale, l’Ouest était déjà multiculturel, américanisé et libéral-libertaire. Tandis ce que de Gdansk à Skopje, nation, patrie, frontière, ordre et souveraineté n’étaient pas encore de vains mots à la chute du mur.

L’écart entre l’Est et l’Ouest ne s’est finalement pas résorbé malgré les efforts occidentaux et le zèle de dirigeants pressés de changer de maîtres. En résulte des pays méconnus, faibles depuis 100 ans, meurtris tour à tour par deux guerres mondiales, des conflits larvés, un communisme à l’économie bancale et corrompu, et enfin, par une colonisation économiquement et culturellement très violente de la part de l’Occident. Mais il en résulte aussi des pays qui ont compris, face à l’effondrement visible de l’Ouest, que leur sort était en jeu, et que pour la première fois depuis longtemps, ils pouvaient être les maîtres de leur destin.

Cette prise de conscience est sans équivoque. Les sondages en Hongrie montrent un soutien quasi-unanime envers Orbán. Il y a quelques jours, c’est 83% des Hongrois qui soutenaient sans réserve Orbán dans son action contre l’immigration dans le pays, et 87% qui refusent toute immigration. En Pologne, le gouvernement qui a lâché ses partenaires du V4 au dernier moment sur la question des quotas, en paye le prix à un mois des élections législatives. Il se retrouve à seulement 22% de soutien dans les sondages. Fico, dirigeant slovaque social-démocrate, paye lui le prix de son soutien à Orbán et se voit taxé de xénophobie, traitrise, et d’autres accusations infondées et hystériques.

L’emballement médiatique occidental contre des mesures légitimes et de bon sens de la part d’Orbán, puis, d’autres dirigeants centre-européens n’a non seulement pas eu l’effet escompté à l’Ouest, mais a surtout poussé l’Europe centrale à faire bloc, voyant quel jeu pervers l’intelligentsia occidentale jouait face à des pays qui ont compris être des « pays de seconde zone », comme l’écrivait l’hebdomadaire polonais Wprost. Petit à petit, on perçoit clairement que le rideau de fer a été remplacé par un rideau d’encre. Mais revenons à notre fameuse « route des Balkans » et penchons-nous un peu sur l’actualité.

Si la Grèce, la Monténégro et la Serbie constituent les pays principaux de ce canal migratoire, la Hongrie en est l’aboutissement : une fois en Hongrie, l’on est dans l’espace Schengen. Certes, la Grèce aussi est dans Schengen. Mais elle n’a de frontière terrestre avec aucun autre pays dudit espace… Alors qu’une fois au pays des Magyars, par train, car, voiture, camion ou simplement à pied, il est donné à tous de rejoindre l’Eldorado fantasmé de l’Occident.

Selon l’agence de l’UE FRONTEX, théoriquement en charge du contrôle des frontières extérieures de l’UE – les clandestins empruntant la « route des Balkans » étaient environ 5.000 par an tout au plus jusqu’en 2012. Un nombre tout à fait raisonnable et facile à gérer pour un continent. Mais en 2013, tout s’emballe. 20.000 personnes arrivées illégalement en Hongrie sont enregistrées par la police hongroise. Presque tous Kosovars et Albanais. En 2014, c’est 43.000 personnes. La sonnette d’alarme est tirée par le désormais fameux maire de ce village hongrois à la frontière avec la Serbie, L. Toroczkai, mais rien n’y fait.

Et cette année, tout s’accélère encore. De janvier à août, ce sont  plus de 200.000 personnes qui sont enregistrées par la police hongroise, alors que le profil du migrant change : de familles albanaises, on en arrive à un flux de « Syriens  » et autres « réfugiés », à 69% composé d’hommes en âge de se battre, toujours selon FRONTEX. Le gouvernement hongrois de Viktor Orbán suit les idées du parti de droite radicale Jobbik et construit sa célèbre clôture qui a fait couler tant d’encre… dans le but de pouvoir protéger les frontières extérieures de l’espace Schengen, comme les traités, dont la Hongrie est signataire, l’y contraignent. Enfin, à l’heure où nous écrivons ces lignes, alors que le mois de septembre n’est pas encore terminé, nous venons d’atteindre les 300.000 personnes entrées illégalement en Hongrie et enregistrées par la police hongroise. Il faut insister sur les termes, car le nombre réel est bien supérieur, certains passant toujours à travers les mailles du filet- beaucoup moins il est vrai depuis que la barrière frontalière est en place.

Arrêtons-nous ici pour l’instant. Comme première chronique, ce volume nous semble suffisant et il ne faudrait pas noyer le lecteur sous trop d’informations…

Un petit rappel des faits et de la chronologie, ainsi qu’une petite remise en situation s’imposaient toutefois. Nous nous retrouverons la semaine prochaine pour un suivi plus détaillé de l’actualité, où nous parlerons des multiples élections récentes et à venir (Autriche, Pologne, …), des actions de la Croatie, du rôle de la Serbie, mais aussi des manifestations anti-gouvernement en Macédoine et du schisme en Allemagne entre le CDU de Merkel et le CSU bavarois, qui tend publiquement la main à Orbán, désavouant la politique de leur alliée politique, la chancelière Merkel.

A la semaine prochaine, et n’oubliez pas, le soleil se lève à l’Est !

Ferenc Almássy

Crédit photo  :  DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ?

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ? Débat du 31/07/2021 avec Rémi...

« Vous êtes rationnel, pourquoi nier l’efficacité des vaccins ». Laurent Ozon répond à un journaliste

Le journalisme mainstream se fait de plus en plus militant en faveur des mesures gouvernementales. Il suffit d'ailleurs de...

Articles liés

Bernard de la Villardière (M6) : enquêtes en eaux troubles

Bernard le Villardière, reporter et producteur, présentateur de l'émission culte "Enquêtes exclusives" de M6, était le grand invité de Livre Noir dimanche 11 juillet...

La Hongrie estime que les pays des Balkans ne pourront être admis dans l’UE sans l’adhésion préalable de la Serbie

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui a rencontré le président serbe Aleksandar Vučić à Belgrade jeudi, a déclaré à Bruxelles qu'elle devait savoir...

Vannes. Après Quimper, la ville devient elle aussi une « zone de liberté LGBT »…

Vannes, son port, ses remparts, et désormais… sa « zone de liberté LGBT ». En effet, la ville morbihannaise, sous l'impulsion du groupe LREM,...

Covid-19 : Le plafond de verre vaccinal – Le journal de TVLibertés du vendredi 25 Juin 2021 [Vidéo]

À la une du journal de TVLibertés du vendredi 25 juin, encore et toujours la question vaccinale. Après un début de mois de juin...