page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Thomas Tihy (LR) : « 11 ans de socialisme en Pays de la Loire ce sont des chiffres affligeants »

06/10/2015 – 07H30 Nantes (Breizh-info.com) – Thomas Tihy est membre du parti Les Républicains. Il est à ce titre responsable régional et responsable départemental pour la Loire-Atlantique des Jeunes avec Bruno Retailleau, tête de liste de la droite pour les prochaines élections régionales de décembre. Il a accepté de répondre à nos questions, afin de mieux connaître les propositions de la droite en Loire-Atlantique, mais aussi de découvrir le regard d’un jeune responsable des Républicains sur l’actualité.

Breizh-info.com :  Pouvez-vous vous présenter. Comment être vous entré en politique ?

Thomas Tihy : J’ai 25 ans, je suis juriste en droit social. Je suis titulaire d’un master en droit du travail. Je viens de débuter un second master en management des ressources humaines à l’IEMN-IAE à Nantes. Je travaille régulièrement depuis 4 ans au sein du service juridique d’une grande entreprise à Nantes. Je suis engagé en politique depuis 2007. J’ai été responsable départemental des Jeunes UMP Vendée et responsable-adjoint de l’UNI Vendée, lorsque j’étais étudiant à La Roche-sur-Yon. Je suis actuellement coordinateur régional des Jeunes Républicains des Pays de la Loire, depuis janvier dernier.

Je suis également responsable régional et responsable départemental pour la LoireAtlantique des Jeunes avec Retailleau, pour la campagne des régionales. Je suis aussi très engagé dans la vie associative. J’ai présidé plusieurs associations étudiantes. Je préside actuellement l’Association des jeunes juristes des relations de travail dans l’entreprise.

Breizh-info.com :  Au sein des Républicains, quelles sont les valeurs auxquelles vous êtes le plus attachées ?

Libéral convaincu, je suis attaché à la liberté, à la primauté de la personne, à la responsabilité individuelle, à la justice et au mérite. Je défends la propriété privée, l’initiative individuelle, la libre entreprise, la famille, la liberté de l’enseignement et la liberté du travail.

Je rejette toutes les idéologies ou politiques qui visent à aliéner la personne humaine (égalitarisme, collectivisme, interventionnisme, planisme, socialisme, nationalisme, islamisme, etc.)

L’Etat doit être notre serviteur, et non notre maître. Son pouvoir doit être limité pour garantir nos libertés. Je crois que tout comme chacun de nous a l’obligation de tirer le meilleur parti de ses talents, l’Etat a le devoir de créer le cadre au sein duquel nous pouvons le faire.

Ce qui manque à notre parti c’est un bloc solide de valeurs intangibles, une ligne idéologique claire. Je n’aime pas la politique qui consiste à changer de lignes au gré de l’actualité et des sondages.

Breizh-info.com : quelle va être votre rôle à l’occasion des élections régionales qui se profilent ?

Thomas Tihy :  Je suis responsable régional et responsable départemental pour la Loire-Atlantique des Jeunes avec Retailleau. Au niveau régional, mon rôle consiste à fédérer et animer le mouvement des jeunes, à transmettre les informations et consignes aux responsables départementaux et à suivre la réalisation de leurs objectifs. Au niveau de la Loire-Atlantique, mon rôle est de fédérer toutes les forces jeunes disposées à participer à la campagne.

Je suis chargé de mettre en œuvre l’action militante. Pour cela, je dois notamment recruter de nouveaux militants, et aller bien au-delà des partis politiques. Nous allons assurer une présence de jeunes militants dans toutes les réunions publiques et une mobilisation accrue sur les réseaux sociaux. Nous ferons également des actions de terrain (tractage, collage, boitage).

Breizh-info.com : quel bilan tirez-vous de la majorité sortante ?

Thomas Tihy : 11 ans de socialisme en Pays de la Loire ce sont des chiffres affligeants ! Beaucoup de communication, beaucoup de dépenses publiques, une augmentation dangereuse de la dette, des recrutements sans limite de fonctionnaires, une augmentation abusive des impôts, des subventions clientélistes en tout genre, une baisse de l’apprentissage, des chantiers d’infrastructures stratégiques à l’arrêt !

Breizh-info.com : que ce soit dans les sondages, dans les urnes, et même lors de grands rassemblement comme la Manif pour tous, il semblerait que la jeunesse française bascule majoritairement à droite, inquiète sur les questions d’identité, de sécurité, d’immigration, de tradition. Les Républicains entendent ils cet appel ?

Thomas Tihy :  Je partage ce constat. Les jeunes sont de plus en plus à droite, même s’il ne faut pas oublier qu’ils sont également plus à gauche que la moyenne nationale. J’observe deux aspirations chez les jeunes : – une importance donnée à la liberté, afin de vivre comme bon leur semble, de croire en ce qu’ils veulent, de travailler librement, d’entreprendre, d’échanger et de commerce sans entrave de l’Etat. – Un attachement à l’identité, leurs racines, leur histoire, à l’ordre… Les jeunes ne sont pas majoritairement des libertaires. Ils expriment un attachement aux valeurs traditionnelles, à tout ce que la gauche soixantuitarde a abandonné.

Breizh-info.com : La droite est-elle vraiment décomplexée ? On sent encore – notamment dans la partie Nord de la France – un certain politiquement correct eu égard des grandes questions de société ?

Thomas Tihy :  Non la droite n’est pas encore décomplexée. On sent encore que le logiciel de gauche sur les esprits est encore très présent. L’historiographie de gauche notamment domine sans aucun doute, même chez les personnes de droite. Il y a encore beaucoup de tabous, de sujets qui semblent indiscutables ou intouchables. Mais les choses changent.

Breizh-info.com : Quelle est votre opinion sur la réunification de la Loire Atlantique à la Bretagne ? Une nouvelle réforme territoriale doit-elle remplacer celle qui vient de naître ?

Thomas Tihy :  La Loire-Atlantique est en Bretagne. L’organisation administrative de la République ne doit pas empêcher de reconnaitre les réalités identitaires, historiques et culturelles des territoires. Je suis favorable à la réunification de la Bretagne. Je considère que les Pays de la Loire sont une bonne région pour administrer le territoire, mais que ce n’est en aucun cas une identité. Je m’oppose ainsi fermement à toute action publique consistant à vouloir créer artificiellement une identité « ligérienne », au détriment des identités réelles. On peut s’administrer ensemble sans se confondre culturellement.

Breizh-info.com : Quels seront les grands axes de la campagne des Républicains aux régionales ?

Thomas Tihy :  Le projet complet de Bruno Retailleau n’a pas encore été rendu public. Notre chef de file a souhaité consulter le maximum de personnes, d’acteurs économiques, sociaux, politiques, de citoyens,… pour le constituer. Il souhaite un vrai projet d’envergure pour notre région, pour lui donner un cap pour les années à venir. On peut déjà voir que Bruno Retailleau a annoncé que sa priorité sera l’emploi, s’il était élu président de région. Il mettre tout en œuvre pour que le conseil régional soit pleinement mobilisé pour l’emploi, ce qui passe le soutien aux entreprise, à l’éducation, notamment l’apprentissage, les stages, etc. La région doit permettre de créer un cadre favorable à la création de richesses, condition indispensable à la création d’emplois durables.

Dans ses compétences légales, le conseil régional doit mettre le paquet sur l’apprentissage. Bruno RETAILLEAU veut ainsi faire des Pays de la Loire la première région française en matière d’apprentissage.

Breizh-info.com : Le débat sur les statistiques ethniques a été relancé. Quelle est votre position ?

Thomas Tihy : je trouve que c’est ridicule que ce soit un tabou en France. Cela a pour conséquence que personne ne connait la réalité du peuplement de notre pays. Nous devons piloter la politique d’immigration, permettre au Parlement de fixer annuellement le nombre de personnes que la France peut accueillir.
Nous devons arrêter de subir une immigration qui ne viendrait que d’une seule région du monde, qui serait déconnectée de nos besoins économiques et de nos possibilités sociales. Il faut donc avoir la possibilité de savoir qui on accueille. Il faut aussi pouvoir savoir ce que ces personnes deviennent et comment elles s’intègrent dans notre pays.
Il faut donc des statistiques “ethniques”. Pour arrêter d’être dans le non-dit et dans le refus de la réalité, il faut faire sauter ce tabou.
La montée des colères des Français sur l’immigration vient en partie de là. Les Français constatent un décalage immense entre le discours sur les nécessités de l’intégration et la réalité de ce qu’ils vivent tous les jours.

Breizh-info.com : Quelle est votre opinion sur l’aéroport de NDDL ? Quels moyens l’Etat doit-il mettre en place après épuisement des recours ?

Thomas Tihy : Je suis favorable à ce grand projet structurant pour le grand Ouest. Si nous souhaitons développer nos territoires, nos entreprises, attirer de nouveaux acteurs économiques, des touristes, etc. nous devons avoir un nouvel aéroport à la hauteur du grand Ouest. Face aux zadistes de Notre-Dame-des-Landes, l’État doit remplir sa mission. Le gouvernement doit faire évacuer la zone, en faisant respecter l’état de droit et la démocratie. Une bande d’hors-la-loi violents n’ont pas à imposer leurs conditions.

Breizh-info : Nadine Morano subit actuellement un lynchage médiatique et politique, y compris au sein de votre famille politique, pour avoir rappelé ce qu’était historique la France, un pays de race blanche et de culture judéo-chrétienne. Votre réaction ?

Thomas Tihy :  Pour la polémique sur Nadine MORANO, je ne souhaite pas en rajouter. Je préfère les débats sur les sujets de fond, plutôt que de discuter sur une petite phrase montée en épingle.

Ce que je peux vous préciser c’est que j’estime qu’il n’y a qu’une seule race humaine (cf. les propos tenus par le Pape Pie XI en 1938). Mais comme vous pouvez le constater dans ma position sur les statistiques ethniques, je n’ai aucun problème pour parler de l’origine ethnique, ou la couleur de peau des personnes.
Nous pouvons ainsi constater des réalités sans que cela ne signifie que l’on est raciste.
Enfin, j’estime que la droite n’a pas à se faire dicter et à se soumettre au cadre idéologique et moral de la gauche. Si la gauche monte en épingle une citation pour faire un procès en sorcellerie, la droite doit rester libre et ne pas se soumettre.
Cette fausse polémique ne relève pas le niveau politique et ne répond toujours pas aux problèmes des Français. Laissons la caste médiatique polémiquer entre elle.

Crédit photo  : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Politique

Décès de Patrick Buisson. Retour sur le parcours d’un homme qui a influencé la droite française

Découvrir l'article

Sociétal

« On est au bord d’un effondrement ». Entretien avec Alexandre Boisson, ancien garde du corps de Chirac et Sarkozy

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Mansour Kamardine, député de Mayotte (LR) : « Aujourd’hui la population française à Mayotte est minoritaire » [Interview]

Découvrir l'article

Local, Politique, RENNES

Après le Morbihan les Jeunes Républicains d’Ille-et-Vilaine votent leur auto-dissolution…

Découvrir l'article

Politique

Les Républicains. Isabelle Le Callennec croit au père Noël

Découvrir l'article

Politique

La droite nantaise part en campagne

Découvrir l'article

Politique

Déjeuner Sarkozy-Zemmour : Quand la droite déjeune avec la droite

Découvrir l'article

Politique

La droite LR poursuit son naufrage en Bretagne

Découvrir l'article

Politique

Valérie Pécresse : le clip de campagne pour l’élection présidentielle 2022 + le programme

Découvrir l'article

Politique

Frédéric Lemoine – Valérie Pécresse : l’axe Dinard-Versailles a foiré

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky