mineurs_isoles_etrangers

04/08/2016 : 09h00 la garde à vue aura été de courte de rue pour les deux hommes, malgré qu’ils aient tenté de vendre de la drogue à des policiers. Simple convocation ultérieure au tribunal. Mais aussitôt sorti, l’un d’entre eux dérobe le sac à main d’une femme, près du centre commercial Colombier, alors qu’elle sortait de son travail. Le libyen l’a menacé avec un couteau. Il a été de nouveau interpellé, placé en garde à vue, et sera jugé en comparution immédiate cette fois-ci.

A noter que cet individu – qui se prétendait mineur isolé étranger – serait en réalité âgé de 22 à 25 ans selon les tests osseux réalisés. Aucune mesure d’expulsion ne devrait toutefois – comme à l’accoutumée – être envisagée, au plus grand désespoir des victimes et des policiers.

04/08/2016 – 08H00 Rennes  (Breizh-info.com) –  Deux individus, un Algérien et un Libyen, ont été interpellés mardi 2 août à Rennes. Ils venaient de proposer de la cocaïne… à deux policiers de la BAC, la brigade anti criminalité. Il était 15h de l’après-midi, et comme d’habitude sous les arcades de la République, un groupe de « mineurs isolés étrangers », protégés juridiquement de toute expulsion par le gouvernement, était occupé à vendre de la mort (drogues dures) aux Rennais.

Placés en garde à vue, les deux jeunes hommes se sont déclarés « mineurs isolés ». Une boulette de cocaïne ainsi que des cachets stimulants ont été retrouvés sur eux. A Rennes, policiers et riverains sont excédés par ces « mineurs isolés étrangers », maintenus sur le territoire avec l’argent du contribuable : il en coûte presque 60 000 € par individu, et par an, à la collectivité. « Tout cela pour les retrouver à dealer en toute impunité ou presque » nous explique un policier qui les pratique « quotidiennement ».

Le cas de Ali A (qui s’est déclaré Ali E auprès du service des Mineurs isolés étrangers) est révélateur : il se prétend âgé de 16 ans (18 ans aujourd’hui) alors qu’il en parait 5 ou dix de plus. Né en Algérie, accueilli en Ille et Vilaine en tant que mineur isolé étranger, il est accusé d’avoir commis plusieurs méfaits depuis 2015 :

Arrestation pour violences volontaires sur agent dépositaire de la force publique, pour lesquelles il a été laissé libre « avec demande d’enquête ».
Fugue de son foyer de Chantepie fin 2015 avant d’y être ramené.
Arrestation pour tentative d’extorsion suivie de violences, recel de vol, fin 2015 à Rennes. Pas de jugement à ce jour.
Infraction à la loi sur les stupéfiants début 2016, avec un simple rappel à la loi.

Les mineurs isolés étrangers – plus d’une centaine connus pour des actes de délinquance à Rennes, dont beaucoup ne sont pas mineurs en réalité – sont en passe de devenir le symbole d’un État pris en otage par son propre système judiciaire – épaulé par des mouvements associatifs ; ils sont en effet inexpulsables

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine