« Quand aux bavardages impies, évite-les : leurs auteurs progressent sans cesse en impiété et leur parole se propage comme la gangrène . » Deuxième lettre de St Paul à Thimotée 2,15,

Erwan Le Morhedec publie son deuxième livre « Identitaires, le mauvais génie du christianisme » aux éditions du Cerf,  sur la question de la mort de la démocratie chrétienne, et du basculement des catholiques aux thématiques identitaires. Selon lui ce basculement est dangereux pour l’Eglise et pour la catholicisme en général parce qu’il détruit le message universel de l’Eglise et renie l’ancien testament.

Le problème de M Le Morhedec, c’est qu’il se croit omnipotent et omniscient. C’est à dire qu’il ne se pose pas la question des motivations des catholiques qui ne veulent plus croire dans le mondialisme, ni pourquoi les idées bobo-démocrates n’ont plus d’emprise sur les jeunes catholiques.

Il s’attaque sans avoir pris le temps de rencontrer les principaux responsables de Génération Identitaire, de l’association SOS Chrétien d’Orient, de l’Action Française et également d’ Académia Christiana, voire le maire deBéziers Robert Ménard. Le manque de profondeur de l’ouvrage montre qu’il n’a pas fait une vraie enquête sur ce qui influence maintenant la jeunesse catholique.

Ces liens entre les groupes « identitaires » et les catholiques se sont créés suite aux manifestations contre la loi Taubira. Le mouvement de La manif pour tous,  qui a mobilisé une grande partie des catholiques dans la rue, a été l’équivalent d’un Mai 68 pour les croyants.

Il est vrai que nous avons vu beaucoup de jeunes manifester pour la première fois. Ce fut pour beaucoup le début d’un engagement dans la vie de la cité. Que cela soit au sein d’associations, comme SOS Chrétiens d’Orient, ou de différents mouvements politiques. Les groupes identitaires cités dans le livre étaient présents en masse également lors de ces manifestations.

Nous avons pu aussi voir la présence de Marion Maréchal Le Pen dans certains défilés, et également au Pélerinage de Chartres.

Le fait est que la démocratie chrétienne n’a plus le vent en poupe. M. Le Morhedec ne fait pas la différence entre l’universalité spirituelle de l’Eglise et les réalités de la vie terrestre. L’universalité de l’Eglise, cela signifie que le salut des âmes est pour tout les habitants de la planète, que l’Evangile doit être annoncé sur tous les continents et que les chrétiens doivent chercher à convertir tout le monde. Et le coté terrestre, humain, c’est ce côté où l’homme à besoin d’être enraciné, de savoir d’où il vient et où il va. Refuser l’immigration de masse, la mondialisation, l’Islamisation, ne fait pas des identitaires des mauvais catholiques. Respecter l’Evangile, c’est aussi défendre le bien commun de chaque nation.

Il y’a une différence entre le Bon Samaritain qui aide une personne, et les associations qui font tout pour accueillir de plus en plus de clandestins. L’un agit parce qu’il voit le Christ en difficulté, l’autre agit par volonté politique de détruire l’essence même de l’Europe.

Sa deuxième grande critique concerne la conversion par intérêt de certaines personnes au catholicisme – comme le suspecte l’auteur – un peu à la manière de Clovis . Personne ne peut pourtant juger de la sincérité ou non d’un baptême d’adulte ou d’une première communion.

Erwan le Morhedec critique également le « repli sur soi » de ces identitaires. Pourtant, l’un des nombreux slogans de Génération Identitaire était « La première ligne plutôt que le dernier carré ». La encore si M. Le Morhedec avait un peu plus fait de recherche il se serait rendu compte que cette jeunesse est engagée pour aider, pour aller vers l’autre et pour agir. Pas vraiment du repli sur soi donc.

« Identitaires, le mauvais génie du christianisme » est un livre qui n’a pas vraiment d’intérêt majeur, si ce n’est de confirmer le conflit existant entre les mondialistes et ceux qui défendent leur identité. Le livre ne cite que très peu de source. Cela ressemble plus aux conclusions d’une discussion de bistrot qu’à une étude universitaire ou à un travail de journalisme.

Il aurait été appréciable que l’auteur aille à la rencontre des militants des différents groupes qu’il vise dans son livre . Cela lui aurait permis de mieux comprendre leur fonctionnement, lui qui était le premier à critiquer ceux qui attaquaient son livre avant sa sortie, sans l’avoir lu.

« Identitaires, le mauvais génie du christianisme » – les éditions du Cerf – 14 €

Christophe Daniou

Ci-dessous, la présentation du livre par l’éditeur :

Attentats islamistes. Afflux de migrants. Perte d’influence de l’Église. Les catholiques français seraient-ils prêts à s’abandonner à l’angoisse fiévreuse de la disparition ? Cette crainte, les réseaux d’extrême droite oeuvrent à la renforcer et à l’exploiter. Les uns s’affichent éternels gardiens d’une chrétienté révolue. Les autres se revendiquent nouveaux croisés du monde blanc. Ils ont en commun de promouvoir une synthèse identitaire, à la fois religieuse et politique. Dénonçant la manipulation que cache ce syndrome mortifère, Erwan Le Morhedec montre ici comment il fracture le corps social, calcifie la France, agresse l’Église et subvertit le christianisme. Il met en garde celles et ceux qui seraient tentés par cette impasse. Interrogeant le véritable rapport de la foi et de l’identité, il livre un traité de résistance enfin fondé sur l’espérance.

Ci-dessous, revoir l’émission radio d’Orages d’Acier qui invitait des personnalités attaquées dans ce livre :

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

2 Commentaires

  1. Voilà ce que c’est, à force d’écrire tous azimuts tout en gardant un peu de temps pour faire son métier d’avocat, Koz n’a sans doute plus beaucoup de temps pour enquêter et réfléchir. Mais sa position n’est pas nouvelle, il y a toujours eu une frange de catholiques pour ce genre de délire hors sol. L’Eglise n’est pas une force politique fiable pour qui que ce soit, autant qu’elle reste dans la sphère privée.

  2. Erwan le Morhedec n’est qu’un petit bourgeois à moitié inculte qui ne sait probablement même pas de quoi il parle… S’il venait un jour à entrer en contact avec des catholiques, espagnols, italiens, polonais ou croates, il nous ferait une syncope car il viendrait à réaliser que non seulement il est minoritaire dans toute l’Europe mais qu’en plus les catholiques traditionnelles n’ont rien en commun avec lui, au final cela lui permettrait de voir qu’il n’a pas grand chose d’un bon chrétien et qu’il est plus proche du marxiste que d’un modèle de sainteté.

    Pour ceux qui ne l’aurait pas compris le but du christianisme est de répandre la foi et non pas de lécher les bottes de l’islam.

Comments are closed.