24/04/2017 – 09h00 Paris (Breizh-Info.com) –  La menace la plus fréquemment subie par les populations de vertébrés est la perte ou la dégradation de leur habitat naturel. Entre 1972 et 2012, 58% des vertébrés ont disparu de la planète, sur la terre ferme comme en océan. LA WWF fait le point dans une étude rendue publique dans son rapport Planète Vivante 2016.

Sans surprise, la WWF pointe une terre « rendue moins hospitalière » pour l’ensemble de ses habitants à cause des changements climatiques et des détériorations de l’état de la nature. L’organisation internationale classe les menaces pesant sur les différentes faunes, espèces terrestres, marines d’eau douce et marines océaniques.

Quand la faune terrestre et d’eau douce souffre principalement de la destruction des habitats naturels puis de la surexploitation des populations vivantes, les espèces océaniques disparaissent essentiellement à cause de la surexploitation : pêche industrielle et artisanale, cueillette intensive sur le littoral. Les changements climatiques ont plus d’incidence sur les habitants de l’océan que sur la faune terrestre. La pollution des habitats, les espèces invasives et les maladies exercent ensemble une pression désormais insupportable.

L’abondance des populations de vertébrés montre une évolution de 58%. La WWF présente un constat glaçant : « l’effectif des popultaions de vertébrés a en moyenne chuté de plus de la moitié en l’espace d’à peine plus de 40 ans. Au delà de la rapidité du déclin annuel moyen révélé par les données (2%), c’est surtout l’absence de signe de ralentissement de cette dynamique qui est inquiétante. »

L’étude chiffrée de la WWF, qui a étudié en détail les populations de la planète sauf dans le désert Saharien et assez peu dans en Sibérie :

– le déclin global des vertébrés terrestres est de -38% en 40 ans

– le déclin global des vertébrés d’eau douce est de -81% en 40 ans

– le déclin global des vertébrés marins est de – 36% en 40 ans

La WWF a communiqué fin 2016 une longue étude intitulée «  Pour une transition du système économique mondial ».

Maelys Lecor

Crédit Photo : wikipedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

1 COMMENTAIRE

  1. Les politiques s’en foutent depuis toujours et pourtant il paraît que la sortie des français pour les zoos est en 1 ere place !
    Ben voyons ,ça m’attriste ,donnez 20€ pour voir les animaux en danger ,c’est révoltant par contre ,personne ne s’offusque que dans la brousse ,1 élephant est tué tous les quarts d’heure que 100 millions de requins sont tués tous les ans etc ….
    Et ces gens n’ont que l’humanité à la bouche ,c’est à vomir !

Comments are closed.