The State. La série qui plonge dans l’enfer de l’Etat Islamique

the_state

14/09/2017 – 07h45 Paris  (Breizh-Info.com) – Le mois de septembre est chargé en matière de séries, entre Narcos, Engrenages, et …The State, nouvelle production anglaise réalisée par Peter Kosminsky, auteur notamment de l’excellent film « Warriors » ou encore de « The Promise ». Cette fois-ci, le réalisateur propose durant quatre épisodes de 45 minutes une plongée dans les entrailles de Daech, l’Etat islamique.

Outre-Manche, la série fait scandale, car le réalisateur est accusé de faire l’apologie de l’État Islamique. Pourtant, après deux années de documentation (trois années de production au total), on ne voit pas vraiment ce que l’on peut reprocher au réalisateur qui a visé juste.

La série suit quatre islamistes (deux hommes et deux femmes) extra européens résidant sur le sol britannique, et qui quittent tout pour rejoindre l’État islamique, qui leur apparaît comme un rêve, un aboutissement. Chacun veut le servir à sa manière (en combattant, en soignant, en servant ) et la série suit l’évolution de ces personnages, à partir de leur départ précipité d’Europe .

Ce qui a pu choquer outre-Manche ne peut être que le fait que ces hommes et des femmes ne soient pas montrés comme des monstres, mais bien comme des combattants et des croyants, pétris d’idéologie et de religion. Des hommes et des femmes qui, selon leur personnalité et ce qu’ils vont vivre, vont ou bien déchanter, ou bien s’endurcir, se fanatiser totalement. Des êtres humains, avec leurs doutes, leurs parcours de vie, leurs limites également face à la folie et à la barbarie humaine.

C’est d’ailleurs ce que la presse anglaise a semblé critiquer : montrer de l’humanité chez ses personnes qui partent rejoindre un État qui leur a promis – via la propagande et les réseaux sociaux – de vivre selon leur foi et leur croyance. Mais, parmi les psychopathes, les convertis qui se veulent plus royalistes que le roi, les frustrés de la civilisation occidentale, on trouve pourtant bien aussi des hommes et des femmes « comme les autres » qui sont partis vers ce qu’ils pensaient être un Eldorado musulman. Et qui se montrent bienveillants à l’égard de ceux qui les entourent…(tout n’est pas blanc ou noir comme sembleraient le vouloir certains …)

La série est particulièrement violente (déconseillée aux mineurs) et l’on y voit ce que peut constituer (en partie et selon les témoignages, rapports de police, de repentis ou de prisonniers) la vie sous le régime de Daech. Une société complexe, régie par la loi islamique, la charia (comme d’autres pays musulmans par ailleurs).

La fabrication de la propagande, le bourrage de crâne, les combats, les horreurs, la place réservée aux femmes dans une société islamique, le sort réservée aux non musulmans, tout y est.

Et il est particulièrement intéressant de voir dans ce décor évoluer des individus qui, s’ils sont manifestement des psychopathes pour certains, sont pour d’autres essentiellement des combattants fanatisés par leur religion mais surtout en quête d’un idéal qu’ils ne trouvent pas (notamment pour les convertis que l’on peut voir) dans la société moderne occidentale.

La série permet également de définitivement balayer les propos insensés tenus par les responsables politiques en Occident (et par dans les pays arabes) comme quoi « Daech et l’État islamique n’auraient rien à voir avec l’Islam ».

The State est une série que l’on peut qualifier d’historique, même si traitant d’un sujet encore d’actualité,  qui vaut que l’on s’y attarde durant quatre épisodes qui se regardent à la suite (ou pas) , en attendant les autres sorties de la rentrée sur les différentes chaines dédiées aux séries cinéma.

A voir sur Canal + et Canal + à la demande, ou sur les bons sites de téléchargement.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine