23/01/2018 – 06h20 Rennes (Breizh-info.com) – 30 minutes. C’est le temps que la Police nationale aura mis, en pleine ville de Rennes, pour se rendre sur les lieux d’une attaque et du blocage d’un bus par des antifas et des féministes locaux.

Ainsi, dimanche matin, le 21 janvier, il est 7h45 lorsqu’un bus se rendant à Paris pour la Marche pour la vie s’arrête à l’école de Chimie, à Beaulieu (Rennes) à deux pas du centre ville. A l’intérieur, des familles, des personnes âgées, des plus jeunes également, en provenance de Vannes.

Tout d’un coup, surgit dans le noir une quarantaine de militants d’extrême gauche, masqués, certains cagoulés, qui entourent le bus : « On imagine aisément le scandale médiatique et les descriptions faites si cela avait été un bus antifa pris à partie par un commando identitaire » nous dit un des participants du bus, encore choqué.

« On aurait eu le droit à des articles dans toute la presse, sur le retour des chemises brunes, à des indignations en règle, et là rien du tout, alors qu’il y aurait pu avoir des morts ».

Comme lors du meeting de Marine Le Pen à Nantes en marge duquel un bus avait été arrêté sur la quatre voies par des Zadistes, c’est donc une nouvelle attaque de bus qui s’est produite – avec notamment un fumigène jeté dans le bus, qui aurait pu brûler celui ci et ses occupants à l’intérieur. Deux personnes ont d’ailleurs vu leurs vêtements brûler. Une autre a fait un malaise.

Outre l’attaque et le blocage – le bus est alors bloqué d’avant en arrière – c’est la lenteur d’intervention des forces de l’ordre qui choque « 30 minutes à Rennes, c’est une honte. Cela en dit long sur l’état de déliquescence de notre pays.» nous glisse ce participant, qui l’affirme « La prochaine fois, je viendrai équipé. On est beaucoup trop gentil. Faut arrêter de tendre la joue, les catholiques ne sont pas des victimes : on ne devrait plus hésiter à répondre, puisque nous ne sommes plus protégés par ceux dont c’est la mission ».

Durant plusieurs heures, c’est donc entourés de troubadours avec des tam-tam, de junkies en nuit blanche et d’antifas les insultant, que les manifestants sont bloqués, sans aide des forces de l’ordre. Les Jeunes communistes d’Ille et Vilaine ont revendiqué leur participation au commando :

Lorsque la patrouille de police est arrivée, puis des renforts, ces derniers négocient avec les antifas…pas d’interpellation, et un bus qui ne décollera qu’à 11h, escorté par la police. « On a raté une bonne partie de la manifestation. Les antifas sont des lâches à s’attaquer à des familles, à des personnes âgées. Le bus aurait du leur rouler dessus. Maintenant au moins, concernant les autorités, les choses sont claires, ils ont le droit de faire ce qu’ils veulent. Il va falloir s’organiser par nous mêmes pour assurer notre sécurité » conclut notre jeune homme, dont la réaction a été recueillie à chaud.

Dans leur communiqué, les militants d’extrême gauche évoquent d’ailleurs cette inertie de la police avec leur action : « Les marcheurs pour la vie ont appelé la police. Une voiture est arrivée, puis un flic est venu nous parler afin de nous dire que nous avions bien joué notre coup. En effet, puisque nous ne gênions pas la circulation, nous pouvions rester. Il a ensuite rassuré les marcheurs immobilisés en leur disant que nous n’étions pas un black block ! Après nous avoir demandé à quelle heure nous comptions partir, il a conclu ironiquement « ah, ça va, vers 10h30 ils vont rater la messe ».

Selon nos sources, c’est un manque d’effectifs qui aurait provoqué ce retard d’intervention, ce qui en dit long sur la menace qui pèse potentiellement sur la sécurité publique, notamment un dimanche.

L’AFC, l’association des Familles Catholiques, a condamné cette attaque via un communiqué.

Du côté de la police, silence radio malgré nos différentes tentatives d’appel concernant cette non intervention pour troubles à l’ordre public.

A Paris au final ils étaient environ 12 000 à marcher hier après midi, à avoir défilé alors que viennent de s’ouvrir des États généraux dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique de 2011, réaffirmant leur opposition à la PMA et à toute forme d’euthanasie, et appelant à une débanalisation de l’avortement.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

13 Commentaires

  1. Les autorités encouragent ce type d’agissement en brillant par leur inaction et l’absence de sanctions envers ces parasites sociaux et autres associations dégénérées.
    Ces derniers servant de chiens de garde contre toute tentative d’opposition à la pensé unique. Il arrive aussi parfois que ce soit le chien qui prenne le dessus sur son maître, tel un caniche dominant sa mémère.. (l’occupation du château du Tertre à Nantes, le souhait de fermer l’Arcadia à Strasbourg, etc … les exemples ne manquent pas).
    Donc arrêtons de nous laisser faire et cessons de croire en cette justice à sens unique.
    Réveillons nous, rendons coup pour coup.

  2. Le droit de manifester est plus que jamais en danger ! Les milices antidémocratiques sont à l’oeuvre un peu partout sur le territoire, agissant en toute complicité avec les services de l’état qui ne réagissent certainement pas de la même façon que s’il s’agissait de groupes identitaires en face d’eux.
    Et que dire des médias, lesquels n’informent plus, mais organisent un lavage de cerveaux quotidien.
    On ne peut revendiquer des droits et des libertés en cherchant avant tout à restreindre ceux d’autrui, sans conséquence. La roue finira par tourner et ces pauvres écervelés qui croient avoir raison pour tout et surtout pour tous, subiront eux-mêmes un jour, les conséquences de ce qu’ils auront engendré !
    L’objet de la manifestation n’a que peu d’importance ici, je suis moi-même très partagée et n’ai pas de positions tranchées sur des sujets aussi complexes, mais la liberté de revendiquer ses idées sans être importuné et montré du doigt, doit être défendu par tous !

  3. Ces gauchistes veulent la destruction de notre pays!
    Ils sont pro-islamistes..ainsi des Antifas avait saccagé les tombes juives du cimetière de Carpentras..Quand ils étaient sur le Larzac ils avaient démoli un viaduc,sur ce viaduc devait passer un train rempli d’enfants..ce sont les mêmes qui ont  »obligé » notre gouvernement à renoncer à la création de l’aéroport des Landes bien qu’un référendum avait eu lieu et que les habitants de la région désiraient cet aéroport:nos gouvernants les encouragent à tout casser en France!…

  4. Vous affirmez « A Paris au final ils étaient environ 12 000 à marcher hier après midi  » !
    Et bien Non et Non, je m’y trouvais, et nous étions 40 000 Personnes, à braver le froid et la pluie pour défendre la vie ?☔☔
    C’est un immense succès, merci et bravo à tous !
    J’ai une grande fierté d’y d’avoir défilé et de bout en bout, Merci aux venus de loin ….Oui Bravo….
    « Merci » ??
    à l’AFP, fournisseur officiel étatique de fausses nouvelles (dénommée
    en Anglais, fake news), d’avoir comptabilisé plus d’1 millier de
    manifestants ???
    Je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer, face à ce niveau de désinformation, …..quasi provocation pour nous tous !!!

  5. La police tarde à intervenir?Bien sur elle avait reçue des ordres de plus haut,comme à chaque manifestation qui ne plait pas au président.

  6. La complicité des flics n’a rien d’étonnant. Qui a matraqué et gazé les mères de famille en 2013 lorsqu’elles défilaient pacifiquement à la Manif Pour Tous? Autrement armez vous de manches de pioches et de bombes lacrymos, mettez des cagoules et des casques de vtt et yallah! Tapez leur dans la gueule aux antifas!

    • Amazigh, je suis souvent en accord avec vous, pas cette fois ci cependant pour la première partie de votre commentaire. Je pense simplement qu’un dimanche matin, le nombre de flics sur Rennes doit être compris entre 5 et 10. Retirez ceux qui gardent les locaux, les possibles gardes à ‘hôpital et peut être une équipe en intervention ailleurs, il vous reste une poignée de pélos pour intervenir. 3 face à 50, ajoutez que tout emploi de la force les amènerait devant l’ igs, vous obtenez 3 fonctionnaires paralysés par de multiples facteurs.
      Ce qui m’amène à être en accord avec vous pour la 2e partie de votre intervention.
      Pour la manif pour tous, j’étais présent en mars et mai. J’ai bien observé que certains s’étaient « fait plaisir » sur des manifestants pacifiques, ce ne fût pas le cas de tous, lorsque nous avons forcé le barrage du so de l’avenue de la Grande Armée vers les Champs Elysées, les gendarmes en 2e rideau n’ont pas fait usage de la force, ils auraient pu. En discutant avec eux, force était de constater qu’ils ne nous étaient pas hostiles, loin de là. Reste certaines brutes qui ont déshonoré leur profession en gazant des femmes et des enfants sans retenue aucune, couverts par le préfet de Paris. Allez, au plaisir, depuis votre venue, toto ne poste plus, je vous en rends grâce cher Amazigh.

  7. 50 cathos dans le bus contre 20 antifas dont 10 filles (et 3 vraiment baraques), les Bretons ne sont plus faits du même bois ou alors les cathos méritent bien leur sort…

Comments are closed.