L’automatisation des économies s’accélère dans le monde entier : la nouvelle moyenne globale de densité robotique dans les industries manufacturières est de 74 unités de robots pour 10 000 employés (66 unités en 2015). Par région, la densité moyenne de robots en Europe est de 99 unités, 84 unités dans les Amériques et 63 unités en Asie.

 Les 10 pays les plus automatisés au monde sont : la Corée du Sud, Singapour, l’Allemagne, le Japon, la Suède, le Danemark, les États-Unis, l’Italie, la Belgique et Taiwan, selon les World Robot Statistics 2017, publiées par la Fédération Internationale de Robotique (IFR). 

« La densité de robots est un excellent outil de comparaison qui permet de prendre en compte les différents degrés d’automatisation de l’industrie manufacturière dans différents pays », explique Junji Tsuda, président de la Fédération internationale de la robotique.  » En raison du volume élevé d’installations de robots en Asie ces dernières années, la région a le taux de croissance le plus élevé. Entre 2010 et 2016, le taux de croissance annuel moyen de densité de robots était de 9 % en Asie, de 7 % dans les Amériques et de 5 % en Europe. »

Asie

En Chine le développement de la densité de robots a été le plus dynamique au monde. En raison de la croissance significative des installations de robots, notamment entre 2013 et 2016, le taux de densité est passé de 25 unités en 2013 à 68 unités en 2016. Aujourd’hui, la Chine occupe la 23e place mondiale. Et le gouvernement a l’intention d’aller de l’avant et de faire entrer le pays dans le top 10 des nations les plus automatisée au monde d’ici 2020. D’ici là, sa densité de robot devrait atteindre 150 unités. En outre, l’objectif est de vendre un total de 100 000 robots industriels produits dans le pays d’ici 2020 (en 2017 27 000 unités provenaient de fournisseurs chinois, 60 000 de fournisseurs étrangers).

Dans le monde, la République de Corée a de loin la densité de robots la plus élevée dans l’industrie manufacturière — une position que le pays occupe depuis 2010. La densité robotique dépasse de huit fois la moyenne mondiale (631 unités). Ce taux est le résultat d’installations continues d’un grand nombre de robots, en particulier dans l’industrie électrique/électronique et dans l’industrie automobile.

Singapour arrive en deuxième place avec un taux de 488 robots pour 10 000 employés en 2016. Environ 90 % des robots sont installés dans l’industrie électronique à Singapour. Le Japon occupe la quatrième place au niveau mondial : en 2016, 303 robots ont été installés pour 10 000 employés dans l’industrie manufacturière, juste après l’Allemagne qui se classe au 3e rang (309 unités). Le Japon est le principal fabricant de robots industriels au monde : la capacité de production des fournisseurs japonais a atteint 153 000 unités en 2016, soit le niveau le plus élevé jamais enregistré. Aujourd’hui, les fabricants japonais fournissent 52 % de l’approvisionnement mondial.

Amérique du Nord

La densité de robots aux États-Unis a augmenté de manière significative pour atteindre 189 robots en 2016 — le pays occupe la septième place mondiale. Depuis 2010, la nécessaire modernisation des installations de productions domestiques a stimulé les ventes de robots aux États-Unis. Le principal moteur de cette croissance était la tendance actuelle à l’automatisation de la production afin de renforcer les industries américaines sur le marché mondial, de préserver la fabrication au niveau domestique et, dans certains cas, de rapatrier la fabrication qui avait été délocalisée à l’étranger. La principale cible d’automatisation de robots industriels était l’industrie automobile. Cela représentait environ 52 % des ventes totales en 2016. Les ventes de robots aux États-Unis continueront d’augmenter entre 2017 et 2020 d’au moins 15 % en moyenne par an.

La densité de robots au Canada a augmenté de façon continue pour atteindre 145 unités en 2016 (13e au classement dans le monde) — aussi principalement tirée par les installations dans l’industrie automobile

Le Mexique est principalement une plaque tournante de production pour les constructeurs automobiles et les fournisseurs de pièces automobiles qui exportent aux États-Unis et de plus en plus à destination de l’Amérique du Sud. L’industrie automobile est de loin le principal client et représente 81 % du marché en 2016. La densité de robots y est de 33 unités, ce qui est encore bien inférieur à la moyenne mondiale de 74 unités et place le pays au 31e rang à l’échelle mondiale.

Europe

Le pays le plus automatisé d’Europe est l’Allemagne — au 3e rang mondial avec 309 unités. L’offre annuelle et le stock opérationnel de robots industriels en 2016 ont eu une part respective de 36 % et 41 % pour cent du total des ventes de robots en Europe. Entre 2018 et 2020, l’approvisionnement annuel en Allemagne continuera à croître d’au moins 5 % en moyenne par an en raison de la demande croissante de robots dans l’industrie générale et dans l’industrie automobile.

La France a une densité de robot de 132 unités (se classant 18e dans le monde), ce qui est bien au-dessus de la moyenne mondiale de 74 robots – mais relativement faible par rapport aux autres pays de l’UE. Les membres de l’UE comme la Suède (223 unités), le Danemark (211 unités), l’Italie (185 unités) et l’Espagne (160 unités) sont beaucoup plus automatisés avec des robots industriels dans le secteur manufacturier. Mais sous le nouveau gouvernement, la France est en train de retrouver la compétitivité dans ses secteurs manufacturiers. Cela peut, dans une certaine mesure, favoriser les installations de nouveaux robots dans les prochaines années. En 2017, le nombre d’installations de robots en France devrait avoir augmenté d’environ 10 %. Entre 2018 et 2020, un taux de croissance annuel moyen compris entre 5 et 10 % est attendu.

En tant que seul pays du G7 — le Royaume-Uni a une densité de robots de 71 unités ce qui est inférieur à la moyenne mondiale de 74 unités, se classant 22e. L’industrie en général a grandement besoin des investissements nécessaires pour moderniser et augmenter la productivité. Le faible taux de densité du robot est révélateur de ce fait. Malgré la décision de quitter l’UE, il y a actuellement beaucoup d’annonces de plans d’investissement pour l’accroissement de la capacité et la modernisation des entreprises automobiles étrangères et locales. Il n’est cependant pas clair si les entreprises vont freiner les investissements en raison de la situation incertaine en matière de droits de douane.

Les pays d’Europe de l’Est comme la Slovénie (137 unités, 16e dans le monde) et la Slovaquie (135 unités, 17e mondial) ont tous deux une densité de robots supérieure à celle de la Suisse (128 unités, 19e dans le monde). La République tchèque se classe 20e sur l’échelle mondiale avec 101 unités. Les approvisionnements de robots en République tchèque et en Slovaquie dépendent principalement de la demande de l’industrie automobile. La Slovénie est la plus prospère parmi les pays des Balkans : 60 % de l’offre totale dans cette région est allée en Slovénie (387 unités, soit 33 % de plus qu’en 2015) pour l’industrie automobile.

Crédit photo : Wikipédia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine