dealers_etrangers_rennes

« Bien vivre ensemble» ou loi de la Jungle à Rennes ? Vu le nombre de faits de violences qu’il s’y passe, on ne se pose plus la question. Inventaire (provisoire).

Le 8 août dernier, un dealer nord-africain bien connu des services de police rennais (mais en liberté) était braqué chez lui par un groupe de trois Africains, dont l’un porteur d’un fusil à pompe. Ils ont menacé le dealer pour obtenir le règlement d’une dette de stupéfiants, et saccagé une partie de l’appartement, avant de prendre sa carte bleue en réclamant le code confidentiel.

Ironie du sort, la « victime » a dans la foulée suivi ses agresseurs, avant… d’appeler la police alors qu’ils s’étaient rendus à un distributeur. Les trois agresseurs ont alors pris la fuite. Ils sont actuellement recherchés.

Dans la même journée à Rennes, un Irakien a écopé d’un simple rappel à la loi pour avoir menacé de mort – en état de récidive – le personnel de Pôle emploi.

La veille, le 7 août, un individu d’origine nord-africaine était interpellé en état d’ivresse, sexe à l’air, se masturbant devant une jeune femme qu’il avait suivi jusqu’au commissariat. Un peu plus tôt, toujours le 7 août, vers 3h00 du matin, deux mineurs isolés étrangers avaient été placés en garde à vue pour vols de téléphone en centre-ville.

La veille encore, le 6 août, un règlement de compte sur fond d’hébergement gratuit a eu lieu mettant aux prises notamment deux individus d’origine mongole.

On passera sur les infractions à la loi sur les stupéfiants et les petits vols commis ces derniers jours dans la capitale de la Bretagne …

« Tout va très bien, Madame la Marquise …»

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine